par Elisabeth Studer

Toyota : véhicules communicants dès 2021

Toyota  prévoit de débuter la commercialisation aux États-Unis  dès 2021 de  véhicules capables de communiquer entre eux en utilisant la technologie sans fil sur courte distance. Une technologie susceptible de prévenir des milliers d'accidents par an.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Toyota  prévoit de débuter la commercialisation aux États-Unis  dès 2021 de  véhicules capables de communiquer entre eux en utilisant la technologie sans fil sur courte distance. Une technologie susceptible de prévenir des milliers d'accidents par an.

Le Ministère des Transports US doit néanmoins encore déterminer s'il devra ou non exiger comme prérequis que l'ensemble des futurs véhicules soient dotés d'une telle technologie.

Toyota s'est fixé pour objectif  d'embarquer les systèmes de communication à courte portée mis en œuvre aux États-Unis sur la majeure partie de sa gamme d'ici le milieu des années 2020. Le constructeur espère que l'annonce de ses propres plans fassent des émules parmi ses concurrents, accélérant alors le processus et l'essor de technologies.

En décembre 2016, l'administration Obama a émis une proposition en vue de rendre obligatoire cette technologie, tout en donnant aux constructeurs automobiles quatre ans pour s'y conformer. Le texte prévoit parallèlement l'obligation pour les constructeurs de s'assurer que tous les véhicules «parlent le même langage grâce à une technologie standard».

Andrew Coetzee, vice-président de la planification et de la stratégie chez Toyota, a déclaré pour sa part à Automotive News que cette initiative visait en partie à inciter les constructeurs automobiles, les gouvernements et fournisseurs d'infrastructures de transport à participer au projet, sans en avoir été contraint juridiquement.

En 1999, les constructeurs automobiles ont obtenu un bloc de fréquences dans la bande de 5,9 GHz pour les communications «véhicule à véhicule» et «véhicule à infrastructure» . Ils ont travaillé sur cette technologie durant plus d'une décennie, mais cette technologie est restée largement inutilisée. Certains au Congrès et à la Commission fédérale des communications US estiment qu'elle devrait s'ouvrir à d'autres utilisations.

En 2017, General Motors a commencé à offrir des technologies « véhicule à véhicule » sur la Cadillac CTS. Il s'agit toutefois du seul véhicule actuellement disponible sur le marché doté d'un tel système. Toyota a pour sa part déployé ce type de technologie au Japon sur plus de 100 000 véhicules depuis 2015.

En 2017, l'Administration nationale de la sécurité routière US a indiqué  que l'adaptation pourrait coûter entre 135 et 300 dollars par véhicule neuf, soit jusqu'à 5 milliards de dollars par an. Mais de telles fonctionnalités pourraient prévenir jusqu'à 600 000 accidents par an, conduisant parallèlement à une réduction des coûts de 71 milliards.

L'année dernière, la NHTSA a déclaré qu'elle n'avait "pris aucune décision finale" relative aux exigences technologiques en la matière. Aucune décision n'est attendue avant décembre prochain.

En 2017, les plus grands groupes automobiles et les régulateurs ont exhorté la ministre des Transports des États-Unis, Elaine Chao, à finaliser les normes liées à cette technologie et à protéger les fréquences réservées, arguant de la nécessité d'étendre le déploiement et l'utilisation de technologies en matière de sécurité routière.

Pour résumer

Toyota  prévoit de débuter la commercialisation aux États-Unis  dès 2021 de  véhicules capables de communiquer entre eux en utilisant la technologie sans fil sur courte distance. Une technologie susceptible de prévenir des milliers d'accidents par an.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.