11

Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché d’orgueil ?

Au sein de la gamme Hyundai, composée majoritairement de modèles « anonymes », le Santa Fe fait figure d’exception. A tel point que, contrairement à ce que tous les observateurs attendaient, la troisième génération n’a pas pris le matricule ix45 mais conserve le nom de la capitale du Nouveau-Mexique. L’ambition de la firme coréenne ne s’arrête toutefois pas là. Avec ce nouvel opus, elle compte proposer une alternative crédible aux Audi Q5, BMW X3 et Volvo XC60. Rien que ça.

Au premier coup d’oeil, difficile d’imaginer que ce Santa Fe est entièrement nouveau. Et pourtant, à y regarder de plus près, les traits de la nouvelle génération sont beaucoup plus typés.Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto 38 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 A l’avant, phares, antibrouillards et calandre sont étirés afin de se conformer aux canons esthétiques actuellement en vigueur chez Hyundai. On note notamment les guirlandes de led ceinturant les antibrouillards avant, à l’instar de ce que l’on trouve sur la i30. Le Santa Fe se distingue toutefois par sa calandre entièrement chromée (enfin, en plastique chromé…) et ses feux de position posés comme des sourcils sur les optiques avant. Les designers se sont également attachés à donner davantage de caractère à la partie arrière, principalement grâce à des feux aux formes plus travaillées.Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto 10 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 De profil, on remarque les plis de carrosserie qui dynamisent le Santa Fe.

L’habitacle ne surprendra pas quiconque a déjà eu l’occasion de s’installer à bord des actuelles i30 et i40. L’ergonomie souffre de la multitude de boutons, mais le système de navigation, en 3D et à écran tactile, se montre simple d’accès. Malheureusement, la planche de bord patît de matériaux qui ne se montrent pas à la hauteur de ceux utilisés par les concurrents européens du Santa Fe. Les plastiques des parties supérieures et inférieures sont durs, tandis que ceux qui habillent les zones situés devant le conducteur et le passager (en beige sur notre modèle d’essai) sont à peine moussés. Pas question, non plus, d’inserts en aluminium ou en carbone. Ils sont ici singés pas des plastiques peints. Le cuir qui habillait les sièges de notre modèle d’essai se montre toutefois de bonne facture, tandis que la finition se montre, elle aussi, digne de la catégorie.Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto 34 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 En France, Hyundai a fait le choix de ne proposer à la vente que des versions 7 places. De quoi simplifier le choix au moment de passer commande. En contrepartie, « nos » Santa Fe seront privés de cache bagages, à moins de faire un détour par le rayon accessoires.

Pas question d’envisager de transporter des adultes à ce troisième rang, mais ces deux places supplémentaires pourront dépanner lorsqu’il s’agira d’emmener les copains des enfants à la piscine. Les cinq autres occupants seront bien plus à la fête. L’habitacle du Santa Fe se montre spacieux et le confort est de très haut niveau, malgré les jantes de 19″ qui équipent la version Pack Premium Limited.Capt Santa Fe 3 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 L’amortissement se montre tout aussi étonnant. Les amortisseurs ne souffrent pas d’une trop grande souplesse, ce qui évite le roulis dans les courbes abordées rapidement. Là encore, sans dommage pour le confort.

Toujours sur le plan du confort, le niveau sonore fait, lui aussi, partie des qualités du Santa Fe. Tant mieux, car à forte charge, le râle du 4 cylindres se montre peu séduisant. Le 2.2 CRDi est intégralement repris de la précédente génération. Au programme, 2 199 cm3, 197 ch disponibles à 3 800 tr/mn et 436 Nm présents de 1 800 à 2 500 tr/mn. Hyundai annonce ainsi 190 km/h en pointe et le 0 à 100 km/h parcouru en 10.1 s. Des chiffres largement moins bons que les Audi Q5 2.0 TDI 177 ch Quattro S-Tronic (200 km/h et 9s), BMW X3 xDrive20d Auto. (210 km/h et 8.5 s) et Volvo XC60 D5 AWD Geartronic (205 km/h et 8,3 s). Les sensations de conduite confirment ces données. Le Santa Fe est loin d’être poussif, mais il ne se montre pas très à l’aise lors des dépassements. La faute en incombe pricipalement à la boîte automatique. Alors qu’Audi fait confiance à sa transmission à double embrayage et que BMW a doté son X3 de huit rapports, le coréen s’en remet à un système à convertisseur de couple et, « seulement », six rapports.Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto 11 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 En contrepartie, le Santa Fe se montre un peu gourmand. Hyundai annonce un cycle mixte à 6.8 l/100 km. Pour notre part, nous avons obtenu entre 9 et 10 l/100 km au terme d’un parcours privé d’autoroute et de ville.

Reste au Santa Fe à abattre sa carte maîtresse. Affiché à 46 800 €, on peut difficilement le qualifier de bon marché. Et pourtant… Bluetooth, caméra de recul, vitres arrière surteintées, GPS à écran tactile, toit ouvrant panoramique, accès et démarrage sans clé, jantes alliage 19″, sellerie cuir, sièges avant à réglages électriques, projecteurs au xénon, assises avant et arrière chauffantes, assistance active au stationement et alerte de franchissement de ligne sont de série. Pour obtenir une dotation équivalente, comptez au minimum une rallonge de 8 000 € pour un Volvo XC60, de 13 000 € pour un BMW X3 et de 14 000 € pour un Audi Q5. Et, face à la garantie 7 ans/150 000 km de son cousin Kia Sorento, le Santa Fe propose un contrat de cinq ans, mais sans limitation de kilométrage.Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto 18 Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

 Malgré ses qualités, le Santa Fe ne parviendra pas à séduire une clientèle attachée à la « perfection ». Sans parler de celle qui accorde une importance prédominante à l’image de marque. Lui reste ceux qui pensent que les milliers d’euros supplémentaires réclamés par les références allemandes sont de trop, et ceux qui favoriseront, à budget équivalent, un équipement pléthorique à un blason prestigieux.

A lire également : Revue de détails sur le Hyundai Santa Fe lancé en France, Pekin 2012 Live : Hyundai Santa Fe et New-York 2012 : Hyundai Santa Fe

Galerie Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto.

%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?
%name Essai Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch Auto. : Péché dorgueil ?

30 réponses
Page 1 de 3 Suivant →
  1. Raph
    Raph à |

    En gros c’est plutot une bonne voiture, dommage que Hyundai veu la faire peter plus haut que sont cul.

    Surtous si qualitativement elle n’est pas capable de s’aligner,vouloir s’attaquer aux premiums sans en avoir les critères essentiels…..

    Mais bon, bien que pas très attacher à l’image « sinon je roulerais pas en Volvo mais en Allemande », je ne me vois quand meme pas mettre cette somme dans une telle marque. Apres tout l’auto reste le principal outil d’affichage de la réussite sociale.

    Répondre
  2. greg
    greg à |

    C´est drôle, niveau qualité percu j´ai eu une toute autre impression que vous….

    Répondre
  3. Vince
    Vince à |

    Je pense aussi que la qualitée perçue est meilleure que décrite dans vos colonnes.
    Maintenant ( et pour avoir fréquenté le SantaFe 1 et 2 ), je trouve que le positionnement Haut de Gamme est une mauvaise stratégie. Je vois déjà les discussions en concession. Vous venez pour un Santa Fe, c’est minimum 35.000 euros ! Le client : – QUOI ?!? Le vendeur : – Mais nous avons le ix35 qui correspond à l’ancien SantaFe et qui est dans des prix tres raisonnable. Le client : – Non non, je voulais un SantaFe

    Répondre
  4. panama
    panama à |

    Et… la marge de négociation avec le concessionnaire ? Equipement ou pas, le prix reste au moment de signer le chèque.

    Répondre
  5. Marcel
    Marcel à |

    Hyundai a décidé de remplacer le Veracruz qui était plus gros et très luxueux par un Santa Fe un peu plus long.l idée est bonne,car un Vera Cruz ou Santa Fe allongé est semblable quoi que moins confortable pour la personne de forte taille.Hyundai fait d excellent produits et sont très compétitif sur le marché nord américain.le hic c est que le maximum de charge a trainer n est que de 3500 lbs.en Amérique la charge Minimum pour percer le milieu de bonne roulotte de plus de 3500lbs est 5000lbs.c est un moins pour Hyundai car ils se privent d un immence marché.je pense que la prochaine version va corriger ce problême,ce qui va augmenter les ventes d une manière catégorique.surveillez les Coréens,ils sont parti pour de grandes réalisations.amitié

    Répondre
    1. greg
      greg à |

      Tu te trompes, le Veracruz existe toujours, c’est le ix55.
      Qui devrait aussi tôt ou tard être remplacé;

  6. turismo
    Allegra à |

    Y a le prix, y a l’image de marque, parmi les éléments que vous citez pour justifier le manque de succès du Santa Fe par rapport à la concurrence allemande, citons un autre exemple : le design. Non pas qu’il soit moche (au contraire) mais le fait est que d’ici 4 voir 5 ans, encore une fois Hyundai changera tout et le modèle précédent sera démodé. Quelqu’un qui est prêt à mettre plus de 45 000 € dans une voiture n’a sans doute pas forcement envie que dans 3 ou 5 ans sa voiture soit franchement démodée, c’est le problème actuellement avec les Hyundai – Kia et c’est un problème qu’on ne retrouve pas sur les allemandes. =/

    Répondre
  7. cyrille
    cyrille à |

    Très beau look

    Répondre
  8. Altar
    Altar à |

    Et comme toujours en France, pas de motorisation essence… alors qu’en ‘Italie, aux Pays Bas,… on trouve un 2.4 GDi avec au choix boite auto ou boite manuelle et encore au choix 4X4 ou 4X2 !

    Répondre
  9. Altar
    Altar à |

    Et aux USA et ailleurs, un 4 cylindres aussi de 2 litres turbocompressé…

    Répondre
  10. Altar
    Altar à |

    Entirèrement d’accord avec Allegra, les Allemandes évoluent tout en finesse au fur et à mesure des générations et ça a un impact important sur la décote.

    Répondre
Poster un commentaire