par Gautier Bottet

Nio ET7, conduite autonome et batterie à l'état solide

Deux ans après la présentation du Nio dévoile sa première berline, la Nio ET7. Un porte-drapeau qui marque un nouveau pas en avant pour la marque en matière de conduite autonome, ainsi que l'arrivée d'une batterie à l'état solide de 150 kWh.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Deux ans après la présentation du concept au salon de Shanghai 2019, Nio dévoile sa première berline, la Nio ET7. Un porte-drapeau qui marque un nouveau pas en avant pour la marque en matière de conduite autonome, ainsi que l'arrivée d'une batterie à l'état solide de 150 kWh.

  • 4ème modèle et première berline de Nio

  • Batterie 150 kWh "solid state" promise pour 2022

Depuis l'ET Concept, le format général de ce quatrième modèle n'a pas évolué. Il s'agit d'une grande berline de 5098 mm de long, et 1987 mm de large. Son empattement s'étire sur 3060 mm, et elle se positionne comme  une berline plutôt haute avec 1505 mm. Dans le détail, la style a nettement évolué sur la face avant et les flancs, avec des lignes adoucies. Malgré son allure fastback, il ne s'agit pas d'une berline à hayon. Le Cx est annoncé à 0,23.

On ne pourra que remarquer les capteurs destinés à la conduite autonome, avec sur le pavillon à l'avant 2 caméras et un LIDAR, plus une caméra à l'arrière ou encore deux autres dans les ailes avant. Au total 12 capteurs ultra-sons, 11 caméras, 5 radars et le LIDAR. Plus les unités de positionnement du véhicule et les éléments de communication V2X. L'ensemble est piloté l'ordinateur baptisée Nio Adam comprenant en particulier 4 puces Nvidia Orin. Avec tout cela, Nio ambitionne de proposer une conduite autonome de Niveau 4 en 2022 (totalement autonome sur certaines routes).

A l'intérieur, Nio ne cède pas à la domination totale des écrans et préfère une ambiance épurée. On retrouve donc l'architecture actuelle des modèles de la marque, avec un écran relativement réduit face au conducteur (10,2 pouces) et un plus imposant au centre (AMOLED de 12,8 pouces), qui habillent une planche dépouillée avec l'absence d'aérateurs visibles. La ventilation est effectuée au niveau de la jonction entre le haut de planche de le bandeau décor. La Nio ET7 dispose également d'un affichage tête haute, et conserve bien entendu le petit avatar pour l'assistant personnel NOMI. Les places arrière devraient bénéficier d'un espace généreux aux jambes grâce à l'empattement long et la banquette (avec sièges chauffants, ventilés et massants comme à l'avant) est en outre assez reculée par rapport à l'ouverture des portes. Ces dernières se passent de commande mécanique pour l'ouverture.

Au chapitre électrique, Nio n'annonce pour le moment qu'une configuration pour les moteurs, et 3 batteries. Le moteur avant développe 180 kW / 245 ch, et le moteur arrière 300 kW / 408 ch. Au total donc 480 kW / 653 ch, et 850 Nm. La Nio ET7 revendique un 0 à 100 km/h en 3,9s dans sa meilleure forme. Trois packs de batteries seront proposés. Les deux premiers équipent déjà les SUV, puisqu'il s'agit des packs de 70 et 100 kWh. Nio annonce respectivement "plus de 500" et "plus de 700" km d'autonomie. Une mesure en mode NEDC. On est sans doute plus proche des 350 et 500 km en WLTP.

Mais en 2022 (quatrième trimestre évoqué), Nio lancera une batterie 150 kWh. Outre sa capacité, elle se distingue par sa technologie à l'état solide, avec donc ici un électrolyte solide entre anode et cathode, gage de plus de stabilité et de plus de sécurité. La densité est annoncée à 360 Wh / kg. Le concept de 2019 évoquait une enveloppe en fibre de carbone, mais pour le moment rien n'est précisé pour la version de série. L'autonomie est ici annoncée à "plus de 1000" km. NEDC toujours, soit sans doute entre 700 et 800 en WLTP.

Les livraisons ne débutent pas immédiatement, mais début 2022, même si Nio a déjà communiqué sur un prix : 378000 à 448000 RMB (sans la batterie 150 kWh), soit de 47850 à 56700 euros. Des prix qui s'entendent sans les aides, mais avec la location de la batterie. Un service qui donne accès aux stations d'échange de batterie, et qui permet aussi de passer à une batterie plus imposante.

A ce chapitre, Nio a annoncé la seconde génération de ses stations d'échange. Elles disposeront à présent de 13 batteries en stock avec une capacité de 312 échanges par jour. Avec l'ET7 débute aussi le mode autonome puisque la voiture entera seule dans la station pour procéder à l'échange. 177 stations sont déjà déployées, et Nio compte passer à 500 d'ici la fin de l'année 2021 pour améliorer la maillage des grandes autoroutes chinoises.

Notre avis, par leblogauto.com

Après la descente en gamme des ES6 et EC6, Nio remonte au créneau sur le haut de gamme. L'ET7 ne viendra pas battre de records de volume, mais elle a aussi pour vocation d'asseoir l'image de la marque, alors que le succès de Tesla en Chine lui coute cher. D'autant plus que le Model Y vient désormais concurrencer directement sa gamme. Une concurrence qui explique également l'accent mis sur le développement du réseau de stations d'échange de batteries.

Pour résumer

Deux ans après la présentation du Nio dévoile sa première berline, la Nio ET7. Un porte-drapeau qui marque un nouveau pas en avant pour la marque en matière de conduite autonome, ainsi que l'arrivée d'une batterie à l'état solide de 150 kWh.

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.