par Nicolas Anderbegani

F1 2020 : 3 GP de plus en Europe, l'Amérique out

Ironie de l'histoire : l'année où la F1 fête ses 70 ans, elle semble par la force des choses revenir à ses racines avec un calendrier très européen. Au programme, deux revenants et un petit nouveau.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Pas de Gp en Amérique

Pour des contraintes logistiques évidentes, mais surtout en raison de l'expansion inquiétante du Covid-19 en Amérique du Nord comme du Sud, tous les grands prix du continent sont annulés, que ce soit le Canada, le Brésil, le Mexique et les Etats-Unis.

Retour du Nurburgring

Évidemment, ce n'est pas la Nordschleife, mais le circuit moderne de l'Eifel a souvent donné par le passé des courses intéressantes. On se rappelle du finish haletant entre Alesi et Schumacher en 1995, du grand prix à rebondissement de 1999 ou encore du déluge biblique de 2007 ! Le "Grand prix de l'Eifel" se tiendra deux semaines après Sochi, en octobre : cela peut promettre une météo compliquée et donc un weekend animé ! Le choix s'explique aussi par le fait que Hockenheim ne peut se permettre financièrement d'organiser un grand prix sans public, à l'image du Castellet.

Première à Portimao

Le 25 octobre, le Portugal fera son retour au calendrier, 24 ans après la dernière édition ! Il ne s'agira pas d'Estoril, qui avait accueilli une course entre 1984 et 1996, mais du circuit plus moderne de Portimao, situé dans l'Algarve, bien connu pour avoir déjà accueilli du DTM, du WTCC ou encore de l'Endurance. La piste de 4,6 kilomètres a justement obtenu en avril le grade 1 de la FIA lui permettant d'être éligible à une course de F1. Le tracé ressemble un peu à Barcelone et a déjà accueilli des essais.

Imola pour un format inédit

Enfin, le 1er novembre, Imola fera son grand retour dans le cadre du "grand prix d'Emilie-Romagne", et non de San Marin, puisque de toute façon le circuit n'est pas situé géographiquement dans la petite principauté. Étant donné la distance (2400 kilomètres) séparant Imola de Portimao et le délai d'une semaine seulement entre les deux courses, le grand prix d'Emilie-Romagne se tiendra sur deux jours seulement. reste à préciser comment les autorités comptent organiser les différentes sessions d'essais et de qualifications.

Les dirigeants d'Imola avaient manifesté très tôt leur intérêt pour un retour au calendrier. Avec Imola, c'est évidemment un circuit de légende qui revient, qui a marqué l'histoire de la F1 dans le meilleur (les duels Alonso-Schumacher des ultimes éditions de 2005-2006 notamment) comme, bien sûr, dans le pire avec la tragédie de 1994 et les décès de Ratzenberger et Senna. Seul Raikkonen y a déjà couru en F1.

Alpha Tauri y a effectué récemment un roulage et Daniil Kyvat s'est montré enthousiasmé par cette piste "palpitante, à l'ancienne, plutôt bosselée et avec des vibreurs difficiles". Un circuit à l'ancienne en effet, avec des dégagements "naturels", une piste étroite, des virages pointus comme Aqua Minerali et peu de place pour l'erreur. Certes, les deux chicanes créées en 1995 ont cassé la vitesse des anciens terrifiants virages de Tamburello et Tosa, mais le tracé conserve du rythme et de la vitesse. Mieux, la Variante Bassa, celle où Barrichello a eu son crash, est désormais une courbe très légère faisant partie de la longue ligne droite qui relie la sortie de Rivazza jusqu'à la chicane de Tamburello, ce qui devrait garantir de belles vitesses de pointe.

Pour la suite, Liberty Media table sur un double évènement à Bahreïn, les 15 et 22 novembre, puis Abu Dhabi, le 8 décembre, en baisser de rideau sur cette saison unique dans l'histoire. Ce qui ferait quinze rendez-vous au total.

Notre avis, par leblogauto.com

OK, c'est à huis clos, mais on ne boude pas notre plaisir de voir revenir des pistes "à l'ancienne" et que l'Europe soit de nouveau au centre du F1 circus. Ironie du sort, ces circuits avaient souvent subi les fourches caudines de M.Ecclestone qui avait préféré signer des contrats plus juteux avec des destinations exotiques. Ces comebacks sont sans doute provisoires (mais comment prédire quoi que ce soit en ce moment ?)n espérons que ces épreuves puissent bien avoir lieu.

image : wikimedia commons, F1

Pour résumer

Ironie de l'histoire : l'année où la F1 fête ses 70 ans, elle semble par la force des choses revenir à ses racines avec un calendrier très européen. Au programme, deux revenants et un petit nouveau.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.