par Elisabeth Studer

Le patron d'Audi prédit une hausse des prix due aux VE

Le prix des voitures devrait « en toute logique » augmenter de 3 à 5.000 euros d’ici 4 ans. C'est en tout cas ce que prédit le patron néerlandais d’Audi, Bram Schot. Son argument : les constructeurs seraient contraints de répercuter sur leurs tarifs les très importantes dépenses d'investissements nécessitées par le développement des véhicules électriques.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le prix des voitures devrait « en toute logique » augmenter de 3 à 5.000 euros d’ici 4 ans. C'est en tout cas ce que prédit le patron néerlandais d’Audi, Bram Schot. Son argument : les constructeurs seraient contraints de répercuter sur leurs tarifs les très importantes dépenses d'investissements nécessitées par le développement des véhicules électriques.

Dans un entretien accordé accordé au journal néerlandais, De Telegraaf, l'actuel PDG d’Audi, Bram Schot, dit s'attendre à ce que les voitures deviennent entre 3000 et 5000 euros plus chères à compter de 2024.

Pour argumenter ses propos, le patron du constructeur allemand affirme que les constructeurs automobiles devront réinvestir une partie des bénéfices réalisés sur la vente de voitures à essence et diesel dans le développement de véhicules électriques, et ce, alors même que la vente de voitures dotées de moteurs thermiques est en baisse. Un contexte qui devrait en « toute logique » rendre les nouvelles voitures plus chères.

Défi majeur pour l'industrie automobile selon Audi

« Ce sera tout un défi pour notre industrie, car les revenus n’augmenteront pas pendant la même période, du moins pas autant », estime par ailleurs Bram Schot.

« Nous investissons beaucoup dans les voitures électriques, mais le profit réalisé sur ces voitures est beaucoup plus faible que sur les voitures à carburant fossile. Nous sommes maintenant dans une période où nous payons la production de voitures électriques avec les bénéfices que nous faisons sur les voitures à essence et diesel, alors que nous savons qu’en 2030 nous devrons passer à l’électrique » a-t-il ajouté.

Un contexte propice à la disparition de certains constructeurs

Le patron d'Audi s’attend par ailleurs à ce qu’un certain nombre de marques automobiles disparaissent, faute de pouvoir trouver un allié pour coopérer et partager les dépenses d'investissements nécessaires.

Départ prochain de Bram Schot

Pour rappel, Markus Duesmann sera le nouveau président du directoire d’Audi AG à partir du 1er avril 2020. Il succédera à Bram Schot, qui occupait ce poste depuis juin 2018. Ce dernier quittera le groupe Volkswagen « d’un commun accord » à la fin du mois de mars.

Notre avis, par leblogauto.com

Le départ d'Audi de Bram Schot semble l'inciter à pousser un véritable cri d'alarme sur le devenir du secteur automobile. Lequel est confronté à un défi technologique et financier majeur : financer le développement de véhicules d'une rentabilité encore en devenir et dont le volume de ventes laisse encore à désirer par des bénéfices réalisés via la commercialisation de voitures à moteurs thermiques alors même que le secteur connaît une baisse de la demande.

Sources : Presse néerlandaise

Pour résumer

Le prix des voitures devrait « en toute logique » augmenter de 3 à 5.000 euros d’ici 4 ans. C'est en tout cas ce que prédit le patron néerlandais d’Audi, Bram Schot. Son argument : les constructeurs seraient contraints de répercuter sur leurs tarifs les très importantes dépenses d'investissements nécessitées par le développement des véhicules électriques.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.