par Elisabeth Studer

Tesla /conduite autonome : Musk enjolive la réalité

Tesla pourrait ne pas être en mesure de proposer comme prévu sa technologie de totale conduite autonome d'ici la fin de l'année. Selon un mémo du California Department of Motor Vehicles (DMV), le constructeur a lui-même indiqué au régulateur californien qu'il pourrait ne pas parvenir à maintenir le planning qu’il avait annoncé.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Elon Musk annonçait en janvier dernier une totale autonomie dès 2021

En janvier dernier, le fougueux patron de Tesla, Elon Musk avait toutefois annoncé être "très confiant » que ses véhicules puissent se conduire sans assistance d’un conducteur avec une fiabilité supérieure à l'homme dès 2021.

Tesla a également déployé ce qu'il décrit comme une version "bêta" de son programme de "conduite autonome complète" (FSD) à un nombre limité d'employés et de clients depuis octobre, et Musk a vanté cette capacité sur Twitter.

Le tweet de Musk ne correspond à pas à la réalité technique selon le California DMV

Le tweet d'Elon ne correspond pas à la réalité technique, Tesla est actuellement au niveau 2, a déclaré le California DMV dans un mémo sur sa conférence téléphonique du 9 mars avec des représentants de Tesla, dont CJ Moore, ingénieur sur le pilote automatique.

La technologie de niveau 2 fait référence à un système de conduite semi-automatique, qui nécessite la supervision d'un conducteur humain. Le mémo a été publié par le groupe de transparence juridique PlainSite, qui l'a obtenu en vertu de la loi sur la liberté d'information (FOIA).

Elon Musk embellit la réalité sur le niveau L5

"Tesla a indiqué qu'Elon extrapole sur les taux d'amélioration lorsqu'il parle des capacités du L5. Tesla n'a pas été en mesure de dire si le taux d'amélioration atteindrait le niveau L5 d'ici la fin de l'année civile", indique le mémo, qui fait référence à la technologie autonome complète de niveau 5.

Une Tesla percute un camion renversé

Cette information voit le jour alors que la California Highway Patrol enquête sur les raisons pour lesquelles un véhicule Tesla a percuté un camion renversé sur une autoroute près de Fontana, en Californie, mercredi, tuant le conducteur de la Tesla.

La patrouille n'a pas précisé si la Tesla fonctionnait ou non en mode Autopilot. Les régulateurs fédéraux de la sécurité routière enquêtent sur plus de 20 accidents impliquant des véhicules Tesla actuellement.

Notre avis, par leblogauto.com

Le débat sur les réels fonctionnalités des véhicules Tesla en terme de conduite autonome a été récemment relancé par l’accident mortel survenu au Texas dans l’accident d’un véhicule du constructeur pour lequel les enquêteurs s’interrogent sur la présence d’un conducteur à son bord.

Les circonstances de l’accident ont suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, relançant le débat sur les capacités de semi-autonomie existant chez les Tesla, c’est-à-dire le logiciel « Autopilot », qui permet à la voiture de se garer « seule » ou d’adapter la navigation sur l’autoroute.

Certains personnes peuvent acheter une version plus chère, baptisée « FSD », pour « full self-driving », pour « conduite autonome complète », même si le conducteur n’est pas censé lâcher le volant.

Pour résumer

Tesla pourrait ne pas être en mesure de proposer comme prévu sa technologie de totale conduite autonome d'ici la fin de l'année. Selon un mémo du California Department of Motor Vehicles (DMV), le constructeur a lui-même indiqué au régulateur californien qu'il pourrait ne pas parvenir à maintenir le planning qu’il avait annoncé.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.