par Thibaut Emme

AIRe milite pour le retrofit électrique

Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique ou AIRe.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Souvenez-vous de Ian Motion. La jeune société promettait des Mini (les vraies) électrifiées pour l'automne 2016. Depuis ? La société rame contre des démarches administratives comme la France sait en pondre. Avec Brouzils Auto, Carwatt et Retrofuture, ils ont créé les Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique ou AIRe.

Le "rétrofit électrique" qu'est-ce que c'est ? C'est le fait de prendre une voiture d'occasion, thermique, essence ou diesel, et de la transformer en véhicule électrique. Dans plus de 20 pays, et chez tous nos voisins, le rétrofit est autorisé et même encouragé. L'Angleterre est le pays le plus ouvert avec une simple déclaration de transformation (et un passage au MOT bien entendu). Pour les autres, une autorisation d'un organisme local, ou un dossier de conversion suffit. Ainsi un rétrofit classique permet d'avoir un véhicule "ancien" mais qui pollue moins qu'à sa sortie, voire qui acquiert un filtre à particule qui n'existait pas à l'époque par exemple.

Le rétrofit électrique et le rétrofit "classique" sont tellement compliqués à mettre en oeuvre que personne ne s'y risque vraiment. On compte quelques transformations artisanales, chères. Pourtant, il y a des emplois à la clé. Sans compter que cela permet à moindre frais de passer à l'électrique puisque l'on fournit le véhicule donneur.

Le rétrofit, source d'emplois locaux et de bénéfices environnementaux

Et tout peut y passer, voiture, bus, camions, motos, bateaux, tracteurs, etc. L'association loi 1901 veut donc faire connaître du grand public cette possibilité et faire bouger les politiques pour qu'ils finissent par autoriser une filière professionnelle à se lancer en France. Après tout, la France homologue bien un boitier pour passer à l'éthanol, pourquoi rien n'est fait pour l'électrique ?

Chez Carwatt, l'idée est de prendre des batteries "usagées" (lire : avec 50 à 60% de capacité) et de les implanter dans des fourgons pour la livraison du dernier kilomètre ou des activités routinières. Chez Brouzils Auto (Vendée) c'est une Coccinelle qui sert de démonstrateur. Ou comment concilier l'ancienne avec une pollution à l'usage moindre (et des pannes moindres également).

Il y a plein d'autres projets de "retrofit électrique". Pour le moment, à part la Mehari électrique Eden Cassis qui bénéficie de la réglementation quadricycle lourd, les autres projets sont au point mort ou presque. Dommage. A noter que pour une transformation électrique, à date, il faut compter pas loin de 30 000 euros car tout est artisanal. Avec la création d'une filière, le prix descendrait à environ 15 000 euros hors véhicule donneur. Théoriquement, ces véhicules pourraient être éligibles prime à la conversion (a minima) et pourquoi pas avec un peu de volonté de l'état, un bonus électrique, même partiel. De quoi rouler électrique à moindre frais.

Pour résumer

Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique ou AIRe.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.