par Pierre-Laurent Ribault

Haro sur le biodiesel

Allons bon. Alors que l'on croyait avoir trouvé une source d'énergie alternative, technologiquement simple, alter-compatible et aisément déployable, voilà que le revers de la medaille montre un bien sinistre éclat. L'influent activiste et journaliste anglais Georges Monbiot l'écrit dans le Guardian: le biodiesel est pire que le pétrole.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Allons bon. Alors que l'on croyait avoir trouvé une source d'énergie alternative, technologiquement simple, alter-compatible et aisément déployable, voilà que le revers de la medaille montre un bien sinistre éclat. L'influent activiste et journaliste anglais Georges Monbiot l'écrit dans le Guardian: le biodiesel est pire que le pétrole.

L'argument développé par Monbiot est simple: la demande croissante en biodiesel, notamment en Europe, va entraîner une augmentation considérable de la production de l'huile, en particulier de l'huile de palme puisque c'est la culture qui revient le moins cher.

Or, ce type de culture est particulièrement mauvais dans le sens où les surfaces cultivées remplacent l'agriculture alimentaire ou bien sont gagnées sur la foret. Dans le premier cas c'est une catastrophe humanitaire, dans le second une catastrophe écologique. L'affirmation est appuyée sur une étude de Friends Of The Earth qui indique que l'augmentation de la culture pour produire de l'huile de palme est responsable de 87% de la déforestation en Malaisie depuis 20 ans. Cette déforestation est nuisible pour plusieurs raisons: elle est souvent faite par le feu, ce qui génère de vastes rejets de carbone dans l'atmosphère, et les palmeraies qui remplacent la forêt ne peuvent absorber le carbone dans les mêmes quantités. Autre effet secondaire, la faune de la jungle disparaît; l'orang-outang et beaucoup d'autres espèces de la jungle de Sumatra voient leur écosystème retrécir comme une peau de chagrin. En résumé, Monbiot juge que le biodiesel issu de l'huile de palme est plus nocif pour l'environnement que l'extraction du pétrole brut.

Sa conclusion ? Plutôt que de chercher des énergies alternatives, il faut en priorité réduire la consommation de manière drastique. CQFD.

Il prend soin cependant d'épargner l'huile de friture, qui n'a qu'un inconvénient, d'être en trop faible quantité pour être une solution réaliste. Allez, un bon geste pour l'environnement: mangeons des frites.

Source: The Guardian via 4Car

Source image: atep.nl

Lire également:

On n'a pas de pétrole , mais on a du colza

Chirac au vert

Ford se met au vert

Pour résumer

Allons bon. Alors que l'on croyait avoir trouvé une source d'énergie alternative, technologiquement simple, alter-compatible et aisément déployable, voilà que le revers de la medaille montre un bien sinistre éclat. L'influent activiste et journaliste anglais Georges Monbiot l'écrit dans le Guardian: le biodiesel est pire que le pétrole.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.