Accueil Finance L’UFC-Que Choisir s’attaque au monopole des pièces de carrosserie

L’UFC-Que Choisir s’attaque au monopole des pièces de carrosserie

132
4
PARTAGER

En France le marché de la pièce de carrosserie fait l’objet d’un monopole des constructeurs automobiles. Dans ce contexte d’absence de concurrence les prix dérapent plus souvent qu’à leur tour. C’est ce qu’a constaté l’association de consommateur UFC-Que Choisir qui vient de demander la libéralisation de ce marché comme cela a déjà été fait en Allemagne, en Espagne ou en Belgique.

Selon un rapport publié aujourd’hui par l’association, cette décision permettrait de faire chuter les prix en confrontant les constructeurs à des producteurs alternatifs de pièces. Pour appuyer sa thèse, l’UFC-Que Choisir a réalisé une étude portant sur quatorze pièces de carrosserie provenant de différentes marques.

A titre d’exemple, en Allemagne, un possesseur de Volkswagen Polo de 1994 à 1999 verra sa facture allégée en moyenne de 48,6% s’il se fournit auprès du réseau indépendant. Pour une Peugeot 307 l’écart atteindra même les 54,4%.

Un constat équivalent a été réalisé en Espagne et en Belgique où pour une même marque les tarifs diffèrent en moyenne de respectivement -31,9% et -34,1% en faveur des pièces alternatives.

Source: AFP

A lire également:

UFC-Que Choisir attaque les constructeurs français

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "L’UFC-Que Choisir s’attaque au monopole des pièces de carrosserie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Membre

Ya ptet des sites internets ou on peut trouver des pièces à l’étranger genre des équivalents de oscaro ou piècesautodiscount
Si vous en conaissez je suis preneur

fistulinside
Invité

UFC que choisir rappelle que dans de nombreux cas, ce n’est pas le consommateur qui règle la facture. Pour les réparations, consécutives à un accident, ce sont les assurances, qui prennent en charge les frais. Cependant, le consommateur paie cette hausse dans le tarif de sa police d’assurance. Selon le SRA, les pièces détachées représentaient 47,3% du coût total de la réparation automobile, ce qui se reflèterait directement sur les primes d’assurance.

Oh dis !
Invité

… La libéralisation de ce marché a déjà été fait en Allemagne, en Espagne ou en Belgique …
En France on est toujours a des années lumières des 1ers de la classe … et tout cela au détriment bien sûr du client !

Invité

et bien entendu les constructeurs mettent en avant la sécurité car comme chacun le sait, ce qui fait la sécurité d’une voiture c’est son capot ou son aile, voire son bloc optique…

wpDiscuz