par Thibaut Emme

+30% d'excès de vitesse en décembre, mais pas de PV

Avec la grogne des "gilets jaunes", plus de 50% (on parle même de 75%) des radars sont dégradés. Et Emmanuel Barbe de parler d'un bond de 30% des excès de vitesse. Ces derniers ne pourront pas être sanctionnés.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Un radar, c'est un appareil de mesure (merci Monsieur de La Palice) et un appareil photo. Hors dégradation type incendie ou "dézingage" en règle, les radars restent fonctionnels mais prennent des photos noires, colorées, floues, etc. En bref, ils continuent de mesurer la vitesse mais le PV est inexploitable et donc mis à la poubelle.

Avec le battage médiatique qui a été fait autour de ces radars "hors service", un certain relâchement était attendu. Il était même redouté même par les autorités dont le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière, Emmanuel Barbe.

Sur RTL, ce dernier a déclaré : "C'est une augmentation de près de 30% qui n'ont pas donné lieu à contravention parce que les radars étaient voilés et que le cliché n'était pas exploitable. On voit bien que tout le monde accélère et cela va se payer en morts. Il faut vraiment que cela cesse".

En attendant les chiffres officiels, les premiers recensements intermédiaires ne montrent pas une explosion des accidents mortels sur la fin de 2018.

Attention au retour de bâton

Normalement, les cabines sont remises en état au fur et à mesure des dégradations. Mais, ici, les premiers réparés ont vite été mis hors service dans les jours qui ont suivis. Les dégradations vont du simple carton, sac poubelle ou gilet jaune scotchés sur le radar, à la destruction par le feu, par un engin de chantier ou autre. En année "normale", on dénote environ 3 à 4 destructions totales par mois. En 2018, sur les deux derniers mois, on risque bien d'exploser ce nombre.

Si pour Barbe l'effet pervers risque d'être une hausse du nombre de morts avec des excès de vitesse en hausse, cet effet risque surtout d'être une grosse claque pour les automobilistes. En effet, habitués à passer devant un radar dégradé durant 3 mois ou plus, quand celui-ci sera remis en ordre de marche il va exploser les compteurs. Et ainsi rattraper la manne financière perdue sur la fin 2018. Rassurez-vous l'état y trouvera son compte. Pour rappel, les radars automatiques rapportent à eux-seuls environ 1 milliard d'euros à l'Etat chaque année (chiffre en hausse).

Des peines "à la tête du client"

Pour rappel (car il faut bien le rappeler), le simple fait de mettre de la peinture sur un radar peut engendrer une amende de 15 000 euros et une peine d'intérêt général. La dégradation elle est punie jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Enfin, le fait de mettre un sac, un carton ou un gilet jaune sera diversement apprécié selon le juge.

Stricto sensu, il n'y a rien dans la loi qui prévoie le masquage d'un radar. Ainsi, un juge a relaxé un prévenu considérant qu'il n'y avait pas dégradation du radar au sens de la loi, mais uniquement un empêchement du fonctionnement normal. Un autre juge au contraire a considéré que c'était une dégradation, mais a condamné l'impétrant à 1000 euros d'amende dont 500 avec sursis.

Illustration : Sécurité Routière

Pour résumer

Avec la grogne des "gilets jaunes", plus de 50% (on parle même de 75%) des radars sont dégradés. Et Emmanuel Barbe de parler d'un bond de 30% des excès de vitesse. Ces derniers ne pourront pas être sanctionnés.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.