par Elisabeth Studer

COP26 : l’e-carburant au cœur du refus de l’Allemagne

Le gouvernement allemand a refusé de signer une déclaration du sommet sur le climat de la COP26 sur les voitures et camionnettes à zéro émission, les ministères allemands des Transports et de l'Environnement n'ayant pas pu se mettre d'accord sur l'inclusion ou non de l' e-carburant dans l'avenir des transports durables du pays.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

L’Allemagne se retire au milieu d'un différend sur le rôle du moteur thermique

L'Allemagne a refusé de se joindre à plusieurs pays pour signer une déclaration visant à accélérer le passage aux voitures et camionnettes à zéro émission lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, la COP26.

Berlin s'est retiré au milieu d'une vive discussion sur le rôle du moteur à combustion interne. D'autres pays dotés d’un important secteur automobile, la Chine et les États-Unis, n'ont pas non plus signé la déclaration.

Le différend gouvernemental allemand sur l’ e-carburant empêche Berlin de signer l’accord

À la suite d'un "examen interne du gouvernement", l'Allemagne ne signera pas aujourd'hui la déclaration sur les voitures zéro émission, a déclaré le ministère allemand de l'Environnement.

Bien qu'il existe un consensus au sein du gouvernement pour que seuls les véhicules à zéro émission soient immatriculés d'ici 2035, le cabinet n'a pas pu se mettre d'accord sur un autre détail de la déclaration : déterminer si les e-carburants générés à partir d'énergies renouvelables puis utilisés dans les moteurs à combustion pouvaient être intégrés dans la solution.

Le ministre allemand des Transports en faveur de l’ e-carburant

La déclaration de la COP26 dirigée par le Royaume-Uni exclut l'utilisation de carburants synthétiques dans les voitures à moteur à combustion. Cependant, le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer, ainsi que certaines parties de l'industrie automobile, la considèrent comme une option climatiquement neutre pour le futur transport automobile.

Andreas Scheuer, a déclaré aux journalistes que la technologie des moteurs à combustion sera nécessaire à l'avenir, précise ainsi Süddeutsche Zeitung . "Nous voulons le rendre climatiquement neutre avec des carburants synthétiques et préserver les avantages de la technologie", a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Environnement est contre l’e-carburant

"Le ministère de l'Environnement, à l'instar des signataires de l'Accord de Glasgow sur les véhicules à zéro émission, ne considère pas les voitures particulières à carburant électrique comme une option viable en termes de disponibilité et d'efficacité", a indiqué pour sa part le ministère allemand.

La déclaration de la COP26 exclut l’e-carburant … dans une note de bas de page

La « déclaration COP26 sur l'accélération de la transition vers des voitures et des camionnettes 100 % zéro émission » indique que les gouvernements signataires s'efforceront de faire en sorte que toutes les ventes de voitures et de camionnettes neuves soient à zéro émission d'ici 2040 ou avant, ou au plus tard en 2035 sur les principaux marchés. Dans une note de bas de page, elle définit une voiture ou une camionnette à zéro émission comme « une voiture qui ne produit aucune émission de gaz à effet de serre à l'échappement ».

Exclusion des e-carburants : un « obstacle inutile » selon le secrétaire d'État allemand

Bien que le ministère allemand de l'Environnement soit en faveur d’une telle position, le secrétaire d'État Jochen Flasbarth a déclaré qu'il avait tenté d'obtenir de la présidence britannique de la COP la suppression de la note de bas de page avec pour objectif de permettre le consentement allemand.

"Je pense que cette note de bas de page est un obstacle inutile", a déclaré Flasbarth. Ajoutant qu'il était "un peu agacé" par le gouvernement britannique, car davantage de pays auraient signé l'engagement sans la note de bas de page. Arguant également que le passage à la mobilité électrique irait tout aussi vite si l'option pour les carburants électriques était maintenue ouverte.

La future coalition gouvernementale allemande a besoin d’un débat plus approfondi

Le secrétaire d'État a ajouté que la future coalition gouvernementale allemande des sociaux-démocrates, du Parti vert et du pro-business FDP avait également encore besoin d'un débat plus approfondi et ne voulait pas immédiatement extraire des négociations la possibilité d’utiliser des carburants synthétiques.

L’avenir des moteurs thermiques : enjeu politique majeur en Allemagne

La récente campagne électorale en Allemagne a alimenté le débat sur l'avenir des moteurs à combustion dans le pays. Les sociaux-démocrates ( SPD ), les Verts et le pro-business FDP – les partenaires potentiels de la prochaine coalition gouvernementale allemande – négocient actuellement un accord à Berlin.

Alors que le Parti vert a fait campagne pour un avenir sans moteur à combustion interne, le FDP a rejeté une date de fin réglementée et soutient l'expansion des carburants synthétiques.

Volkswagen : échéance 2030 impossible faute de batteries et de matières premières

Le plus grand constructeur automobile allemand Volkswagen n'a pas non plus signé. Le DG de VW , Herbert Diess, a déclaré qu'il ne faisait aucun doute que le marché automobile passerait à la mobilité électrique : "La question de la propulsion est réglée". Mais il a ajouté qu'une sortie rapide des moteurs à combustion d'ici 2030 n'est pas possible pour l'industrie, ajoutant que l'énorme demande de batteries serait la plus grande contrainte, y compris la nécessité d'ouvrir de nouvelles mines pour les matières premières nécessaires. "C'est pourquoi je pense que les objectifs de l'UE sont extrêmement ambitieux. Je ne pense pas que nous puissions accélérer cela."

BMW estime même que l’engagement pourrait nuire au climat

BMW a également déclaré qu'il ne signerait pas cet engagement. Le PDG de BMW, Oliver Zipse, a déclaré qu'il était "de courte vue" et pourrait même nuire au climat si les infrastructures nécessaires et un mix énergétique propre n’étaient pas disponibles en parallèle.

"Nous n'avons pas signé cet accord et n'avons pas l'intention de le faire, car il sera nocif pour le climat dans les conditions-cadres actuelles", a déclaré Oliver Zipse, lors du sommet automobile de Berlin. "Il y a trop de myopie ici, et je ne peux que mettre en garde fermement contre cela."

Zipse a ajouté que le mix électrique et l'infrastructure de recharge dans de nombreux pays ne seront pas prêts à garantir qu'une interdiction des ventes de moteurs à combustion contribuerait à la neutralité climatique.

Dans de nombreux pays, l'électricité ne sera pas assez propre, et si l'infrastructure de recharge n'est pas suffisante, les gens continueront à utiliser de vieilles voitures conventionnelles, a-t-il déclaré. BMW continuera à développer des voitures diesel, essence, hybrides rechargeables et à hydrogène en plus des véhicules électriques, qui seront le plus grand bloc, a déclaré Zipse. Il a ajouté que la fin des moteurs à combustion en 2035 n'était pas en vue. "Les moteurs à combustion devront également contribuer à la protection du climat à l'avenir."

Notre avis, par leblogauto.com

Le débat sur le rôle du moteur à combustion a été l'un des problèmes de transition du secteur des transports les plus contestés en Allemagne ces dernières années. L'industrie automobile du pays a perfectionné la technologie, qui est maintenant confrontée à sa disparition à mesure que la mobilité électrique prend le relais.

De nombreux emplois, en particulier parmi les fournisseurs automobiles, dépendent du moteur à combustion et certaines parties de l'industrie se sont battues pour inclure l'utilisation de carburants électriques dans les voitures conventionnelles dans les futures stratégies de mobilité.

Les carburants électriques peuvent être considérés comme neutres pour le climat sur l'ensemble de leur cycle de vie. Pour produire de tels carburants synthétiques, l'énergie renouvelable est utilisée pour diviser l'eau en hydrogène et oxygène. L'hydrogène est ensuite combiné avec du dioxyde de carbone pour produire des hydrocarbures tels que le diesel. Si le dioxyde de carbone utilisé dans le processus est capturé directement dans l'air, il serait neutre en CO2 lorsqu'il serait rejeté dans l'air lors de la conduite de la voiture à moteur à combustion. Cependant, le captage direct de l'air est coûteux et l'électricité renouvelable est précieuse. Les voitures à moteur à combustion sont beaucoup moins efficaces, car une grande partie de l'énergie est perdue sous forme de chaleur. L'utilisation de l'énergie renouvelable directement dans les voitures électriques est donc considérée par beaucoup comme la meilleure solution.

Dans les propositions de la Commission, seuls les véhicules à émission zéro – donc à batterie et à pile à combustible (hydrogène) – sont autorisés à être vendus après 2035, explique Julia Poliscanova, responsable véhicules et mobilité à l'ONG Transport & Environment (T&E).

Ajoutant : « les e-carburants sont de la fumée et des miroirs pour que l'industrie pétrolière continue de fonctionner comme d'habitude - nous espérons donc que les politiciens le verront et maintiendront le transport à une technologie vraiment zéro émission uniquement".

Sources : Presse allemande

Pour résumer

Le gouvernement allemand a refusé de signer une déclaration du sommet sur le climat de la COP26 sur les voitures et camionnettes à zéro émission, les ministères allemands des Transports et de l'Environnement n'ayant pas pu se mettre d'accord sur l'inclusion ou non de l' e-carburant dans l'avenir des transports durables du pays.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.