Accueil PSA Brexit : PSA prêt à transférer la production de l’Opel Astra hors...

Brexit : PSA prêt à transférer la production de l’Opel Astra hors RU

2318
80
PARTAGER

Cqfd. Alors que nous laissions entendre que les récents propos de Carlos Tavares, patron de PSA, à l’encontre de Boris Johnson, le nouveau premier ministre britannique – exhortant le successeur de Theresa May à agir vite  – pouvaient être notamment liés à la décision d’implanter – ou pas – la production de la nouvelle Opel Astra au Royaume Uni, les derniers éléments du dossier semblent nous donner raison. Tavares a ainsi déclaré dans un entretien au Financial Times que PSA – désormais propriétaire de Opel/Vauxhall – qu’il pourrait transférer toute la production de son usine d’Ellesmere Port en dehors du territoire britannique si le Brexit entachait la rentabilité du groupe.
Le patron du constructeur a ainsi déclaré au Financial Times disposer de capacités de production alternatives lui permettant de s’affranchir d’une présence au Royaume-Uni.

L’avenir du site d’Ellesmere Port lié à un hard Brexit

Se voulant on ne peut plus clair, Tavares a même indiqué au journal anglo-saxon que le transfert de production conduirait probablement à la fermeture du site, menaçant 1 000 emplois.

Le cas échéant, l’usine Vauxhall produisant des camionnettes à Luton demeurerait le seul site du groupe sur le territoire britannique.

« Franchement, je préférerais produire l’Opel Astra à Ellesmere Port mais si les conditions sont mauvaises et que je ne peux pas la rentabiliser, je dois protéger le reste de l’entreprise et de ce fait ce scénario ne sera pas retenu », a déclaré Carlos Tavares au journal. Insistant sur le fait que PSA disposait d’une alternative pour produire en dehors du site britannique.

En juin dernier, le constructeur a annoncé son intention d’assembler la prochaine génération de l’Astra, sa voiture la plus vendue, à Ellesmere Port ainsi que sur un autre site en Allemagne. Il avait toutefois d’ores et déjà prévenu à cette date À l’époque, que sa décision dépendrait des conditions finales du Brexit.

PSA dispose d’un scénario alternatif … et d’un plan d’urgence

Désormais, Tavares franchit un pas de plus, en indiquant que PSA disposait déjà d’un scénario alternatif pour produire le véhicule en dehors du Royaume-Uni, en cas d’une sortie de l’UE sans accord.

Dans un communiqué officiel publié lundi, PSA a toutefois confirmé que le groupe étudiait toujours la possibilité de produire l’Astra nouvelle génération à Russelsheim et à Ellesmere Port.
Avertissant officiellement désormais que la décision finale sur le rôle de l’usine d’Ellesmere Port serait subordonnée aux « conditions définitives de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ».

PSA a par ailleurs ajouté avoir mis en place « un plan d’urgence exhaustif couvrant les ressources humaines, la fiscalité, les douanes, la logistique, la production, la réglementation, la chaîne d’approvisionnement et l’informatique ».

PSA très attentif à la situation politique

Le constructeur a déclaré qu’il surveillait de près l’évolution de la situation politique et qu’il engagerait des discussions avec les politiciens afin de comprendre les diverses potentielles conséquences du Brexit.

Le nouveau premier ministre britannique Boris Johnson a pour sa part demandé à Michael Gove d’épauler Sajid Javid, le ministre des Finances, dans la préparation d’une sortie de l’Union européenne sans accord. Le week-end dernier, Michael Gove a déclaré que le gouvernement travaillait désormais sur l’hypothèse d’un « Brexit sans accord ».

M. Gove a déclaré que son équipe avait toujours pour objectif de parvenir à un accord avec Bruxelles, déclarant toutefois en parallèle dans le Sunday Times, ‘qu’un no deal constituait désormais une perspective très réelle ».

La Confédération des industries britanniques a averti le gouvernement que ni le Royaume-Uni ni l’Union européenne n’étaient prêts pour un Brexit sans accord.

Le lobby britannique de l’industrie automobile, la Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT), a averti vendredi qu’un no deal n’était tout simplement pas envisageable, considérant qu’une telle issue ne constituait pas une option possible.

La production automobile britannique déjà secouée par le Brexit

En 2018, la production automobile a chuté au Royaume-Uni, suite notamment à la demande croissante de l’industrie en faveur d’un accord sur le Brexit. Le secteur industriel automobile britannique a été frappé de plein fouet ces derniers mois. Jugez plutôt …

Honda a annoncé la fermeture de son usine de Swindon en 2021. Ford a également annoncé que son usine de moteurs Bridgend dans le sud du pays de Galles fermerait ses portes en septembre 2020, entraînant la perte de 1 700 emplois.

Les constructeurs automobiles japonais, y compris Nissan, ont déclaré que l’incertitude liée au Brexit ne les aidait pas à « planifier l’avenir ».

Au début de l’année, Nissan a pris la décision de construire le prochain modèle X-Trail au Japon plutôt qu’à Sunderland.

Sources : BBC, Financial Times

Poster un Commentaire

80 Commentaires sur "Brexit : PSA prêt à transférer la production de l’Opel Astra hors RU"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Oui et bien le Brexit n’est-il pas le prétexte?
Quand on voit l’envolée des prix de la prochaine 208 pour une production à côté des usines Dacia … on a l’impression que consommateurs et ouvriers vont payer? Je suis volontairement caustique car l’Astra ne pourra pas vivre sans RU. C’est sûr que la situation n’est pas confortable pour Opel … qui s’en serait bien passé de cette attente interminable.

nouh
Invité

Opel va bien et n’a pas besoin de la production en Angleterre et surtout PSA, comme les autres constructeurs, n’a pas à faire les frais des égarement des britanniques. Ils ont voulu le brexit et bien qu’ils assument!!!
Le cul entre deux chaises n’est pas confortables, à un moment, il faut choisir….

Gui
Invité

Les anglais et gallois ont vote « Brexit », qu’ils assument! Leurs politiques leurs ont fait miroiter monts et merveilles, malgres les debats, ils les ont cru, ils assument! C’est aussi ca la democratie…
Je suis plus inquiet pour les ecossais et surtout les irlandais, qui ont eux vote pour rester et vont probablement payer tres cher l’egoisme de leurs voisins.

bzep
Invité

A ce sujet est-ce que les écossais ne pourraient pas quitter le Royaume Uni … ?

zafira500
Invité

@bzep
En tout cas, ça leur en donnerait l’occasion.

greg
Invité

A moins d´un nouveau referendum non.
Et celui-ci doit être organisé à l´initiative de Boris.

amiral_sub
Invité

il est tout à fait possible qu’à plus long terme, suite au brexit l’Irlande se réunifie (perte de l’Irlande du Nord pour le RU) et que l’Ecosse quitte également l’union. Il ne resterait alors plus rien de l’empire britannique, uniquement par la volonté des britanniques

greg
Invité

Impossible, techniquement l´Irlande du Nord et l´Ecosse font partie intégrante du Royaume Uni.
Ils ne peuvent pas légalement proclamer leur indépendance.
La seule solution prévue par les textes est la voie référendaire.
Toutefois ce référendum, comme je l´ai dit, ne peut être organisé que sur proposition du premier ministre anglais. Je doutes que si l´indépendance avait des chances de l´emporter, un premier ministre prenne un tel risque.
Quand à la réunification irlandaise, vu comment les anglais ont bien pourri les mentalités Là-bas. sans oublier la question religieuse.

zafira500
Invité

@amiral_sub
La réunification irlandaise, je n’y crois pas une seconde. greg a d’ailleurs bien expliqué la raison, j’ajouterais aussi un problème ethnique, une bonne partie des irlandais du Nord étant des descendants des colons anglais.

@greg
En général, les indépendantistes et les sécessionnistes ne peuvent légalement pas proclamer leur indépendance. Et pourtant, des exemples ou cela s’est fait – y compris récemment – ne manquent pas. Le tout est de savoir si cela se fera dans le calme ou la douleur.

greg
Invité

Tu as combien d´exemples de ce type dans des démocraties et en temps de paix?

zafira500
Invité

@greg
L’ex-Yougoslavie (Slovénie, Croatie et surtout, Bosnie-Herzegovine et Kosovo), la République d’Irlande, certains pays de l’ex-Urss, l’ex-Tchécoslovaquie,… J’arrete là, la liste est longue.😉

zafira500
Invité

Je précise pour la République d’Irlande qu’elle faisait partie du Royaume-Uni et a obtenu son indépendance en 1922.

greg
Invité

Oui et je précise que c’était une colonie avec des troupes d’occupation et que tout était décidé à Londres! Pas vraiment comparable avec l’Ecosse et l’Ulster actuelles
Je te rappelle aussi que malgré la famine qui régnait, Londres a forcé l’Irlande à exporter leur production restante de pomme de terre vers l’angleterre.
Bref, rien de comparable

zafira500
Invité

@greg
« Oui et je précise que c’était une colonie avec des troupes d’occupation et que tout était décidé à Londres! Pas vraiment comparable avec l’Ecosse et l’Ulster actuelles »
Justement si. Parce que tu crois que l’Ecosse est entrée de son plein gré dans le Royaume-Uni?
Quand à l’Ulster, avant de devenir l’Etat actuel, c’était une province de l’Irlande, elle a fait sécession à cause des protestants.

greg
Invité

L’ex-Yougoslavie qui était une dictature et qui a connu une guerre civile?
J’ai bien parlé de démocraties, pas de dictatures qui deviennent démocrates par la suite…C’est un peu évident que des régimes autocratiques multinationaux ne tenant que par la force implosent quand ils deviennent des démocraties…
Quant à l’Irlande, bah ça va te surprendre mais les Irlandais n’avaient quasiment aucun droit jusqu’en 1914 et le vote du home rule…Et qui ne fut jamais appliqué. L’Irlande n’est devenue une démocratie qu’après plusieurs années de révolte armée.
Donc ta liste me parait au final assez courte.

zafira500
Invité

« L’ex-Yougoslavie qui était une dictature et qui a connu une guerre civile? »
En quoi l’ex-Yougoslavie était une dictature en 1991? Expliques moi. Ne confonds pas nationalisme – nationalisme serbe de Milosevic en l’occurrence – et dictature.

« Donc ta liste me parait au final assez courte. »
Ou tu ne prends que ce qui t’intéresse. 😉

greg
Invité

La Yougoslavie était une dictature jusqu´à la fin de la guerre hein. C´était toujours officiellement la république fédérale socialiste de Yougoslavie,
Non, je ne prend que ce qui est comparable. Des sécessions au sortir d´une dictature et/ou de plusieurs années de guerre civile cela ne colle pas du tout avec la situation Anglaise actuelle.

Bcbg
Invité

Comme «  un oranger sur le sol irlandais, on ne le verra jamais… »

Invité

Je me demande si les extrêmes droites européennes (genre Marine le Pen, suivez mon regard) continuent toujours à jurer qu’il n’y aura « aucune conséquence négative du Brexit, seulement une liberté retrouvée par les britanniques » ?

wizz
Membre

SAM

Tu t’inquiètes de la prochaine envolée des prix de la future 208 fabriquée dans un pays de l’Est comme fait Dacia. MAIS je ne te vois pas critiquer Renault, dont les Clio sont toutes aussi chères, et qui sont fabriquées en Turquie, encore moins chère que la Tchéquie…

Invité

sauf que ce n’est pas Renault qui se vantait, lors de la présentation de la Clio 4, que « nous, on aime le made aine France » … c’est PSA, pour mieux raillé les délocalisations de son concurrent !

Invité
SAM « pour une production à côté des usines Dacia » Vous vous rendez compte de l’absurdité et du total hors sujet que vous venez de sortir? Elles pourraient être produite à côté d’une usine de sacs plastique que ça ne changerait rien. Vous l’avez dit: « à côté ». C’est une usine différente, une marque différente, avec des composants différents, un positionnement différent, des coûts différents. Et pitié, la rengaine du « c’est fait dans les pays de l’Est, c’est scandaleux, ils doivent baisser les prix de 75% du coup!! Je veux une tuture toute neuve high-tech à moins de 5.000€. QUOI?? Les marques… Lire la suite >>
Achepé
Invité

L’actuelle était produite à moitié en pologne et à moitié en angleterre

La prochaine sera produite en partie à Rüsselsheim (annoncé par PSA), donc y’a peu de souci à se faire sur cette voiture.

Hello
Invité

La desindustrialisation de l’angleterre a commencé dans les années 80, Elle ne fait que continuar sous divers pretexte oportuniste.

Michel
Invité

Mis a part le Royaume Uni, en Europe qui conduit avec le volant du mauvais coté ?
Quand on voit les couts d’outillages pour transformer un modèle en conduite à droite, on peut se poser la question de leur amortissement

Thomas
Invité

Il y’a Chypre(où vivent des Grecs et des Turcs), ou encore Malte… 😉

Nithael70
Invité

L’Inde, Japon…

SGL
Invité

Les Australiens, Néo-Zélandais…

Francois
Invité

L’Inde, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont, sans le moindre doute, de grandes nations européennes les amis. 😀

Bizaro
Invité

Pour être gentil on dira que certains sont visionnaires et d’autres n’imaginent même pas la rapidité d’expansion de l’Union Européenne… 🙂

SGL
Invité

L’Australie et la Nouvelle-Zélande ne sont pas limitrophes avec l’Europe . 😉 😀
bon OK…

Thomas
Invité

Si l’Astra est censée être produite à Rüsselsheim et Ellesmere Port, je me demande où sa cousine Peugeot 308 III serait produite(on parlait un moment de Mulhouse en remplacement du 2008, mais…) ??? 😮

CHRIS
Invité

Soit à Mulhouse, soit à Russelsheim à coté de l’Astra. Les usines sont spécilaisées par plateforme et Sochaux est à bloc et va accueillir la Ds4

wizz
Membre

le 308 III restera à Sochaux, en remplacement de la 308 II
Le Grandland ira en Allemagne et libérer de la capacité. Une autre usine donnera un coup de pouce sur la production du 3008 (à côté du Grandland par exemple) si jamais Sochaux serait saturé

wpDiscuz