par Pierre-Laurent Ribault

Caterham dévoile à Tokyo la Caterham Seven 160, alias "Kei-terham"

Il y a avait foule lundi à l'ambassade britannique de Tokyo, pour la présentation japonaise de la Caterham Seven 160 en présence de Kamui Kobayashi, héros local et nouveau pilote Caterham en F1 présent au Japon avant de s'envoler pour Melbourne. La voiture sur les photos a une particularité immédiatement reconnaissable pour ceux qui fréquentent les routes japonaises : sa plaque d'immatriculation.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Plus exactement, la couleur de sa plaque d'immatriculation, du jaune réglementaire de celle des kei cars. La Seven 160 est la première kei étrangère depuis la Smart K, une version spéciale étroite de la Smart ForTwo vendue au Japon entre 2001 et 2004. La Seven 160, dévoilée l'été dernier au salon de Francfort, est fabriquée dans l'usine Caterham de l'autre côté de la Manche mais a le coeur japonais, un 3 cylindres Suzuki 660cm3 turbo. Elle retrouve en quelque sorte ses racines à Tokyo puisque l'idée de la Seven 160 est née chez Caterham Japan.

Le point intéressant de cette présentation est que le communiqué de presse évite soigneusement de mentionner un chiffre de puissance, et pour une bonne raison. Normalement, les kei avec turbo culminent toutes au même chiffre de 64 chevaux, et il était prévu que la Seven 160 dans sa version japonaise (appelée Seven 130 à l'origine) fasse de même via un réglage de l'ECU, alors que la voiture vendue en Europe affiche 80 chevaux. Les futurs clients japonais, unanimes dans leurs suppliques, auront eu raison de cette vertueuse intention : la Caterham 160 japonaise aura bien 80 chevaux dès le départ, comme ses collègues européennes. Cela ne l'empêchera pas d'obtenir l'homologation en tant que kei car, étant donné que la limite des 64 chevaux est, étonnamment, le cadre d'un gentlemen's agreement entre les constructeurs du cru à l'intérieur d'une réglementation plus souple qu'il apparaît au premier abord, comme l'étaient les 280 chevaux fatidiques des sportives japonaises des années 90.

Caterham, sans le crier sur les toits, a donc décidé de passer outre... Et ce pourrait être le début de la fin pour cette limite artificielle puisqu'on murmure que la Honda S660 suivra le même chemin. En attendant cette dernière, la Caterham Seven 160 devrait se tailler un joli succès d'estime, en particulier grâce à un prix d'appel à 3 496 500 yens. A vrai dire, ce succès naissant est d'ailleurs le problème majeur de Caterham Japan qui craint de ne pas pouvoir obtenir autant de voitures que nécessaire et développer des délais d'attente à la Morgan.

En bonus, le blog auto était présent deux jours avant chez Hasselblad Japan, au coeur de Tokyo, où Kamui K était le sujet d'une séance photo de mode avec une autre Caterham, une plus classique Roadsport 200 celle-ci. Le pilote japonais semble s'être pris d'affection pour les différentes versions de la Seven dès ses premiers jours chez le constructeur britannique. Le contraire eut été étonnant.

Source : Caterham Japan

Crédit photos : Caterham Japan (1,2,3) et PLR/le blog auto (4,5)

Pour résumer

Il y a avait foule lundi à l'ambassade britannique de Tokyo, pour la présentation japonaise de la Caterham Seven 160 en présence de Kamui Kobayashi, héros local et nouveau pilote Caterham en F1 présent au Japon avant de s'envoler pour Melbourne. La voiture sur les photos a une particularité immédiatement reconnaissable pour ceux qui fréquentent les routes japonaises : sa plaque d'immatriculation.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.