par Joest Jonathan Ouaknine

Le hors sujet du samedi soir: le crash-test version 1953

En 1953, il n'y avait pas d'Euro-NCAP et les crash-tests étaient très rares. Jeter une voiture contre un mur, c'est ennuyant. Bill Tritt a eu une meilleure idée: demander à trois starlettes au chômage de balancer une carrosserie du sommet d'une falaise!

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Tritt est le fondateur de Glasspar. Ce fabricant de bateaux en fibre de verre se lance dans le roadster en kits au début des années 50.

En 1953, solidité=sécurité.

Il n'est pas précisé si les starlettes de la RKO ont effectivement poussé la carrosserie de Glasspar G2 dans le vide. En tout cas, la voici après une chute de 30 mètres:

Et pour prouver que c'est solide, les starlettes réapparaissent pour porter la voiture après sa chute:

Dans les années 50-60, Glasspar est le roi du bateau de plaisance.

A contrario, dans l'automobile, il va de flop en flop.

Tritt est persuadé qu'avec la carrosserie en fibre de verre renforcée, il va révolutionner l'automobile. On pourrait acheter un châssis et faire modifier la carrosserie à sa convenance.

Concernant la G2, le client a le choix entre acheter un modèle complet pour 2 950$ ou acheter un châssis avec carrosserie pour 650$ et se débrouiller seul pour le reste! La plupart des clients choisissent la deuxième solution, d'où de grosses différences d'un modèle à un autre.

Tritt s'est également rapprocher d'autres constructeurs.

La Vaughn 1500, basée sur un châssis de Singer, fait long feu.

Il dessine et produit également les carrosseries de la Volvo P1900.

Il propose la Wildfire à Willys. Le constructeur est racheté par Kaiser. Howard Darrin modifie la Wildfire et crée la Kaiser-Darrin (en "oubliant" de mentionner Tritt ou Glasspar.)

Pendant la guerre de Corée, Glasspar a des difficultés à trouver de la fibre de verre. Naugatuck Chemical Company accepte de lui en fournir en échange d'une G2.

Naugatuck baptise sa voiture "Alembic I". GM veut la voir et elle servira de base pour la Corvette (là encore, Glasspar n'est crédité nul part.)

La G2 est construite de 1950 à 1953. Le coup du "crash-test" est un moyen d'attirer l'intention sur un modèle qui a du mal à convaincre.

En 1954, il tente un nouveau coup de pub: une autre starlette, Ruth Hampton, pose avec une G2.

En regardant la G2, vous vous dites peut-être: "C'est bizarre, elle me dit quelque chose!" Et pour cause: vous en avez peut-être conduit une!

Au milieu des années 50, Tritt est approché par Disney pour son parc (le Disneyland de Los Angeles est situé à un jet de pierre de l'usine Glasspar.) Il doit produire des petites voitures pour une attraction, Autopia.

La "mark I" est une G2 à l'échelle 1/2 (ci-dessous avec Walt Disney, sa fille et son petit-fils.) Aux Etats-Unis, le modèle reçoit dans les années 60 un look inspiré des Corvette Stingray.

Mais lorsque Disneyland Paris ouvre en 1992, les voitures de son Autopia sont des mark I! Donc, si vous avez fait l'attraction Autopia, vous avez conduit une mini-Glasspar G2!

Source:

Forgotten Fiberglass

Crédit photos: Forgotten Fiberglass sauf photo 6 (GM) et photo 8 (Disney)

Pour résumer

En 1953, il n'y avait pas d'Euro-NCAP et les crash-tests étaient très rares. Jeter une voiture contre un mur, c'est ennuyant. Bill Tritt a eu une meilleure idée: demander à trois starlettes au chômage de balancer une carrosserie du sommet d'une falaise!

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.