par Elisabeth Studer

Prony Resources : nickel pour Tesla … et l’Airbus des batteries

Alors que Prony Resources (PRNC) vient d'annoncer la signature d’un contrat majeur avec Tesla après avoir repris au printemps les mines de nickel du groupe brésilien Vale situées en Nouvelle-Calédonie, son PDG Antonin Beurrier ajoute désormais que la société souhaite aussi "alimenter la filière européenne des batteries ».

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Alors que Prony Resources (PRNC) vient d'annoncer la signature d’un contrat majeur avec Tesla après avoir repris au printemps les mines de nickel du groupe brésilien Vale situées en Nouvelle-Calédonie, son PDG Antonin Beurrier ajoute désormais que la société souhaite aussi "alimenter la filière européenne des batteries ».

Tesla : 1er client de Prony Resources

"L'accord signé avec Tesla fera du constructeur automobile américain notre premier client et de loin" a déclaré M. Beurrier lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP dans le cadre d'une tournée de présentation de ses activités en Europe.

Grâce à un contrat pluriannuel de 5 à 7 ans, Prony va fournir 42.000 tonnes de ce nickel à Tesla, ce qui devrait permettre au constructeur de produire quelque 200.000 batteries pour ses voitures électriques.

Prony Resources en garde sous le pied pour l’Europe

Le dirigeant a toutefois ajouté que l’entreprise avait « encore de la place pour la filière européenne des batteries, qui cherche à augmenter son indépendance stratégique".

Changement de stratégie industrielle

"Le changement d'actionnaire annoncé le 31 mars 2021 a permis un changement de stratégie industrielle, et de nous concentrer sur un nickel hydroxyde cake, NHC, un produit intermédiaire destiné aux batteries automobiles notamment" a expliqué Antonin Beurrier.

Ce nouveau produit, qui fournira les unités de production de Tesla en Asie, est à la fois moins raffiné et plus cher que l'oxyde de nickel sur lequel le groupe se concentrait auparavant.

Les comptes de Prony repassés dans le vert

Depuis cinq mois, les comptes Prony sont repassés dans le vert, grâce à la baisse de 30% de ses coûts de raffinage obtenue via le fermeture d’une de ses usines et à la hausse des prix mondiaux du nickel et du cobalt, matières premières très recherchées pour produire des batteries pour VE.

Recomposition du capital

Au terme de sa recomposition du capital, et de l'équilibre industriel, financier et social négocié pendant de longs mois, Prony est désormais détenu à 51% par des acteurs locaux néocaledoniens (30% aux trois provinces, 12% aux salariés et 9% à un fonds local représentant les populations océaniennes et kanaks). 19% appartiennent au négociant de matières premières Trafigura basé à Singapour et Genève, et 30% à la compagnie financière de Prony, montée avec le management et le fonds d'investissement Agio appartenant à Trafigura.

Notre avis, par leblogauto.com

Stratégie initiée par la société ou soufflée au creux de l’oreille par le gouvernement français ?

Rappelons que la France prendra au 1er janvier 2022, la présidence tournante de l'Union européenne. Il aurait de « mauvais ton » que Paris puisse être accusé par ses pairs de laisser la Nouvelle-Calédonie - collectivité d'outre-mer à statut particulier - fournir son nickel à Tesla sans laisser une part du fromage à l’Union européenne pour mettre en place son Airbus des batteries.

Sources : AFP, Prony

Pour résumer

Alors que Prony Resources (PRNC) vient d'annoncer la signature d’un contrat majeur avec Tesla après avoir repris au printemps les mines de nickel du groupe brésilien Vale situées en Nouvelle-Calédonie, son PDG Antonin Beurrier ajoute désormais que la société souhaite aussi "alimenter la filière européenne des batteries ».

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.