Accueil Constructeurs Boris Johnson jette l’effroi dans le secteur automobile UK

Boris Johnson jette l’effroi dans le secteur automobile UK

3284
62
PARTAGER

Boris Johnson à peine fraîchement élu, le secteur automobile tire la sonnette d’alarme. Insistant sur le fait qu’une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord (no deal ou hard Brexit) menaçait la production automobile britannique.

Un no deal constitue une menace existentielle

Un Brexit sans accord constitue une menace existentielle pour l’industrie automobile britannique et risquerait de compromettre sa production, a ainsi affirmé vendredi le le directeur de la la Société des constructeurs et des concessionnaires automobiles (SMMT), Mike Hawes, dans un courrier alarmiste adressé au nouveau premier ministre Prime Ministre Boris Johnson.

« Nous sommes fortement intégrés à l’Europe et un Brexit sans accord entraînerait d’énormes coûts tarifaires et des perturbations qui menaceraient la production, tout en minant davantage la confiance des investisseurs internationaux envers le Royaume-Uni », a déclaré Hawes dans son courrier.

Boris Johnson en faveur d’un Brexit sans accord

Cet avertissement intervient alors que le successeur de Theresa May a pris ses fonctions durant la semaine … et qu’il accélère d’ores et déjà les préparatifs en vue d’un Brexit sans accord. Laissant toutefois entendre qu’il espérait parvenir à un meilleur accord avec l’Union européenne.

Mises en garde depuis de nombreux mois

Plusieurs grands constructeurs automobiles mettent en garde depuis quelques mois sur les lourdes difficultés auxquelles ils seraient confrontés suite à la mise en place de nouveaux taxes douanières, s’alarmant de l’émergence de contraintes bureaucratiques pouvant mettre en péril le maintien de processus de production à flux tendus.

Les partisans du Brexit ont quant à eux longtemps soutenu que l’Allemagne qui exporte chaque année des centaines de milliers de voitures vers le Royaume-Uni  ferait tout son possible pour protéger ces échanges.

L’avis de Leblogauto.com

Durant le mandat de Theresa May, l’industrie britannique avait à maintes reprises  fait part de sa plus vive inquiétude  face aux graves conséquences économiques et financières qu’engendreraient un Brexit sans accord. Désormais, l’arrivée de Boris Johnson aux manettes du pays ne fait rien pour les rassurer, bien au contraire. Ce dernier ayant déjà menacé d’un « no deal » le 31 octobre prochain.

Malgré l’appel au calme lancé jeudi dernier par Michel Barnier – négociateur du Brexit pour l’UE – jeudi, l’inquiétude grandit au sein de l’UE face à la fermeté dont faire preuve le nouveau Premier Ministre britannique.
Simon Coveney, le ministre irlandais des Affaires étrangères, a même affirmé que le Boris Johnson semblait « avoir pris la décision délibérée de placer le Royaume-Uni sur la voie d’un choc frontal avec l’Union européenne et l’Irlande dans le cadre des négociations sur le Brexit», la ministre française chargée des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, mettait en garde Londres contre les «postures» et les «provocations».

Rappelons que Boris Johnson, fortement impliqué dans la campagne en faveur du Brexit en 2016, n’a cessé depuis de critiquer les efforts de Theresa May pour obtenir une sortie raisonnée et négociée du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Sources : Automotive News

Crédit Photo : SMMT

Poster un Commentaire

62 Commentaires sur "Boris Johnson jette l’effroi dans le secteur automobile UK"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité
C’est une erreur Elisabeth, de prendre Boris Johnson pour un nouveau Trump. C’est plutôt un Alexis Tsipras qui retournera sa veste et trahira (une fois encore) ses électeurs, en reprenant à son compte le plan de sortie de l’UE de l’ex premier ministre Thérésa May. Il n’a pas le choix : la survie du Royaume-Uni est en jeu, l’Ecosse et l’Irlande du Nord risquant de prendre leur indépendance. Johnson est un patriote et maintenant qu’il est Premier Ministre, il va tout faire pour rester en jeu. Le Hard Brexit n’est pas une option pour lui mais il ne le dira… Lire la suite >>
zeboss
Invité

rapport avec Tsipras ?
BJ est en guerre contre l’UE l’accusant de maux inexistants en UK, il veut juste imposer sa logique (illogique) au pays. Il est possible que l’Écosse fortement pro UE et anti brexit relance un processus indépendance mais pas pour l’Irlande, où justement les pro UK ont fait durer la guerre avec l’IRA. Le vrai danger c’est le retour de ce conflit en arrière plan, sauf si la minorité anglicane suit la logique du filet de sécurité et accepte de se rapprocher, politiquement, du Sud…

zafira500
Invité

@zeboss
« rapport avec Tsipras ? »
Il veut dire que Tsipras a « trahi » le peuple grec en reniant ses engagements et en pratiquant la cure d’austérité voulu par Bruxelles et le FMI.
De plus, Boris Johnson est un habitué des retournements de veste (un jour, il sera contre, le lendemain il tiendra des propos plus nuancés).

amiral_sub
Invité

Contrairement à ses engagements, Tsipras a sauvé la Grèce. Espérons que Boris fasse de même.
Mais pour rappel le R.U. est une démocratie et le 1ier ministre ne décide pas seul. Il ne pourra pas appliquer le plan de Teresa May, refusé plusieurs fois par les députés

maybeline
Invité

Ruiné la Grèce vouliez vous dire ..?

amiral_sub
Invité

@maybeline: Alexis Tsipras redresse la Grèce… et perd les élections
https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-08-juillet-2019

maybeline
Invité

Lire un communiqué de presse pro UE débitant/plébiscitant les résultats d’ un Tsypras qui achève de ruiner la Grèce revient à glorifier la Pravda et son intrication politique dans l’ URSS d’ hier ..
Connaissez-vous la désormais célèbre expression se faire syriser ..?

maybeline
Invité

« De plus, Boris Johnson est un habitué des retournements de veste (un jour, il sera contre, le lendemain il tiendra des propos plus nuancés). »

Pas sûr, il faut intégrer qu’ on a volé la démocratie aux anglais en leur refusant la sortie que May (qui était pro Remain!) devait acter.
Et Farage et son Brexit Party vont pousser la charrette, fort ..

Kaiser Sauzée
Invité

Bien-sûr que c’est un Trump bis, voir pire.

amiral_sub
Invité

parions qu’il aura un moins grand succès économique que Trump

maybeline
Invité

« la survie du Royaume-Uni est en jeu »‘ Ah oui, pourquoi ..?!
Etes-vous par ailleurs capable de comprendre que si les autos ne sortent pas de GB, les allemandes n’ y entreront plus, non plus ..

DiZeL
Invité

Malheureusement, Johnson confirme le scénario du pire : à court terme une desindustrialisation accélérée et une bascule vers la déréglementation financière pour transformer l’Angleterre en méga paradis fiscal. Au final c’est les anti-brexit de Londres qui vont en profiter, et les pro des campagnes qui vont morfler.

amiral_sub
Invité

les brexiteurs se sont fait rouler dans la farine et ils seront dans tous les cas perdants : hard ou soft brexit

maybeline
Invité

Quand ..?

Thomas
Invité

Je le sens très mal ce Brexit 😮

amiral_sub
Invité

même les pro-brexit le sentent mal, c’est dire !

Béret vert
Invité

Quand les zeropéens ouvriront les yeux sur la récession en Allemagne et sur Macron qui n’arrive pas à boucler les fins de mois de l’Etat, ils arrêteront peut-être de donner des leçons d’économie à la Terre entière.

greg
Invité

Je ne savaiis que nous étions en récession :O

maybeline
Invité

2000 milliards de dettes, c’ est quoi ..?

amiral_sub
Invité

moi aussi je suis endetté, et ça ne me pose pas de problème

Bernardo
Invité

sacré benêt vert …
paske t’es plutot écolo ?

sergei
Invité

Tout se passerait bien si l’UE cessait de se comporter comme un mari qui devient fou et agressif lors d’un divorce.

wizz
Membre

Tout se passerait bien si l’UK cessait de se comporter comme une épouse qui veut avoir l’indépendance du divorce….tout en conservant les avantages du mariage.

Fabi35
Invité

L’UK(Boris) a trouvé un amant (Donald) mais fait pression sur le mari pour qu’il paye le divorce

Bizaro
Invité

Il me semble que durant le mariage, la mariée profitait déjà des avantages du mariage sans assumer ses devoirs. La mariée garde les mauvaises habitudes. Le marié entretien lui d’autres relations hors mariages. C’est relations profitent aussi de certaines largesses.

40 ans d’accords internationaux à renégocier en 5 ans je doute que cela soit facile. Surtout si certains font pression pour casser l’autre

wizz
Membre

Le marié qui aurait des relations hors mariage, ça aurait été au détriment de la mariée. L’UE aurait il fait des commerces extra-UE au détriment de la Grande Bretagne?

amiral_sub
Invité

pour respecter le choix du divorce sans se planter, la mariée n’ a pas d’autre choix qu’un divorce doux avec l’ex-mari, comme la Norvège : libre échangisme entre les ex-époux mais contribution financière de l’ex mariée (l’UK) au budget de l’ex époux (l’UE) pour obtenir ce droit de libre échangisme. Mais il me semble que l’ex épouse se sent plus puissante qu’elle ne l’est réellement…
https://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_Norv%C3%A8ge_et_l%27Union_europ%C3%A9enne

Tout autre scenario affaiblirait l’ex épouse. Mais T. May n’a pas réussi à faire voter un tel accord.
Une chose est sure: les britanniques ont bien plus à perdre que nous

maybeline
Invité

« 40 ans d’accords internationaux  » Non, il s ‘agit de sortir de deux traités dès lors que les anglais ont activé l’ article 50 .. Il n’ y a rien a renégocier et ce sont des bobards européistes, d’ ailleurs tout est prêt des deux côtés ..

wpDiscuz