Lancer le diaporama
Essai Toyota Yaris GR Sport : drôle d'idée 1
+6
LANCER LE DIAPORAMA
par Cedric Pinatel

Essai Toyota Yaris GR Sport : drôle d'idée

La Toyota Yaris GR Sport ressemble à la Yaris GRMN et reprend ses réglages de châssis, mais elle utilise le petit moteur de la Yaris hybride normale. Comme vous pouvez l'imaginer, la combinaison de ces morceaux débouche sur une citadine au comportement étrange.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

La Toyota Yaris GR Sport ressemble à la Yaris GRMN et reprend ses réglages de châssis, mais elle utilise le petit moteur de la Yaris hybride normale. Comme vous pouvez l'imaginer, la combinaison de ces morceaux débouche sur une citadine au comportement étrange.

Avec son 4 cylindres compressé de 212 chevaux et son châssis aux réglages radicaux, la Toyota Yaris GRMN attaquait frontalement les meilleures citadines ultra-sportives du marché. Mais cette rareté limitée à 400 exemplaires dans le monde jouait les exclusives. Le constructeur japonais aurait-il décidé d'en remettre une couche avec cette nouvelle Yaris GR Sport ? Pas vraiment : si son style évoque volontiers celui de la GRMN avec ses jantes noires et ses quelques détails de carrosserie, la Yaris GR Sport se contente de reprendre le groupe motopropulseur de la gentille Yaris hybride (100 chevaux). Vous trouvez que l'ensemble sonne un peu faux sur le papier ? On a quand même voulu vérifier ce qu'il donnait en récupérant la voiture pendant deux jours.

En ville, le moteur parfait

Dans les rues bouchonnées de Marseille en tout cas, le moteur de la Yaris hybride fait toujours merveille. Entre le silence de fonctionnement, l'agrément de la boîte automatique dans ces conditions (pour rappel, il s'agit plus exactement d'un train épicycloïdal) et l'apport du petit moteur électrique de 61 chevaux, il surclasse toutes les citadines thermiques (manuelles ou automatiques) en ville. Dommage de devoir toujours composer avec cette planche de bord au style dépassé et surtout, cette suspension raffermie qui ne sert à rien dans la vie de tous les jours et qui vous secoue inutilement. Certes, elle doit se montrer plus intéressante au moment de quitter l'agglomération pour rejoindre de jolies routes d'arrière-pays. Mais il y a un gros mais.

Sur route, une vaste blague

Aux commandes de cette machine maquillée comme une Yaris GRMN à peine assagie, je prends la direction du Col de l'Espigoulier derrière Gémenos, connu pour ses superbes virages et son cadre somptueux. C'est précisément au début de la montée que les masques tombent, lorsque la pédale d'accélérateur s'enfonce en grand pour la première fois. Tout de suite, la Japonaise au style belliqueux se met à produire un hurlement digne d'un aspirateur alors que le train épicycloïdal bloque le 4 cylindres au régime moteur maximal. La poussée permet à peine de dépasser les quelques monospaces de touristes qui circulent à train de sénateur dans le parc naturel, sous le regard médusé des cyclistes qui ne comprennent pas comment cette petite auto peut faire autant de bruit tout en avançant aussi lentement.

Alors, oui, le châssis laisse bien sentir une joyeuse mobilité du train arrière en brutalisant l'auto à l'inscription. Mais à cause de le réactivité catastrophique de la chaine de transmission (il s'écoule parfois une demi-seconde entre le moment où vous levez/remettez le pied sur l'accélérateur et celui où le moteur répond), il est tout simplement impossible de chercher les limites dynamiques du châssis. Il faudrait pour cela un moteur aux performances bien supérieures et surtout, plus adapté à la conduite sportive. La descente du col s'effectue donc à allure tranquille, en se disant que la plaisanterie a assez duré. Surtout vendue 2000€ plus cher que la Yaris hybride normale (même si elle dispose évidemment d'un meilleure niveau d'équipement).

Bilan : achetez une Yaris hybride normale

Au final, ce drôle de compromis "GR Sport" dessert fortement la Yaris dans sa version hybride normale, dont les qualités en font toujours l'une des citadines les plus agréables à utiliser en ville. Cette dernière devra bientôt supporter la concurrence de concurrentes hybrides inédites à l'intérieur plus moderne, comme la Clio qui débarquera l'année prochaine. Mais à 19 150€ ou 21 150€ en version Collection très bien équipée (la gamme Yaris bénéficie d'une réduction de près de 2000€ depuis quelques jours), cette dernière fait toujours office de seul choix hybride actuellement. Et ses futures rivales seront à la fois plus puissantes et plus chères.

Pour résumer

La Toyota Yaris GR Sport ressemble à la Yaris GRMN et reprend ses réglages de châssis, mais elle utilise le petit moteur de la Yaris hybride normale. Comme vous pouvez l'imaginer, la combinaison de ces morceaux débouche sur une citadine au comportement étrange.

Cedric Pinatel
Rédacteur
Cedric Pinatel

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos