Accueil Caterham Renault/Alpine/Caterham : les pièces du puzzle s’imbriquent

Renault/Alpine/Caterham : les pièces du puzzle s’imbriquent

342
16
PARTAGER

Il y a quelques jours, nous titrions sur un éventuel retour d’Alpine confirmé… Un point d’interrogation concluait cette possibilité. En marge du Mondial de l’Automobile de Paris, un média britannique redonne du grain à moudre allant dans ce sens. Et, même si rien encore ne revêt un caractère officiel, une convergence d’intérêt et un rapprochement avec Caterham semblent bien sur les rails. Oui, le retour d’Alpine paraît quasiment assuré… On attendait une annonce forcément fracassante pour le Mondial de l’Automobile de Paris. Quasi silence radio même si plus que jamais, lors d’entretiens, Carlos Tavares ou Carlos Ghosn évoquent la chose sans se cacher. En tout cas, les rumeurs continuent de se répandre. Et se propager vitesse grand V. La dernière en date, relayée dans les colonnes du média Autocar, confirme ce qui était anticipé : un rapprochement concret avec Caterham marquerait bien le retour d’Alpine alors que les Anglais peaufinent leur Elise-like à eux.

En résumé, l’entreprise anglaise et l’entité Caterham Technology and Innovation devraient assurer le développement et la co-production de la future Alpine, un bon point pour Renault qui cherche à diminuer les coûts de développement.

Une question annexe, mais pas incongrue, qui se pose est de avoir ce qui interviendrait alors du côté de Dieppe ? Un assemblage avec un châssis en provenance d’Angleterre ? Une Alpine pas 100 % dieppoise serait-elle toujours une Alpine ? Quid de la motorisation ?

La future berlinette sportive semble donc plus que jamais sur la voie de la résurrection. Attendons encore quelques jours pour apprécier (ou pas) une annonce de ce partenariat entre Renault et Caterham afin, cette fois, de conjuguer le retour d’Alpine au présent et non plus au conditionnel.

A lire également. Le retour d’Alpine confirmé ? Renault Alpine A110-50, Les rumeurs Alpine et Infiniti convergent vers Lotus, La vision de Carlos Tavares : luxe, sport, Alpine et élégance à la Française et 10 raisons pour lesquelles le retour d’Alpine est improbable (+ 1 qui le rendrait probable).

Source : Autocar.

Crédit illustrations : Renault.

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Renault/Alpine/Caterham : les pièces du puzzle s’imbriquent"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
L'intrépide
Invité
« Une question annexe, mais pas incongrue, qui se pose est de avoir ce qui interviendrait alors du côté de Dieppe ? Un assemblage avec un châssis en provenance d’Angleterre ? Une Alpine pas 100 % dieppoise serait-elle toujours une Alpine ? Quid de la motorisation ? » Dieppe ne fait que de l’assemblage, les châssis/caisses proviennent d’autres usines. C’est le cas pour la Clio 3, c’était également le cas pour la Mégane 2… Je ne sais pas, par contre, comment cela se passait à l’époque d’Alpine, ou même du Spider Renault Sport. Niveau motorisation, j’imagine qu’entre Renault et Nissan, il y… Lire la suite >>
Bernard Fournol
Editor

Les A106/A108 ont vu le jour chez Chappe & Gessalin à Brie-Comte-Robert et l’essentiel des A110 (1962-1974) sont nés à Thiron Gardais dans l’Eure (aujourd’hui société SMTG). Le Spider a été conçu par Fior à Nogaro, dans le Gers.

Membre

Les châssis des Alpine étaient fait à Dieppe. Le châssis du spider était fait ailleurs.
Pour la motorisation, la question ne se pose même pas avec le partenariat en F1.

Syndic de copropriété
Invité

On s’en fiche qu’elle soit 100% Alpine comme à la belle époque ou pas ? Qu’est-ce que c’est que ce fétichisme primaire ? Une alliance de Renault avec Caterham serait tout simplement géniale !

nicool
Invité

du meme avis que toi.
On s’en fiche de savoir si Alpine sera fabriqué par Renault à 50, 60, 90 ou 100%, l’important c’est qu’Alpine puisse sortir et surtout s’ancrer durablement.
Si avec Caterham, le business plan permettra de rentabiliser la marque et lui assurer un avenir, ca sera toujours mieux que tout faire à Dieppe, faire un coup, se casser la gueule parce que le business plan était non rentable et à nouveau mettre Alpine sous l’éteignoir pendant des decennies.

LOL
Invité

Une caisse 100% Lotus avec une coque Alpine … ça fait pas une vrai Alpine

L'intrépide
Invité

Attention à ne pas confondre Lotus et Caterham.
Ce qui important, c’est pas tant où sera l’atelier de ferrage, mais plus qui aura conçu et développé l’ensemble caisse/châssis.

seb
Invité

@L’intrépide
Encore que, Alpine et l’autre constructeur peuvent très bien avoir des réglages châssis différent.

panama
Invité

N’importe quoi. Une Renault-Alpine (oui, elle s’appellera comme ça, Renault ne peut utiliser la marque « Alpine » toute seule) avec moteur avant et propulsion.

Pourquoi pas une traction, un châssis Renault-Nissan avec un 4cyl1,6l turbo par ex ?

Du buzz, des informations dans tous les sens et contradictoires, donc rien de neuf, rien de décidé.

C’est la crise, je ne vois pas Renault prendre un risque industriel aussi grand. En attendant, on fait de la pub à l’es régie.

Colin Macintosh
Membre

@ panama

Primo, Renault peut utiliser la marque Alpine puisqu’il racheté les droits d’utilisation de ce patronyme pour le Royaume Uni.

Secondo, il ne s’agit pas d’utiliser le châssis de l’actuelle Caterham , mais celui d’un modèle futur, à moteur central.
Ce châssis est développé par l’ingénieur qui a conçu celui de la Lotus l’Elise.
En effet, ce dernier travaille maintenant pour Caterham

wpDiscuz