Le 1er filtre et son emplacement sur l'admission d'air
Le 1er filtre et son emplacement sur l'admission d'airCredit Photo - Toyota
par Thibaut Emme

Capturer du CO2 en roulant : Toyota tente

Le sport automobile sert souvent de laboratoire à la voiture de demain. Pour Toyota, l'avenir est peut-être à l'hydrogène et des voitures laboratoires courent au Japon en Super Taikyu Series. Mais, désormais, Toyota teste un "aspirateur à CO2".

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

En Super Taikyu Series, Toyota engage une Corolla à hydrogène. Si le prototype a connu quelques ennuis début 2023 avec un incendie, elle est revenue plus tard dans la saison et avait une innovation pour la finale le 12 novembre 2023 au Fuji Speedway.

La GR Corolla H2 concept embarquait non seulement un moteur à hydrogène, mais également un "piège à CO2". Le principe est d'avoir deux filtres spéciaux et un système de liquéfaction. Le premier filtre est une céramique spéciale qui va capturer le CO2, un peu à la manière d'un pot catalytique sur nos voitures. Ce premier filtre est sur l'admission d'air et voit donc passer 60 litres d'air par seconde.

Le deuxième filtre se trouve au niveau du circuit de refroidissement (d'huile ici) et fonctionne à des températures élevées. Ces filtres sont développés par Kawazaki Heavy Industries. Le premier filtre capture le CO2 et le deuxième le libère sous l'effet de la chaleur. Ce CO2 est alors envoyé dans un filtre liquide dans lequel il va se dissoudre. Ainsi, ce dispositif piège le CO2 de l'atmosphère comme il pourrait le faire au niveau des gaz d'échappement d'un thermique classique.

Sur le papier, c'est magique, dans les faits, beaucoup moins. En effet, le système ne permet la capture que de 0,22 g de CO2/km quand un moteur thermique va en émettre de 90 à 300 "facilement". Surtout ici on est sur une énorme admission d'air pour une voiture de course à hydrogène. Sur une voiture de série on est loin des 60 litres admis par seconde. Ensuite, le filtre liquide demande à être changé très régulièrement et c'est donc une contrainte énorme pour un véhicule de tous les jours.

Pour autant, Toyota va continuer d'explorer ces filtres pour les rendre plus efficients dans la capture, et simplifier la manutention du filtre liquide. L'intérêt d'un tel dispositif est de profiter d'avoir des véhicules en mouvement pour filtrer l'air. Même un véhicule électrique ou à hydrogène (qui n'émet donc pas de CO2 en fonctionnement) peu en être équipé. On est encore loin d'avoir cela dans nos voitures en série, surtout que le coût des filtres céramique est loin d'être négligeable.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Toyota explore la voie d'une sorte d'aspirateur à CO2. Le principe est d'avoir plusieurs filtres en céramique spéciale, puis un piège liquide qui dissous le CO2 et le garde prisonnier. Mais, pour le moment on est dans l'infinitésimal par rapport à ce que rejette un véhicule thermique classique.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.