par Patrick Garcia

[Dix ans déjà] Après la chaussette, la voiture chinoise débarque

8 juillet 2005 : La première cargaison de Landwind X6 arrive au port d'Anvers. L'avant-garde d'une vague de voitures made in China à prix imbattables qui vont avaler le marché européen, s'inquiète-t-on alors. Dix ans plus tard, en fait de vague, on a eu au mieux un compte-gouttes. On peut sans doute dire merci en partie au Landwind X6 pour ça, qui grâce à un crash test effrayant à l'Euro NCAP et plus généralement une obsolescence totale a d'entrée plombé dans l'opinion européenne le concept de la "voiture chinoise", refroidissant d'un coup les ardeurs des importateurs potentiels. La pente n'a pas été remontée depuis.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

La première livraison d'automobiles chinoises destinées à la vente a abordé le port belge d'Anvers pour rejoindre les points de vente du concessionnaires hollandais Peter Bijvelds. Selon ce dernier, 200 acheteurs ont déjà signé leur bon de commande du SUV Landwind X6 et ses objectifs pour l'année en cours font état de plus de 2000 ventes. Pourquoi un tel succès?

L'ouvrier chinois ne "réclamant" pas plus de 40 euros pour une semaine de travail, le tarif catalogue ne dépasse pas 17 000 pour un engin équipé tout de même de la climatisation, des sièges cuir, de la direction assistée, des vitres électriques, d'un lecteur cd et du verrouillage centralisé. Et si jamais vous imaginiez l'engin mû par une asmathique bouilloire, détrompez vous puisque sous le capot se cachent des moteurs Mitsubishi 2l et 2.4l essence et GM 2.8 turbo diesel.

Les frais d'études n'ont certainement pas été une grosse charge puisqu'en plus du moteur, beaucoup de composants sont issus des banques d'organes Isuzu, ce qui permet d'accorder une garantie de 2 ans ou 100 000km ! Question design, n'allez pas chercher d'explications fumeuses de patrons de styles délirants puisque le tout donne un air de déjà vu qui lui permettra de s'inserer dans la circulation sans jamais causer la gêne de son propriétaire face aux vieux Opel Frontera, Ford Maverick et autres Kia Sorento. Peter Bijvelds a obtenu un contrat d'exclusivité de 5ans avec Jianling Motors Companie, propriétaire de Landwin, et entend developper son réseau de distribution dans 27 pays européens.

Manifestement, l'automobile chinoise risque bien de suivre l'exemple de son homologue, la chaussette, puisque les tarifs 50 % plus attractif que le moins cher des concurrents vont générer un afflux de commandes que les usines vont absorber sans peine puisque déjà calibrées pour cette expansion dûment réfléchie.

Les mois et les années à venir s'annoncent difficiles pour les constructeurs européens (et US dès que l'offre sera adaptée) qui, du fait de la globalisation des échanges, ne pourront pas opposer la politique protectionniste utilisées pour se prémunir de "l'invasion japonaise" dans les années 80.

source: Autoactu

Crédit photos : Landwind

Pour résumer

8 juillet 2005 : La première cargaison de Landwind X6 arrive au port d'Anvers. L'avant-garde d'une vague de voitures made in China à prix imbattables qui vont avaler le marché européen, s'inquiète-t-on alors. Dix ans plus tard, en fait de vague, on a eu au mieux un compte-gouttes. On peut sans doute dire merci en partie au Landwind X6 pour ça, qui grâce à un crash test effrayant à l'Euro NCAP et plus généralement une obsolescence totale a d'entrée plombé dans l'opinion européenne le concept de la "voiture chinoise", refroidissant d'un coup les ardeurs des importateurs potentiels. La pente n'a pas été remontée depuis.

Patrick Garcia
Rédacteur
Patrick Garcia

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.