Accueil Nissan Nissan : retrait d’Alliance Ventures pour racler les fonds de tiroir ?

Nissan : retrait d’Alliance Ventures pour racler les fonds de tiroir ?

1481
0
PARTAGER

Nissan devrait se retirer du fonds de capital-risque Alliance-Ventures qu’il gère avec ses partenaires de l’alliance Renault et Mitsubishi. C’est en tout cas ce qu’ont affirmé à Reuters deux personnes proches de Nissan. Selon eux, cette décision serait liée à la volonté du constructeur japonais de réduire ses coûts et de préserver des liquidités, alors que ses affaires sont loin d’être au beau fixe.

Selon ces deux sources, Nissan devrait annoncer sa décision officielle de se retirer du fonds Alliance Ventures d’ici la fin du mois du mois de mars.

Cette mesure serait liée à une déclaration faite par Mitsubishi lors d’une réunion de l’Alliance la semaine dernière indiquant ne plus vouloir continuer à injecter de l’argent dans le fonds.

La décision de quitter le fonds basé à Amsterdam était tout sauf un accord, a déclaré l’une des sources, ajoutant que « la maison était en feu. »

Si une porte-parole de Nissan a refusé de commenter, estimant qu’il s’agissait de pures rumeurs et spéculations, un porte-parole de Mitsubishi a quant à lui déclaré qu’aucune décision n’avait été prise.

Alliance Ventures, lancé en 2018, avec un investissement initial de 200 millions de dollars, pourrait voir son capital atteindre 1 milliard de dollars d’ici 2023 selon son site internet. Alors que le fonds devait initialement recevoir près de 200 millions de dollars par an des trois partenaires de l’Alliance, l’une des sources indique que ce montant global ne serait jamais atteint.

Alliance Venture participe à des pôles d’innovation clés (Paris, Yokohama, Silicon Valley, Shanghai et Tel Aviv), avec pour cible l’innovation technologique et commerciale dans les domaines de la nouvelle mobilité, de la conduite autonome, des services connectés, des véhicules électriques et de l’énergie et de l’entreprise 2.0.

S’appuyant sur l’expertise et les opportunités commerciales des trois grands groupes automobiles, le fonds réalise des investissements stratégiques dans des start-ups développant des technologies ou des entreprises innovantes.

Notre avis, par leblogauto.com

Si elle se révélait exacte, cette décision verrait le jour alors que Nissan – qui a vu ses revenus s’effondrer – fait désormais face à un net ralentissement en Chine, son plus grand marché, en raison de l’impact de l’épidémie de coronavirus. Les ventes réalisées sur le territoire chinois ont chuté de 80% le mois dernier.

Une telle mesure mettrait également en évidence l’ampleur du plan de réduction des coûts du constructeur mis en œuvre sous la houlette du nouveau PDG Makoto Uchida, qui se doit de redresser rapidement les comptes du constructeur.

Etabli par Ghosn pour tirer partie des opportunités d’apprentissage offertes par l’investissement dans des start-ups, le fonds n’avait pas pour but premier de dégager d’importants bénéfices. Mais étant la situation financière difficile à laquelle Nissan se trouve confronté, le constructeur étudie désormais le dossier en terme de retour sur investissement. Voire racle les fonds de tiroir  ? …

Sources : Reuters

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz