Des Autolib finissent leur vie sur l'ancien site Matra à Romorantin
par Thibaut Emme

Des Autolib finissent leur vie sur l'ancien site Matra à Romorantin

Le service d'autopartage Autolib' a été stoppé précipitamment par le syndicat de municipalités. Une partie des Bolloré Bluecar, qui composaient la flotte de près de 4000 voitures, sont parties direction Romorantin et un ancien site historique de l'automobile.

Zapping Le Blogauto Au volant avec Chat GPT

Le service d'autopartage Autolib' a été stoppé précipitamment par le syndicat de municipalités. Une partie des Bolloré Bluecar, qui composaient la flotte de près de 4000 voitures, sont parties direction Romorantin et un ancien site historique de l'automobile.

En effet, selon la Nouvelle République, 500 Bluecar sont déjà arrivées sur l'ancien site de Matra Automobiles à Romorantin en Sologne. Dans moins de 10 jours, le service francilien sera totalement arrêté. Le syndicat n'a pas à reprendre les voitures. Il s'engage "seulement" sur les bornes même si la partie gestion reste la propriété du groupe Bolloré, ce qui les rendra de fait inopérantes.

Que vont devenir les voitures ? Pour le moment mystère. Le groupe Bolloré ne s'interdit pas de réutiliser les meilleures voitures dans d'autres systèmes d'autopartage que le groupe opère en France. Mais, une grande partie sera sans doute déconstruite. Récupération de pièces de rechange ou des fameuses batteries lithium métal polymère (LMP) propres au groupe Bolloré. Les batteries pourront repartir à Ergué-Gaberic en Bretagne. Elles pourraient par exemple servir dans les bus électriques de la marque.

Des Bluecars après des Avantime

Le site Matra Romo 3 accueillait il y a plus de 15 ans des Renault Espace ou des Renault Avantime. Désormais, c'est un centre logistique de l'enseigne NOZ, avenue Goerges Pompidou. Mais l'ancien parking de stockage des véhicules est toujours là. D'une capacité de plus de 1000 véhicules, le parking est un point de chute intéressant, proche de l'Ile-de-France, et avec certains partenaires industriels possibles pour déconstruire les voitures.

A Romorantin, on espère que ce n'est pas qu'un stationnement temporaire. Et pourquoi pas y aura-t-il une activité économique à la clé. Ou quand la fin d'un service et la mise au rebut de milliers de voitures pourraient faire revivre un site "mort" en 2003 après l'arrêt de la production de voiture.

Les autres sites de Matra (celui-ci était le denier ouvert) connaissent des destins différents. Les anciennes usines Normant, devenues usines Matra (ou Romo 1) sont devenues un pôle urbain le long de la Sauldre, avec une résidence de services pour seniors, des appartements de standing, magasins, etc. Seules la façade avec des grilles et la salle des métiers à tisser, inscrites au patrimoine historique, subsistent. La rue s'appelle "rue Normant".

Le site Romo 2 est toujours utilisé par "Matra Manufacturing et Services". Désormais, c'est la propriété d'Easybike (société française comme son nom ne l'indique pas). Toujours rue George Sand, le site porte encore l'emblème de Matra (la pointe de flèche).

Illustration : Autolib' modifié par Leblogauto.com

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le service d'autopartage Autolib' a été stoppé précipitamment par le syndicat de municipalités. Une partie des Bolloré Bluecar, qui composaient la flotte de près de 4000 voitures, sont parties direction Romorantin et un ancien site historique de l'automobile.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.