Accueil Actualités Entreprise Gros coup de frein de GM sur l’accord avec PSA ?

Gros coup de frein de GM sur l’accord avec PSA ?

106
30
PARTAGER


L’annonce de la garantie accordée par le gouvernement sur les emprunts de PSA n’a pas, si l’on en croit l’article publié hier par Reuters, enchanté General Motors. Vraiment pas. Avec en cerise sur le gâteau les mauvais résultats du groupe français au troisième trimestre, le résultat net serait selon l’agence de presse américaine que tout plan de rapprochement entre les deux entités serait au point mort et susceptible d’y rester jusqu’à une hypothétique conjoncture meilleure en 2014.Reuters cite des sources proches de l’affaire, dont les citations édifiantes éclaircissent nettement les positions et les motifs des uns et des autres. On sait depuis le mois dernier que, malgré les bouches explicitement cousues des deux parties, il a été envisagé la création d’une entité commune, accompagnée d’un gros chèque de la part de GM, qui reprendrait en son sein la branche automobile de PSA et Opel dans le but d’intégrer les moyens et les plateformes et d’optimiser la production.

Au-delà des belles formules sur la rationalisation, l’efficacité et le partage de la production, on se doutait qu’il s’agissait surtout pour GM de contourner l’obstacle du gouvernement et de l’Etat allemand qui se sont jusque là opposés à une restructuration massive et des fermetures de sites en Allemagne et plus globalement pour le constructeur américain de se soulager du poids d’Opel.

Les déclarations des sources côté américain citées par Reuters à l’occasion de la dépêche publiée hier confirment ces soupçons de projet de restructuration massive et partagée : “L’aide du gouvernement [français] sabote le plan”. “Les conditions de la garantie de l’Etat empêchent de nouvelles suppressions d’emploi en France, ce qui empêche le plan d’être mis en place rapidement. Ce serait politiquement impossible d’avoir des suppressions d’emploi en Allemagne uniquement”. Et si ce n’était pas encore assez explicite, Reuters cite un autre familier du dossier : “GM observe ces développements et pense : Mais qu’est-ce qu’on fait dans cette galère ? Les motivations de Peugeot ont probablement changé depuis que le gouvernement français est à la table [du conseil de surveillance]. Ils n’accepteront pas qu’Opel produise des voitures Peugeot”.

Les deux constructeurs ont démenti laconiquement que des discussions soient en cours. Si les motivations de GM de ce rapprochement apparaissent désormais nettement, on ne peut s’empêcher de se reposer la question qui revient de façon lancinante ici et ailleurs depuis le début: à l’occasion de cette alliance, PSA a sacrifié nombre de coopérations industrielles importantes et de marchés (l’Iran) pour un résultat qui se limite pour l’essentiel, et apparemment pour longtemps, a des accords limités d’achat de composants. Le jeu en valait-il la chandelle ?

A lire également. PSA : aide de l’État de sept milliards d’euros et quatre projets communs avec GMPSA : un mauvais investissement pour GM ? Et PSA/General Motors : l’annonce officielle.

Source : Reuters.

Crédit illustration : PSA.

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Gros coup de frein de GM sur l’accord avec PSA ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

Merci le gouvernement qui veut s’occuper de la gestion de PSA ! Sauver des emplois okay mais pas a n’importe quel prix parce que la c’est la survie de PSA qui se joue. Peugeot va finir comme Saab…

bbr
Invité
Nicolas il me semble que vous faites une mauvaise interprétation de la volonté de l’état. L’état a 15% de renault ce qui n’empêche pas renault de mener bien mieux sa barque et d’avoir une bien meilleure stratégie internationale. La vérité c’est que GM profite de cette situation pour se désengager en prétextant je ne sais quelle intervention de l’état. L’état s’est porté garant pour 6 ou 7 millards, c’est tout et c’est ce qu’à fait l’état américain. IL me semble que si l’état se porte garant de cette somme il peut prétendre une place autour de la table. Il faut… Lire la suite >>
nicool
Invité
@BBr, ce que tu ne comprends pas c’est que l’Etat n’avait pas à demander un droit de regard sur la stratégie de PSA pour son « pret » sans rien preter puisqu’il s’agit que d’une caution bancaire. Déjà Montebourg, ministre avait plusieurs fois dis qu’il faudrait revoir la stratégie de PSA avec GM bien avant que l’Etat n’accorde sa garantie. Depuis que l’Etat l’a accordé et que PSA l’a accepté, le gouvernement a tout fait pour saboter l’alliance et il a réussi, GM a décidé de suspendre les accords, ce qui signifie les rompre à tres court terme si rien n’est changé… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
En l’occurrence, GM cherche « par tous les moyens » à se désengager de cette alliance… Déjà en aout, les financiers américains estimaient que GM avait fait un mauvais placement et s’était fait avoir par PSA (payé au prix fort les 7% du K pris) https://www.leblogauto.com/2012/08/psa-un-mauvais-investissement-pour-gm.html Puis ces mêmes personnes estimaient début septembre que « trop c’est trop » concernant Opel…pour lequel GM a englouti 16 milliards de dollars en 12 ans. Ils parlaient même d’un désengagement à perte (estimation haute à 13 milliards de $) qui permettrait à la société GM se faire un bon à la bourse… https://www.leblogauto.com/2012/09/gm-doit-se-debarrasser-dopel.html Enfin selon Der Spiegel,… Lire la suite >>
nicool
Invité
@Thibaut Emme, je suis d’accord avec tes arguments. Je crois que tu n’en as pas oublié un seul. La mauvaise affaire financiere de GM avec PSA, le probleme de la filiale chinoise avec PSA et les pertes lourdes et durables d’Opel que PSA ne résoudra pas rapidement. Seulement, l’argument : « Bref le fait que le gouvernement puisse jeter un oeil sur les décisions n’est encore qu’un prétexte. » Cet argument là je ne suis pas d’accord avec toi. C’est un argument subjectif, pas objectif. GM, c’était engagé en signant des accords concrets sur des perspectives futures avec PSA. GM ne souhaitait… Lire la suite >>
Coxdudix
Invité

Encore un bel exemple de l’incapacité de la famille Peugeot et Varin de gérer convenablement leur entreprise…

alaia
Invité

Manque 1 mot dans le premier paragraphe :
« …malgré les bouches explicitement des deux parties »

samuel
Invité

En voila une bonne nouvelle ! Meme si avec leus betise ils ont perdu des partenariats ( BMW et Ford )

Reflexion
Invité

C’est l’entree de l’Etat au conseil de surveillance qui a fait fuir GM ! Ca n’a rien a voir avec la famille Peugeot ou Varin qui sont tous les deux pour la cooperationnavec GM.

wpDiscuz