par Joest Jonathan Ouaknine

Daihatsu va quitter la Chine?

Sur le papier, la Chine serait l'Eldorado des constructeurs: un pays de 1,3 milliards d'habitants, où l'on ne produit qu'une dizaine de millions de voitures par an et un marché avec une croissance à deux chiffres. Néanmoins, l'offre a dépassé la demande et l'on ne peut plus vendre n'importe quoi aux Chinois. Après Daihatsu de faire ses valises.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Sur le papier, la Chine serait l'Eldorado des constructeurs: un pays de 1,3 milliards d'habitants, où l'on ne produit qu'une dizaine de millions de voitures par an et un marché avec une croissance à deux chiffres. Néanmoins, l'offre a dépassé la demande et l'on ne peut plus vendre n'importe quoi aux Chinois. Après Chrysler, c'est au tour de Daihatsu de faire ses valises.

Daihatsu et la Chine, c'est pourtant une longue histoire. Au début des années 80, Huali construit des Hi-Jet sous licence. C'est un carton.

Au point que Huali lancera un deuxième modèle en parallèle, une Charade sous licence.

Au début des années 2000, Daihatsu tente de venir en Chine en son nom. Son Terios n'y rencontre qu'un accueil tiède.

Ironie de l'histoire: Zotye récupère l'outillage d'une usine Daihatsu en Thailande, lance son propre Terios et c'est un succès. Les Chinois préféraient la copie à l'original!

Pendant ce temps, la production de la Charade sous licence est transférée à Xiali, une nouvelle entité. Daihatsu n'a plus aucun liens avec elle.

Huali tente de rebondir avec un Move sous licence. Il en exista même une version électrique (ci-après.) Mais en 2006, discrètement, Huali ferma ses portes.

En 2007, Daihatsu profite d'une des joint-ventures de Toyota (propriétaire du constructeur Japonais) pour produire en Chine.

Un seul modèle est proposé: le Xenia. FAW-Daihatsu n'en a vendu que 5 100 en 2008. Un deuxième modèle produit en Chine fut envisagé, le SUV Be-go.

Finalement, FAW-Daihatsu préfère baisser les bras. Le constructeur était absent lors du Shanghai 2009. Cette automne, la joint-venture mettra la clef sous le paillasson.

Officiellement, FAW continuera de produire le Xenia en solitaire et il assurera le SAV. Mais vu qu'il aurait peu d'intérêt économique à le faire, le Xenia semble sur une voie de garage.

Source:

Auto.sohu

A lire également:

A vendre: usine Chinoise d'automobiles pour 30 000€

Salon de Shanghai: Daihatsu et GM China absents

Pour résumer

Sur le papier, la Chine serait l'Eldorado des constructeurs: un pays de 1,3 milliards d'habitants, où l'on ne produit qu'une dizaine de millions de voitures par an et un marché avec une croissance à deux chiffres. Néanmoins, l'offre a dépassé la demande et l'on ne peut plus vendre n'importe quoi aux Chinois. Après Daihatsu de faire ses valises.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.