par Elisabeth Studer

Baisse de production de l’Opep + : Washington fourbit ses armes

La récente décision de l’Opep + de baisser sa production constitue une sévère déconvenue pour le Président des Etats-Unis, Joe Biden.
En réaction, la Maison Blanche a assuré jeudi examiner "toutes les options sur la table" après la décision du cartel pétrolier et des ses alliés de réduire sa production de pétrole.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Biden reconnait une déconvenue

"(C'est une) déconvenue. Nous étudions les possibilités à notre disposition" pour contrer le risque de flambée des prix à la pompe, a déclaré le président Joe Biden avant d'entamer un déplacement dans l'État de New York. Il existe de "nombreuses possibilités", a-t-il ajouté, sans toutefois fournir de plus ample précision.

L’Opep + refuse de produire plus … et va produire moins

Les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), menés par l'Arabie saoudite, et leurs dix pays partenaires, conduits par la Russie, tous réunis au sein de l’Opep + , ont pris jeudi la décision de réduire drastiquement leurs objectifs de production. Objectif affiché : mettre fin à une tendance baissière des cours, lesquels tendaient à fléchir face au craintes grandissantes de récession.

L’Opep et ses alliés ont convenu d'une baisse de "deux millions" de barils par jour pour le mois de novembre. Ce qui constitue la coupe drastique la plus importante depuis le printemps 2020, lorsque le cartel avait choisi de laisser près de 10 millions de barils inexploités pour ne pas inonder un marché incapable de les absorber en pleine pandémie de Covid-19.

La Maison Blanche prépare sa réponse

Reste qu’en refusant d'ouvrir largement ses vannes de pétrole, et qui plus est en fermant quelque peu le robinet - et ce, malgré les nombreux appels en ce sens des Occidentaux, l’Opep + a - notamment - irrité Washington.

D’autant plus que la décision du cartel et de ses associés tombe particulièrement mal pour Joe Biden, à un mois d'élections législatives cruciales.

"Nous devons examiner quels outils vont être nécessaires", a expliqué aux journalistes Brian Deese, conseiller de la Maison Blanche pour les questions économiques, sans détailler quelles pistes seraient suivies.

"Le président a donné comme instruction d'avoir toutes les options sur la table et cela va continuer d'être le cas. C'est ainsi que nous abordons la question", a poursuivi M. Deese, qui s'exprimait à bord de l'avion présidentiel Air Force One. Les États-Unis ont déjà annoncé qu'ils allaient mettre sur le marché en novembre dix millions de barils pris sur leurs réserves stratégiques de pétrole.

Notre avis, par leblogauto.com

Il s’agit tant d’un casse-tête politique que d’un camouflet diplomatique pour le Chef de l’Etat US. La hausse du prix des carburants qui devrait en toute logique en découler devrait en effet alimenter l’inflation galopante observée actuellement aux Etats-Unis. Sans que les « efforts » diplomatiques de Joe Biden envers les puissances pétrolières n’aient porté leurs fruits.

Sources : AFP

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

La récente décision de l’Opep + de baisser sa production constitue une sévère déconvenue pour le Président des Etats-Unis, Joe Biden. En réaction, la Maison Blanche a assuré jeudi examiner "toutes les options sur la table" après la décision du cartel pétrolier et des ses alliés de réduire sa production de pétrole. Il s’agit tant d’un casse-tête politique que d’un camouflet diplomatique pour le Chef de l’Etat US. La hausse du prix des carburants qui devrait en toute logique en découler devrait en effet alimenter l’inflation galopante observée actuellement aux Etats-Unis. Sans que les « efforts » diplomatiques de Joe Biden envers les puissances pétrolières n’aient porté leurs fruits.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.