Accueil Pagani Genève 2017 : Pagani Huayra Roadster

Genève 2017 : Pagani Huayra Roadster

137
9
PARTAGER
Pagani Huayra Roadster

Après moult teasers, Pagani a enfin révélé la Huayra Roadster qui est présentée par la fondateur de la marque éponyme, Horacio Pagani, le modèle le plus difficile qu’il ait jamais eu à mettre au point.

Le PDG s’était en effet assigné un objectif corsé puisque la Huayra Roadster se devait d’être plus légère que son homologue coupé. Grâce à l’expérience acquise pendant le développement du châssis de la Zonda R et de la Huayra BC, les ingénieurs sont parvenus à rendre la Huayra Roadster 80 kg plus légère que le coupé. Elle revendique sur la balance 1 280 kg sans que la rigidité puisse être remise en question. La Huayra Roadster possède un châssis en carbone-titane que le constructeur annonce comme 52 % plus robuste que celui du coupé. La suspension a aussi été allégée de 25 % grâce å des composants en alliage d’aluminium baptisé « HiForg ».

Le cœur de cette sculpture roulante, le V12 à double turbo de 6 litres est toujours M158 fourni par Mercedes-AMG. Ce dernier voit sa puissance augmentée de 730 à 775 ch au régime de 6 200 trs/min tandis que son couple conserve sa valeur phénoménale de 1000 Nm. Poids allégé et puissance accrue aboutissent à des performances hallucinantes que l’artisan italien ne communique pas. Le dossier de presse mentionne seulement des accélérations latérales pouvant atteindre 1,8 G. Pour freiner cette maîtresse mécanique à la conduite exigeante, les roues avant de 20 pouces abritent à l’avant des disques carbone-céramique Brembo de 380 mm de diamètre pincés par des étriers à 6 pistons tandis que les roues arrière de 21 pouces abritent les mêmes disques mordus cette fois par des étriers à 4 pistons. La Pagani Huayra Roadster chausse des Pirelli P Zero Corsa à résistance au roulement diminuée.

Comme d’habitude chez Pagani, l’aérodynamique a été l’objet de toutes les attentions. La Huayra Roadster reçoit deux bosses derrière les sièges qui intègrent des prises d’air pour alimenter le V12. Quant au toit, Pagani en fournit en fait deux avec la Huayra Roadster. Le premier est un toit en fibre de carbone équipé d’une vitre centrale qui fonctionne comme un hard-top amovible. C’est à laisser chez soi ou à garder monté en permanence pendant le trajet. Le deuxième est un toit en toile qui offre plus de flexibilité puisqu’il peut-être montée/démontée à volonté.

Si vous êtes intéressés, sachez qu’il est déjà trop tard puisque les 100 exemplaires destinés à être produits ont tous trouvé un acquéreur prêt à débourser les 2,74 millions d’euros exigés par Pagani. La Huayra Roadster restera donc un objet de plaisir inaccessible aux 99,9 % des habitants de la planète et un objet de fantasme pour de nombreux adolescents bagnolards en herbe.

 

 

Source : Pagani

Source photo : Pagani

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Genève 2017 : Pagani Huayra Roadster"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
muttley
Invité

un bijou d’ingénierie mais je reste insensible au look, notamment les feux arrières et échappement 4 sorties, au look trop tuning à mon goût. La zonda avait tellement plus de personnalité en comparaison

roma
Invité

etre milliardaire aussi a des avantages

Mathieu D
Invité

C’est quand même moche toutes ces images 3D

Labradaauto
Invité

Difficile de mieux faire , à la lecture des travaux réalisés. une belle gageure qui j’espère apportera bons de commandes.

FrancoSuisse
Invité

Autant la zonda était magnifique, autant là c’est indigeste.

wpDiscuz