L'affaire Horner n'est pas terminée : Jos Verstappen veut la tête du team-manager de Red Bull !
par Nicolas Anderbegani
Netflix n'en demandait pas tant

L'affaire Horner n'est pas terminée : Jos Verstappen veut la tête du team-manager de Red Bull !

Si la Formule 1 court à Las Vegas, dans les coulisses, cela ressemble de plus en plus à Dallas !

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Une affaire drapée dans un mystère

Juste avant le début des essais du grand prix de Bahreïn, Red Bull avait annoncé, dans un communiqué somme tout laconique, que l’enquête interne diligentée par la maison mère à l’égard de Christian Horner, soupçonné de comportements inappropriés à une employée de l’écurie, avait finalement abouti à blanchir le team manager et, par conséquent, de le maintenir à son poste. Horner était resté très discret sur cette affaire et a fait profil bas depuis plusieurs semaines, que ce soit lors de la présentation de la RB20, lors des essais d’avant-saison ou encore dans le paddock ce weekend.

De quoi attiser les rumeurs, alors que le soufflet n’était pas vraiment retombé, le manque de transparence de Red Bull tout au long de l’enquête ayant attisé les hypothèses en tous genres, puisque le caractère exact des accusations n’avait jamais été révélé, si ce n’est un média néerlandais, De Telegraaf, qui avait évoqué des messages à caractère sexuel…Plusieurs personnes sont montées au créneau pour demander que l’affaire soit rapidement gérée, comme Totto Wolff, ou même Ford, futur partenaire de Red Bull, qui n’a guère apprécié le secret et le manque de transparence qui a drapé cette affaire interne dans un voile mystérieux.

Quand bien même Christian Horner était officiellement innocenté, le mal était fait. Et le retour au calme n’a pas duré très longtemps. En pleins essais libres 2, provoquant une certaine stupeur, des centaines de personnes, journalistes, directeurs d'équipe, responsables de Liberty Media et de la F1 dont Stefano Domenicali, recevaient, via un envoi anonyme, un fichier Google Drive contenant apparemment les pièces à conviction du dossier, à savoir principalement des images et le contenu des conversations incriminant Christian Horner. Le dossier devant être authentifié dans un premier temps, voilà qui relançait la machine à spéculations. La nouvelle blague sur la toile F1, c'était "Google Drive to survive" !

Jos Verstappen clashe Horner

La cerise sur le gâteau est arrivée aujourd’hui, et cette fois, c'est Jos Verstappen, le père du champion du monde en titre, qui a enfoncé le clou. Dans un échange accordé au Daily Mail, l'ancien pilote Benetton a égratigné le team principal britannique et la gestion de sa situation. "Il va y avoir de la tension dans l'équipe tant qu'il reste en place. L'équipe risque de se déchirer. Ça ne peut pas continuer comme ça l'est actuellement, ça va exploser. Il joue la victime alors que c'est lui qui est à l'origine des problèmes." Voilà une sortie incendiaire ! Mai bon, Verstappen père est habitué au rentre-dedans. Martin Brundle à Interlagos en 1994 ! (ici pour ceux qui ont oublié), ou Montoya, au même endroit, en 2001, s'en souviennent !

Comment interpréter cela ? Il faut savoir que, depuis la mort de Dietrich Matezitsch, une lutte de pouvoir semble fracturer Red Bull Racing entre Christian Horner et Helmut Marko. On l’a bien vu l’an passé, notamment sur la gestion de Sergio Perez ou encore les « incartades » verbales du père Marko, que des dissensions existent entre les deux hommes. Or, le clan Verstappen est considéré comme « pro-Marko » dans cette lutte interne. D’ailleurs, le fait que l’affaire ait été en grande partie étalée sur la place publique par un média néerlandais a rapidement fait émerger la thèse d’une fuite venant de Verstappen père lui-même.

Jos Verstappen a aussitôt démenti être à l’origine de l’envoi des preuves supposées dans le paddock. "La plus grande absurdité ! Pourquoi diable ferais-je ça ? Je veux seulement une chose et c’est que mon fils soit dans un bon endroit et puisse agir dans un environnement calme. Mais au lieu de cela, les choses sont maintenant en feu. Cela n’a pas de sens. Cela n’aide personne, n’est-ce pas ? Surtout pas Max."  Bon on connaît le bonhomme...

Une réaction en chaîne inattendue ?

Beaucoup ont aussi relevé, à l’arrivée du grand prix de Bahreïn, la tiédeur des échanges entre Max Verstappen et Christian Horner, et la retenue de ce dernier à la radio, alors que nous sommes habitués à une effusion de joie plus démonstrative. Un signe tangible peut-être de quelque chose de brisé. Si Max Verstappen a tenu à rester à l’écart jusqu’à présent de cette intrigue, la prise de position explosive de son père change la donne.

Et la machine à spéculations repart de plus belle, puisque maintenant, c’est un rapprochement entre le clan Verstappen et Mercedes qui alimente les discussions, au cas où le management de Red Bull imploserait ! Ces derniers jours, Toto Wolff n’a pas tari d’éloges sur Max Verstappen, ne cachant pas que c’est un pilote observé et que « tout est possible », à propos d’une éventuelle arrivée du néerlandais avec l’étoile. Wolff et Verstappen père ont été vus en discussions à plusieurs reprises.

En tous cas, sortez le pop-corn. Les scénaristes de Netflix pleurent de joie.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

La Formule 1 a une capacité à engendrer des histoires unique dans le sport. Bien que blanchi par l'enquête interne de Red Bull, Christian Horner est mis sous pression par Jos Verstappen, qui réclame son départ. La preuve que Red Bull, dominatrice en piste, est rongée par une lutte de pouvoir.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.