par Elisabeth Studer

Pétrole : l’Opep révise encore ses prévisions à la baisse

Dans un rapport mensuel publié lundi, l'Opep (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) a revu une nouvelle fois en légère baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2022 et 2023.
Arguments invoqués : la stricte politique zéro-Covid de la Chine de nature à restreindre ses besoins, et des incertitudes économiques et géopolitiques.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Légère révision à la baisse

"La prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2022 est révisée à la baisse de 0,1 million de barils/jour (mb/j) pour s'établir désormais à 2,5 mb/j", indique ainsi l’Opep dans son rapport mensuel de novembre.

Si la demande au deuxième trimestre a finalement été légèrement revue à la hausse, grâce notamment à des chiffres plus hauts que prévu pour les principaux pays consommateurs de l'OCDE, la demande pour les troisième et quatrième trimestres a été "révisée à la baisse en raison de la politique zéro-Covid en Chine, d'incertitudes géopolitiques persistantes et d'une activité économique plus faible", indique le rapport.

L’Opep moins optimiste pour 2023

Pour 2023, les prévisions de l'Opep sont également un peu moins optimiste que celles émises en octobre. Le cartel table désormais sur une croissance de la demande à 2,2 mb/j (en baisse de 0,1 mb/j) : "la croissance de la demande de pétrole devrait être mise à l'épreuve par les incertitudes liées à l'activité économique, les mesures d'endiguement du Covid-19, et les développements géopolitiques", estime ainsi l'Opep.

Stocks excédentaires

Dans une étude sur la situation des stocks mondiaux, l'Opep a observé "le passage apparent d'un déficit à un excédent en termes d'approvisionnement en pétrole". Constatant ainsi une inversion de tendance au cours des deuxième et troisième trimestres.

"Au cours des trois premiers trimestres de cette année", la constitution observée des stocks mondiaux a montré que "le marché mondial du pétrole a connu un excédent d'approvisionnement d'environ 0,3 mb/j par rapport à la demande mondiale totale de pétrole" : "ce surplus de l'offre a été confirmé par de faibles cycles de raffinage de brut, qui sont un indicateur de la performance de la demande de pétrole", indique par ailleurs l'Opep.

Depuis le début de l'année, l'Opep estime que les stocks mondiaux de pétrole ont crû de 158 millions de barils pour atteindre près de 8,1 milliards de barils en septembre 2022.

Baisse de production de l’Opep

Cette révision à la baisse voit le jour alors qu’en octobre dernier, les membres de l’Opep cont diminué leur production de 210.000 barils par jour par rapport à septembre, pour atteindre un total de 29,5 millions de barils par jour.

La production a principalement baissé en Arabie saoudite (-149 000 barils) et en Angola.

Notre avis, par leblogauto.com

Au delà du secteur pétrolier stricto censu, ceci n’est guère réjouissant pour l’économie mondiale : l’excédent des stocks laissant entrevoir  les affres d'une importante récession …

Sources : AFP, OPEP

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Dans un rapport mensuel publié lundi, l'Opep (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) a revu une nouvelle fois en légère baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2022 et 2023.
Arguments invoqués : la stricte politique zéro-Covid de la Chine et des incertitudes économiques et géopolitiques.
Quant à l’excédent des stocks, il laisse entrevoir une importante récession …

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.