par Elisabeth Studer

Geely : 1er membre asiatique de l'IATF (normes automobiles)

Le constructeur chinois Geely Automobile Group a annoncé sur son compte public WeChat qu'il avait rejoint l'Organisation internationale de coopération pour les normes automobiles.  Il s'agit du premier membre asiatique de l'histoire de l'International Automotive Task Force (IATF).

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Geely rejoindra d'autres 9 grands groupes automobiles internationaux

Outre les associations automobiles européennes et américaines, les membres participent conjointement à l'élaboration des normes internationales de qualité et favorisent le développement durable de l'industrie automobile mondiale.

Geely Automobile Group est  désormais le 10 ème  groupe automobile intégré au groupe de travail du secteur automobile international de l'IATF et dispose du droit de vote.

Geely y voit une reconnaissance de son système de gestion de la qualité et de sa marque

Selon le groupe chinois, rejoindre l'IATF constitue une reconnaissance du système de gestion de la qualité de Geely et de sa marque.

Faire entendre une voix "chinoise" dans l'élaboration des normes

Geely travaillera avec les pays automobiles européens et américains pour participer à l'amélioration et à la révision des normes de qualité et des outils de qualité liés à l'IATF, présenter des suggestions sur les normes et représenter une voix chinoise sur la scène internationale. Objectif affiché : promouvoir le développement durable de la chaîne d'approvisionnement et l'ensemble de l'industrie.

Notre avis, par leblogauto.com

Certes il s'agit d'une reconnaissance du système qualité de Geely. Mais le marché automobile chinois n’étant pas réputé pour imposer des normes rigoureuses, espérons que cette participation ne devienne pas une manière pour les constructeurs chinois d’abaisser les limitations, histoire de déployer plus facilement leurs véhicules. Ou de promouvoir également la mise en place de normes favorisant ses constructeurs.

En mars 2018, la Chine indiquait qu’elle cherchait à accroître le niveau de standardisation de son industrie de véhicules électriques. Annonçant alors travailler à une amélioration des normes dans le domaine. Objectifs : promouvoir le secteur afin de lutter contre la pollution et donner au pays les moyens nécessaires à l‘établissement d’un géant de l’automobile. Tout en lui permettant de réduire sa dépendance aux importations de pétrole.

Les efforts dans ce domaine cette année porteront sur la recharge, la conception des batteries et leur consommation, avait tenu à préciser le ministère de l’Industrie. Ajoutant que le pays s’efforcerait également de promouvoir à l’étranger ses propres normes et critères de référence pour les véhicules électriques et les modèles hybrides rechargeables. La Chine souhaite tirer partie « des économies d’échelle pour devenir un leader mondial en matière de standardisation », ajoutait par ailleurs le ministère.

L’Empire du Milieu a d’ores et déjà défini plus de 100 références technologiques concernant les véhicules électriques. Mais le manque de standardisation a été identifié comme l’un des défis majeurs du secteur. Certaines autorités locales ont même fixé des normes différentes pour empêcher les entreprises d’autres régions d’accéder à leurs marchés.

Des délégués au parlement chinois avaient également déclaré que l’absence de standardisation avait également complexifié la création d’usines de recyclage automatisées sûres et rentables

Sources : Geely, Reuters

A lire également :

. La SUDA SA 01 dangereuse, mais avec bonus électrique

Pour résumer

Le constructeur chinois Geely Automobile Group a annoncé sur son compte public WeChat qu'il avait rejoint l'Organisation internationale de coopération pour les normes automobiles.  Il s'agit du premier membre asiatique de l'histoire de l'International Automotive Task Force (IATF).

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.