Accueil Bilan Bilan 2018 : Royaume-Uni

Bilan 2018 : Royaume-Uni

1271
7
PARTAGER

Confirmant une tendance déjà amorcée en 2017, l’année 2018 est une nouvelle année sombre pour le marché automobile du Royaume-Uni.

Après une baisse de 5,65 % en 2017, la baisse est de 6,8 % pour 2018, soit 2.367.147 véhicules vendus. En comparaison, le marché affichait 2.540.617 ventes l’an passé et 2.692.786 ventes en 2016. Le Royaume-Uni demeure le 2e marché européen après l’Allemagne mais les perspectives sont très incertaines.

Hard Brexit or not ?

Les inquiétudes liées au Brexit ont pesé évidemment sur la consommation des ménages et aussi sur les investissements des entreprises, puisque la vente aux flottes baisse de façon encore plus significative à -7,3 %. De plus, la perspective d’une sortie de l’UE sans accord fait frissonner les acteurs du secteur, avec des conséquences qui seraient catastrophiques sur la production automobile nationale, l’emploi et le renchérissement des modèles importés. L’autre source de cette récession, outre les fameuses normes WLTP qui ont bouleversé l’ensemble des marchés du continent, c’est la politique anti-diésel menée par les autorités nationales et locales, avec son corolaire fiscal. Tout cela a évidemment dissuadé beaucoup de ménages d’acheter ces motorisations.

Certes, le marché du Royaume-Uni était moins diésélisé qu’en France ou en Italie, mais sa chute est spectaculaire à -29,6 %, perdant plus de 10 points de part de marché (31,7 % contre 42% en 2017). L’essence progresse, représentant presque les 2/3 du marché (62,3%) ainsi que la famille hybride/électrique, en hausse de 21% avec une part de marché qui passe à 6%. Toutefois, les véhicules totalement électriques sont encore très minoritaires.

Le directeur de la SMMT (Society of Motor Manufacturers and Traders), Mike Hawes, a déclaré : «Une deuxième année de déclin substantiel est une préoccupation majeure, car la baisse de confiance des consommateurs, la confusion des messages fiscaux et politiques et les pénuries dues aux modifications de la réglementation se sont combinés pour créer un marché très turbulent (…) Le secteur est confronté à des objectifs environnementaux de plus en plus sévères dans un contexte d’incertitude politique et économique qui affaiblit la demande. Ces chiffres devraient donc servir de sonnette d’alarme aux décideurs (…) Des mesures de soutien, non punitives, sont nécessaires pour augmenter les ventes, car le remplacement des voitures anciennes par de nouvelles technologies, qu’elles soient diesel, essence, hybrides ou rechargeables, est bon pour l’environnement, les consommateurs, l’industrie et les finances.»

Wait and see…

Succès (rares) et déceptions (nombreuses)

La Ford Fiesta reste en pole position, accroissant même de plus de 1000 unités son score de 2017. Les crossovers sont bien représentés, avec une 4e place pour le Nissan Qashqai (avec des ventes néanmoins en forte baisse) et le Ford Kuga qui entre dans le Top 10. Performance à souligner de la classe A de Mercedes, qui grimpe encore au classement en 8e position, ce qui est remarquable pour un modèle premium. Enfin, on note que Mercedes et BMW se marquent de très près avec seulement…190 ventes d’écart sur l’année !

Les marques qui s’améliorent par rapport à 2017 se comptent sur les doigts de la main, si on met de côté le succès sans faille des labels supercars comme McLaren. La palme de la croissance revient à MG, qui perce grâce à ses SUV compacts ZS et GS et affiche une hausse en décalage de 103%, à relativiser car les volumes sont encore anecdotiques. Abarth signe une belle croissance également  à +26%, ainsi que Mitsubishi (+31%) bien aidé par son Outlander hybride, Subaru (+17%) et Volvo (+9%). Seul Seat progresse au sein du groupe VAG avec le succès des Ateca et Arona. Notons l’entrée d’Alpine, qui comptabilise un peu de moins de 150 ventes pour son début sur le marché.

La plupart des constructeurs généralistes ont souffert, comme le groupe PSA (-7% avec une chute forte pour DS à -44%) et Renault (-10%). Nissan se crashe à -32%, accompagné par sa branche premium Infiniti qui est en chute libre (-78%!), faute de nouveaux modèles et d’un réseau de concessions famélique. Sa rivale Lexus limite les dégâts tout comme sa maison mère Toyota. FCA plonge aussi, avec de mauvais scores pour Fiat, qui n’a jamais eu certes une grosse implantation sur ce marché, mais aussi à cause d’Alfa Romeo (-16%), Maserati (-23%) et Jeep (-4%) qui, une fois n’est pas coutume, ne sauve pas les meubles. Les premiums allemands aussi patinent, fortement impactés par les normes WLTP et le retrait de la vente de nombreux modèles diesels, mais tandis que BMW et Mercedes subissent des baisses légères, Audi recul très fortement à -17%. ON peut toutefois supposer que leur très forte dynamique de lancements de nouveaux produits et leurs gammes pléthoriques pourront corriger le tir à l’avenir.

Sources : SMMT

Top des ventes

Modèles

  1. Ford Fiesta (95892)
  2. VW Golf (64829)
  3. Vauxhall Corsa (52915)
  4. Nissan Qashqai (50546)
  5. Ford Focus (50492)
  6. VW Polo (45149)
  7. Mini (44904)
  8. Mercedes Classe A (43527)
  9. Ford Kuga (40398)
  10. Kia Sportage (35567)

Marques

1. Ford (254082)

2. VW (203133)

3.Vauxhall (177298)

4.Mercedes (172238)

5.BMW (172048)

6.Audi (143179)

7.Nissan (102637)

8.Toyota (101922)

9.Kia (95764)

10. Hyundai (89925)

Décembre 2018

Dec 18 Dec 17 Changement PM 2018 PM 2017
Aston Martin 77 78 -1,28% 0,05% 0,05%
BMW 11 600 13 471 -13,89% 8,05% 8,84%
Mini 7 211 7 127 1,18% 5,00% 4,67%
BMW Group 18 811 20 598 -8,68% 13,06% 13,51%
Mercedes-Benz 11 365 10 427 9,00% 7,89% 6,84%
Smart 384 456 -15,79% 0,27% 0,30%
Daimler 11 749 10 883 7,96% 8,15% 7,14%
Alfa Romeo 258 304 -15,13% 0,18% 0,20%
Abarth 445 272 63,60% 0,31% 0,18%
Fiat 1 977 1 645 20,18% 1,37% 1,08%
Jeep 372 261 42,53% 0,26% 0,17%
Maserati 103 125 -17,60% 0,07% 0,08%
FCA 3 155 2 607 21,02% 2,19% 1,71%
Ford 16 493 15 541 6,13% 11,45% 10,19%
Chevrolet 3 4 -25,00% 0,00% 0,00%
Honda 2 653 2 632 0,80% 1,84% 1,73%
Hyundai 4 009 5 026 -20,23% 2,78% 3,30%
Kia 3 810 3 773 0,98% 2,64% 2,47%
Hyundai-Kia 7 819 8 799 -11,14% 5,43% 5,77%
Lotus 6 11 -45,45% 0,00% 0,01%
MG 650 454 43,17% 0,45% 0,30%
Mazda 2 018 1 569 28,62% 1,40% 1,03%
McLaren 26 23 13,04% 0,05% 0,02%
Vauxhall 12 645 13 303 -4,95% 8,78% 8,72%
Citroën 2 010 2 180 -7,80% 1,39% 1,43%
DS 185 277 -33,21% 0,13% 0,18%
Peugeot 4 763 4 134 15,22% 3,31% 2,71%
PSA 19 603 19 894 -1,46% 13,60% 13,05%
Dacia 1 890 983 92,27% 1,31% 0,64%
Mitsubishi 1 722 1 227 40,34% 1,20% 0,80%
Nissan 5 294 7 759 -31,77% 3,67% 5,09%
Infiniti 25 59 -57,63% 0,02% 0,04%
Alpine 5 0 0,00% 0,00%
Renault 3 540 3 194 10,83% 2,46% 2,09%
Renault-Nissan 12 476 13 222 -5,64% 8,66% 8,67%
Ssangyong 111 141 -21,28% 0,08% 0,09%
Subaru 193 246 -21,54% 0,13% 0,16%
Suzuki 2 154 2 329 -7,51% 1,49% 1,53%
Jaguar 2 304 2 009 14,68% 1,60% 1,32%
Land Rover 4 321 4 186 3,23% 3,00% 2,75%
Tata Group 6 625 6 195 6,94% 4,60% 4,06%
Lexus 420 772 -45,60% 0,29% 0,51%
Toyota 2 936 5 188 -43,41% 2,04% 3,40%
Toyota Group 3 356 5 960 -43,69% 2,33% 3,91%
Audi 6 310 10 671 -40,87% 4,38% 7,00%
Lamborghini *
Bentley 81 122 -33,61% 0,06% 0,08%
Porsche 1 211 1 036 16,89% 0,84% 0,68%
Seat 2 805 3 848 -27,10% 1,95% 2,52%
Skoda 5 328 6 433 -17,18% 3,70% 4,22%
Volkswagen 16 010 15 345 4,33% 11,11% 10,06%
VW Group 31 745 37 455 -15,24% 22,03% 24,57%
Volvo 3 840 3 195 20,19% 2,67% 2,10%
Autres marques
Locales
61 45 35,56% 0,04% 0,03%
Autres imports 465 592 -21,45% 0,00% 0,39%
TOTAL 144089 152473 -5,50%

* Les statistiques fournies par le SMMT n’indiquent pas de ligne de vente pour Lamborghini, qui est en fait inclus dans « autres imports ».

Cumul annuel

2018 2017 Changement PM 2018 PM 2017
Aston Martin 1455 1471 -1,09% 0,06% 0,06%
BMW 172 048 175 101 -1,74% 7,27% 6,89%
Mini 67 021 68 166 -1,68% 2,83% 2,68%
BMW Group 239 069 243 267 -1,73% 10,10% 9,58%
Mercedes-Benz 172 238 180 970 -4,83% 7,28% 7,12%
Smart 7 631 10 323 -26,08% 0,32% 0,41%
Daimler 179 869 191 293 -5,97% 7,60% 7,53%
Alfa Romeo 4 161 4 997 -16,73% 0,18% 0,20%
Abarth 5 631 4 441 26,80% 0,24% 0,17%
Fiat 35 652 44 475 -19,84% 1,51% 1,75%
Jeep 6 114 6 380 -4,17% 0,26% 0,25%
Maserati 1 297 1 701 -23,75% 0,05% 0,07%
FCA 52 855 61 994 -14,74% 2,23% 2,44%
Ford 254 082 287 396 -11,59% 10,73% 11,31%
Chevrolet 41 70 -41,43% 0,00% 0,00%
Honda 52 570 53 901 -2,47% 2,22% 2,12%
Hyundai 89 925 93 403 -3,72% 3,80% 3,68%
Kia 95 764 93 222 2,73% 4,05% 3,67%
Hyundai-Kia 185 689 186 625 -0,50% 7,84% 7,35%
Lotus 247 279 -11,47% 0,01% 0,01%
MG 9 049 4 441 103,76% 0,38% 0,17%
Mazda 39 602 39 092 1,30% 1,67% 1,54%
McLaren 626 567 10,41% 0,06% 0,02%
Vauxhall 177 298 195 137 -9,14% 7,49% 7,68%
Citroën 49 618 51 455 -3,57% 2,10% 2,03%
DS 5 074 9 082 -44,13% 0,21% 0,36%
Peugeot 81 043 82 226 -1,44% 3,42% 3,24%
PSA 313 033 337 900 -7,36% 13,22% 13,30%
Dacia 24 169 25 149 -3,90% 1,02% 0,99%
Mitsubishi 21 156 16 092 31,47% 0,89% 0,63%
Nissan 102 637 151 156 -32,10% 4,34% 5,95%
Infiniti 750 3 515 -78,66% 0,03% 0,14%
Alpine 142 0 0,01% 0,00%
Renault 62 168 69 110 -10,04% 2,63% 2,72%
Renault-Nissan 211 022 265 022 -20,38% 8,91% 10,43%
Ssangyong 2 754 3 590 -23,29% 0,12% 0,14%
Subaru 3 141 2 679 17,25% 0,13% 0,11%
Suzuki 38 519 40 343 -4,52% 1,63% 1,59%
Jaguar 37 019 35 544 4,15% 1,56% 1,40%
Land Rover 77 906 82 653 -5,74% 3,29% 3,25%
Tata Group 114 925 118 197 -2,77% 4,86% 4,65%
Lexus 12 405 12 670 -2,09% 0,52% 0,50%
Toyota 101 922 101 985 -0,06% 4,31% 4,01%
Toyota Group 114 327 114 655 -0,29% 4,83% 4,51%
Audi 143 739 174 982 -17,85% 6,07% 6,89%
Lamborghini *
Bentley 1 542 1 753 -12,04% 0,07% 0,07%
Porsche 12 437 14 051 -11,49% 0,53% 0,55%
Seat 62 863 56 130 12,00% 2,66% 2,21%
Skoda 74 724 79 758 -6,31% 3,16% 3,14%
Volkswagen 203 133 208 462 -2,56% 8,58% 8,21%
VW Group 498 438 535 136 -6,86% 21,06% 21,06%
Volvo 50 319 46 139 9,06% 2,13% 1,82%
Autres marques
Locales
723 700 3,29% 0,03% 0,03%
Autres imports 4 792 5 860 -18,23% 0,20% 0,23%
TOTAL 2367147 2540617 -6,83%

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Bilan 2018 : Royaume-Uni"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
aimelauto
Invité

toujours un beau marché ce UK. !
ca fait plaisir d’y voir comme toujours le trio Bmw/Mercedes/Audi fort bien placé loin devant des généralistes basiques. Le goût du beau et du bien fait caractérise nos voisins…..sans compter les ultra-luxe bien présentes chez eux.

par contre on ne peut qu’etre inquiet devant l’avenir, avec la betise du Brexit (pas mieux chez nous d’ailleurs avec nos basiques gilets et une volonté de nivèlement par le bas), et les conséquences dramatiques sur l’economie de l’eloignement de l’europe…..wait and see !

Invité

Et le Brexit n’est pas encore là !

Gustave
Invité
Le Brexit…..ou comment faire peur aux gens 🙂 c’est vrai que si il y a un brexit, Red bull, mercedes, mclaren, williams vont tt de suite venir à magny cours s’installer et renault va tout rapatrier à viry… Allez a goodwood voir les moyens des anglais qui ont également un championnat de voiture de tourisme (le btcc) dont les voitures sont pleines de sponsors et des pilotes qui font le spectacle et sont payés pour la plupart! Alors qu’en france on a un pauvre championnat gt4 ou des gentlemens drivers nantis font joujou avec des jeunes pilotes talentueux mais sans… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

Gustave: pour rappel le brexit n’a pas eu encore lieu. On en reparle dans 1 an

wizz
Membre

en cas de brexit, alors pour Red bull, mercedes, mclaren, williams….aller en UE sera comme aller aux USA, Brésil, Japon, Malaisie, Australie, Qatar…actuellement. Cela ne leur a pas posé de problème jusqu’à maintenant? Alors ce sera pareil demain sur les destinations de l’UE

pcur
Invité

L’impossibilité de voir à long terme est tellement humaine. Tout le monde sait bien que le jour du brexit (29 mars) le royaume uni ne va pas s’effondrer par contre si le pays connait derrière une décennie de stagnation économique on verra si Goodwood a le même éclat dans 10 ans ! D’ailleurs les premiers effets économiques se font déjà sentir car avec 1.4% de croissance en 2018 c’est la plus faible expansion du Royaume Uni depuis 2012

bzep
Invité
Le Brexit n’est pas encore là et pourtant le marché plonge déjà bien ! Là bas comme ici on , ou plutôt les politiques expliquent confusément ou mal ce que représente l’Europe ne serait-ce que par rapport à l’Asie ou à l’Amérique et surtout les Etats Unis. Il faut se méfier des populismes et des nationalismes à la mort moi le nœud qui ont des visions étriquées et à court terme de l’économie et qui pensent qu’on va tout résoudre en vase clos en oubliant les avantages de l’ouverture au monde. Les Britanniques commencent à s’en rendre compte parce qu’ils… Lire la suite >>
wpDiscuz