par Elisabeth Studer

Madrid : 1 000 taxis à hydrogène d'ici 2026

Madrid franchit le pas de l’hydrogène. En partenariat avec Toyota, l'association madrilène Federación Profesional del Taxi de Madrid (FPTM) souhaite remplacer un millier de ses taxis par des modèles à hydrogène.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Madrid veut remplacer 1000 taxis thermiques par de l’hydrogène d’ici 2026

FPTM, association madrilène regroupant un grand nombre de professionnels du taxi, a annoncé vouloir remplacer 1 000 véhicules thermiques par leurs équivalents à hydrogène d’ici à 2026.

Le projet s’intègre à un programme pionnier doté d’une enveloppe de 100 millions d’euros.

Association avec Toyota et fournisseur d’énergie Red de Gas

Dans le cadre du projet, FPTM s’est associé à plusieurs acteurs spécialistes de la filière, dont Toyota et le fournisseur d’énergie Red de Gas. Ce dernier devrait permettre de proposer des taxis à hydrogène à un TCO (Total cost of ownership ou coût de possession) par rapport à leurs homologues thermiques.

Des Toyota Mirai dès 2022

FPTM prévoit de lancer ses premiers taxis à hydrogène - des Toyota Mirai - dès 2022.

S’agissant d’infrastructures, Fotowatio Renewable Ventures (FRV) sera chargé de construire le réseau d’avitaillement.

En parallèle, un électrolyseur de 10 MW devrait être construit dans la capitale espagnole. Alimenté par une centrale solaire de 20 MW, il sera chargé de fournir l’hydrogène « vert » aux taxis.

Les annonces se multiplient en Europe

Un peu partout en Europe, les taxis à hydrogène débarquent sur les routes. Paris fait même figure de référence avec sa flotte de taxis Hype.

D’autres grandes villes européennes s’engagent dans le domaine. Il y a quelques semaines, Cabonline annonçait vouloir déployer 100 taxis à pile à combustible à Oslo d’ici fin 2022.

Notre avis, par leblogauto.com

L’intérêt d’opter pour l’hydrogène pour des flottes de taxis réside tout particulièrement à la capacité de solution à lutter contre la pollution de l’air ambiant. D’où l’usage qui se développe en zones urbaines, qui plus est pour des véhicules devant réaliser de nombreux trajets.

Reste que globalement, la solution n’est peut-être pas aussi écologique qu’on voudrait nous le faire croire. La production de gaz nécessitant d’importantes ressources en énergie.

Dans le cadre du projet mis en place par Madrid, la production sera réalisée via un électrolyseur alimenté par une centrale solaire. Le bilan global énergétique reste à calculer.

Reste que par rapport à leurs homologues électriques, les véhicules à hydrogène peuvent être ravitaillés en carburant en moins de cinq minutes. Ils ont également une autonomie supérieure, jusqu'à 500 kilomètres. Ces deux caractéristiques font de l'hydrogène une solution attractive pour les taxis.

Sources : Federación Profesional del Taxi de Madrid

Pour résumer

Madrid franchit le pas de l’hydrogène. En partenariat avec Toyota, l'association madrilène Federación Profesional del Taxi de Madrid (FPTM) souhaite remplacer un millier de ses taxis par des modèles à hydrogène.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.