par Elisabeth Studer

TSMC : feu vert de Taïwan pour une usine de puces de 2 nm

TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing) a reçu l'approbation finale pour construire une usine de puces électroniques dotées d’une technologie la plus avancée à ce jour. Une annonce qui intervient un jour après que son rival américain Intel a annoncé son intention de s'emparer du leadership de l'industrie des puces.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Usine TSMC pour des puces de 2 nanomètres

TSMC prévoit de construire une usine de puces de 2 nanomètres à Hsinchu, l'un des centres de fabrication de puces les plus importants de Taïwan.

Le comité d'examen environnemental, un organisme de réglementation intergouvernemental et universitaire, a approuvé le plan mercredi. Cela ouvre la voie à TSMC pour débuter la construction de l'installation au début de 2022 et commencer à installer des équipements de production d'ici 2023, selon des informations communiquées à Nikkei Asia par des sources proches du dossier.

Les semi-conducteurs : l’une des industries les plus cruciales pour Taïwan

"Les semi-conducteurs sont l'une des industries les plus cruciales pour la croissance économique de Taiwan", a déclaré le vice-ministre de l'Économie Lin Chuan-neng lors de la réunion du comité d'examen environnemental. Ajoutant que le gouvernement aiderait TSMC à atteindre ses objectifs environnementaux tout en continuant à développer les technologies de pointe.

Les besoins en eau : un volet environnemental de taille

L'usine de puces de 2 nm sera située dans le canton de Baoshan à Hsinchu et couvrira près de 20 hectares. Le site devrait utiliser 98 000 tonnes d'eau par jour, soit environ 50 % de la consommation d'eau quotidienne totale de TSMC en 2020. Le fabricant de puces a promis d'utiliser 10 % d'eau recyclée d'ici 2025 et d'atteindre 100 % d'eau réutilisée d'ici 2030 dans sa nouvelle installation de Baoshan.

L'année dernière, TSMC a raté ses objectifs de durabilité internes en matière d'utilisation de l'eau et de production de déchets, la plus grande société de semi-conducteurs au monde ayant augmenté la production des puces les plus avancées du secteur.

Bataille Intel / TSMC

Cette approbation intervient après que le principal fabricant de puces américain Intel – un client et concurrent de TSMC – a déclaré mardi qu'il visait à produire les puces les plus avancées au monde d'ici 2024 et à récupérer le leadership mondial sur les semi-conducteurs face à ses rivaux asiatiques.

L’industrie électronique de Taïwan d’une importance majeur pour l’automobile

L'importance de Taïwan en tant que source de semi-conducteurs avancés a été mise en avant depuis le début de l’année lorsque les pays dotés d’un secteur automobile majeur, parmi lesquels l'Allemagne, le Japon et les États-Unis, ont tous fait pression sur Taïwan pour augmenter la production de puces automobiles dans un contexte de pénurie mondiale.

Un enjeu géopolitique face à la Chine

Le gouvernement taïwanais considère son expertise dans la production de puces comme un avantage stratégique pour maintenir l'île dans son giron alors que la Chine considère Taïwan comme faisant partie de son territoire.

La décision de TSMC de diversifier une partie de sa production loin de Taïwan affaiblira l'importance stratégique de l'île à long terme, ce qui rend plus crucial pour Taïwan de conserver la technologie de production la plus avancée de l'entreprise sur son territoire, ont par ailleurs déclaré des responsables gouvernementaux à Nikkei Asia. Mettant ainsi le doigt sur l’enjeu géopolitique majeur du dossier.

Nouvelles installations de TSMC au niveau mondial

Parallèlement, TSMC construit une usine de puces de 5 nm en Arizona, étend sa capacité de 28 nm à Nanjing, en Chine, et envisage de nouvelles installations au Japon et en Allemagne.

"Il est acceptable pour TSMC d'étendre sa présence à l'étranger, mais d'un point de vue géopolitique, il est très important pour Taïwan que TSMC construise sa technologie la plus avancée » au niveau national, a déclaré à Nikkei une source gouvernementale. Poursuivant toutefois que le gouvernement ne pouvait ne pas « entraver les plans de TSMC pour rester en tête de la concurrence."

Notre avis, par leblogauto.com

En mai 2021, la firme américaine IBM a annoncé avoir réussi à graver des puces de 2 nanomètres, les plus fines au monde, une réelle prouesse technologique.

Au plus elles sont fines, au plus on peut en placer sur une même surface, permettant alors d’accélérer la vitesse de calcul.

Selon IBM, l’arrivée de ces nouvelles puces aux 50 milliards de transistors devrait fournir un gain de performance considérable. On parle de 45% de performance en plus qu’une puce à 7nm et de 75% de réduction de consommation électrique.

Ces caractéristiques pourraient être révolutionnaires pour l’industrie. Cette technologie est surtout décisive dans le développement des objets connectés, du cloud et de l’intelligence artificielle. Dotée de tels semi-conducteurs, une voiture autonome pourra ainsi augmenter considérablement sa capacité de détection des dangers et d’adaptation à son environnement.

C’est dire l’enjeu du dossier. Sans compter sur l’aspect géopolitique entre Taïwan et la Chine et la bataille Intel/TSMC ….

Sources : Nikkei

A lire également :

. Pénurie de puces : l’Allemagne exhorte Taïwan à produire plus

. Taïwan : industrie des puces menacée par la sécheresse

Pour résumer

TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing) a reçu l'approbation finale pour construire une usine de puces électroniques dotées d’une technologie la plus avancée à ce jour. Une annonce qui intervient un jour après que son rival américain Intel a annoncé son intention de s'emparer du leadership de l'industrie des puces.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.