par Elisabeth Studer

L'administration Biden s'appuie sur Tesla pour la réforme de la politique des carburants renouvelables (RFS)

Le président américain Joe Biden mentionne rarement le nom de Tesla en public. Mais il n’en demeure pas moins qu’en privé, son administration s'est appuyée sur le constructeur de voitures électriques pour l'aider à élaborer une nouvelle politique permettant aux véhicules électriques (VE) de bénéficier des lucratives subventions nationales aux carburants renouvelables.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Tesla « conseiller » de l’administration Biden

L'administration Biden a contacté Tesla le premier jour de son mandat, marquant le début d'une série de réunions sur le sujet entre des fonctionnaires fédéraux et des entreprises liées à l'industrie des véhicules électriques au cours des mois qui ont suivi, selon des e-mails consultés par Reuters.

La sensibilisation de la Maison Blanche aux avis et positions de Tesla montre ainsi que, malgré un match de rancune public entre Biden et le fondateur de Tesla, Elon Musk, l'équipe de Biden a tenté très tôt d'impliquer le constructeur automobile dans l'une de ses principales initiatives politiques. Biden s'est fixé pour objectif de faire de la moitié de tous les nouveaux véhicules vendus en 2030 des véhicules zéro émission.

Portée accrue de la norme US sur les carburants renouvelables : une priorité pour Biden

La sensibilisation précoce et étendue de l'administration montre que l'élargissement de la portée de la norme américaine sur les carburants renouvelables (RFS) pour en faire un outil d'électrification du parc automobile du pays est l'une des priorités de Biden dans la lutte contre le changement climatique. Le RFS, qui date de 2005, est un programme fédéral qui exige que le carburant de transport vendu aux États-Unis contienne un volume minimum de carburants renouvelables. Jusqu'à présent, il s'agissait principalement d'une subvention pour l'éthanol à base de maïs. De nouveaux gagnants et perdants définis en 2022

L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), qui administre la RFS, devrait dévoiler les changements proposés cette année, définissant ainsi de nouveaux gagnants et perdants sur un marché de plusieurs milliards de dollars pour les crédits, connus sous le nom de RIN, lequel a soutenu jusqu’à présent les producteurs de maïs et d’agro-carburants.

Vers une règle profitant aux acteurs du secteur des VE

Les premiers signes indiquent que l'administration penche vers une règle qui profite aux constructeurs automobiles comme Tesla, leur donnant le plus grand accès aux « e-RINS, ou RIN électriques ». Mais la réforme pourrait également étendre la subvention aux industries connexes, comme les sociétés de recharge des véhicules et les décharges qui fournissent du biogaz renouvelable aux centrales électriques. "Les constructeurs automobiles vont vraiment, vraiment aimer cette règle", a déclaré Maureen Walsh, directrice de la politique fédérale à l'American Biogas Council, lors d'une conférence en mai.

L’idée d’inclure les véhicules électriques dans la norme RFS fait son chemin

L'idée d'inclure les véhicules électriques dans le RFS est à l'étude depuis des années, mais a pris de l'ampleur lorsque l'équipe de transition de Biden s'est concentrée sur les véhicules électriques en tant que solution à la crise climatique. Les transports représentent plus d'un quart des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis.

L'EPA a déclaré pour sa part qu'elle consultait "toutes les parties prenantes intéressées" dans son examen de la politique RFS.

EPA et Tesla travaillent sur la manière d’intégrer les VE dans le RFS

Le matin de l'investiture présidentielle de Biden en janvier 2021, Dallas Burkholder, membre de l'EPA (Agence de l’Environnement US), a envoyé un e-mail à un lobbyiste de premier plan de Tesla, Rohan Patel, en vue d’organiser une réunion sur la manière d'intégrer les voitures électriques dans le RFS, selon les documents examinés par Reuters. Ils ont programmé une réunion une semaine plus tard.

Depuis lors, l’EPA a eu des réunions supplémentaires sur le sujet avec Tesla, des groupes représentant des producteurs de biogaz comme Waste Management et Republic Services et des sociétés de bornes de recharge comme ChargePoint Holdings selon les documents.

Tesla cherche à adapter le RFS en sa faveur

Tesla cherche à apporter des modifications au RFS qui lui permettront de gagner des crédits de carburant renouvelable basés sur un volume de kilowattheures conduits ou des mesures similaires, si l’on en croit deux sources proches du plan. La société a également exploré des partenariats avec des producteurs de biogaz pour leur donner un effet de levier sur tout marché émergeant de la nouvelle norme.

Le secteur de l’industrie de la recharge VE fait également pression

Les membres de l'industrie de la recharge de véhicules font également pression. Matthew Nelson, lobbyiste chez Electrify America, un groupe de sociétés de recharge, a écrit à l'EPA en octobre et leur a dit que les e-RIN feraient plus que toute autre politique pour atteindre les objectifs de Biden de 2030 de 500 000 bornes de recharge et 50 % de ventes de véhicules électriques. Ajoutant que les entreprises de recharge avaient besoin du crédit pour concurrencer l'essence. Les États-Unis comptent actuellement environ 48 000 bornes de recharge, concentrées autour des régions côtières, selon les données du ministère de l'Énergie.

Les producteurs de biogaz veulent leur part du gâteau

Les producteurs de biogaz, comme les décharges, veulent également des crédits, arguant qu'ils fournissent du carburant renouvelable au réseau qui génère l'électricité pour les véhicules électriques.

L'électricité dérivée du biogaz est déjà éligible pour générer des RIN (crédits). Mais l'EPA n'a jamais approuvé une demande de l'industrie car elle n'a pas encore déterminé la meilleure façon de retracer la puissance entrant dans les véhicules électriques jusqu'à son origine. En 2020, le gaz d'enfouissement a généré environ 10 milliards de kilowattheures d'électricité, soit 0,3 % de l'électricité à l'échelle des services publics aux États-Unis. "Nous pensons que la mise en œuvre du programme d'électricité dans la RFS s'aligne bien sur les objectifs climatiques de l'administration Biden", a écrit Carrie Annand, directrice exécutive de la Biomass Power Association, à l'EPA.

Les agro-carburants vivement critiqués

La RFS actuelle exige que les raffineurs de pétrole mélangent de l'éthanol et d'autres agrocarburants dans le pool de carburant ou achètent des RIN (crédits) à ceux qui le produisent. Cette politique a stimulé un boom économique dans les États de la ceinture agricole. Mais cela a également provoqué la colère des groupes environnementaux qui affirment que la production supplémentaire de maïs endommage la terre et l'eau tout en prolongeant l'ère du moteur à combustion interne.

Notre avis, par leblogauto.com

Biden est un farouche partisan de l'industrie des véhicules électriques, plaçant une grande partie de ses espoirs climatiques sur la mise en circulation de plus de VE. Le projet de loi bipartite sur les infrastructures adopté l'année dernière comprenait 7,5 milliards de dollars pour de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques. Biden a parallèlement cherché à rétablir les crédits d'impôt devenus obsolètes avec pour objectif d’aider les consommateurs à acquérir de nouveaux véhicules.

Quant à constructeurs de VE, secteur des bornes de recharge et producteurs de biogaz … vous pouvez compter sur eux pour faire du lobbying pour obtenir une part du gâteau de cette nouvelle manne qui s’annonce …

Sources : Reuters

Pour résumer

Le président américain Joe Biden mentionne rarement le nom de Tesla en public. Mais il n’en demeure pas moins qu’en privé, son administration s'est appuyée sur le constructeur de voitures électriques pour l'aider à élaborer une nouvelle politique permettant aux véhicules électriques (VE) de bénéficier des lucratives subventions nationales aux carburants renouvelables.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.