PSA : inquiétudes pour Aulnay et Rennes
par Thibaut Emme

PSA : inquiétudes pour Aulnay et Rennes

Selon un rapport du cabinet d'experts - SECAFI - mandaté par le comité central d'entreprise de PSA qui se tenait hier et aujourd'hui, deux sites du groupe sont directement menacés du fait d'un manque de perspective ou d'activité. A Aulnay et à Rennes-La Janais les syndicats se mobilisent pour la survie de leurs emplois.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Si l'on en croit le rapport du cabinet SECAFI présenté hier, l'avenir est bien sombre. Franck Don (CFTC) déclare : "Il n'y a aucune perspective pour Aulnay et Rennes". Il est rejoint dans ses propos par Ricardo Madeira qui tempère néanmoins : "les prévisions du cabinet sont moroses. Ce sont les modèles qui arrivent qui font la pérennité du site. Mais il ne faut pas non plus mettre la peur au ventre des salariés". Il est clair que le manque de nouveaux véhicules programmés sur ces sites n'incite pas au maintien des volumes de production.

Du coté de Rennes qui produit l'actuelle C5, on craint que la prochaine génération de la grande berline de Citroën ne soit pas produit sur le site de la Janais qui se verrait donc dépourvu de modèle à produire, sauf si Opel perd lui-même la production de l'un de ses modèles qui serait alors assemblé en Bretagne. "Si la remplaçante de la C5 ne se fait pas en 2016 à Rennes et qu'Opel (filiale européenne de GM, ndlr) ne donne pas de véhicule, il y a un gros point d'interrogation" souligne Jean-Pierre Mercier (CGT). Quant à Aulnay (3300 emplois) qui produit la petite C3 l'absence de remplaçante ou tout du moins le déplacement de la production de celle-ci signifierait "une conclusion funeste" à l'horizon 2014 pour le site selon le rapport de Secafi.

L'alliance avec General Motors n'a fait que renforcer les craintes de voir un ou plusieurs sites français du groupe PSA mettre la clé sous la porte. Les syndicats viennent de parler et de mettre en avant, appuyés en cela par le rapport de Secafi, les différentes interrogations qu'ils peuvent avoir sur l'avenir de la production nationale. A la direction désormais de prendre la parole et répondre aux craintes des salariés. Pas sur que les chiffres provisoires de mai qui montrent un recul de près de 20% de Citroën et de 11% pour Peugeot soient de nature à rassurer.

Lire également : PSA - chômage partiel en avril et mai

Source : l'Usine nouvelle, Photo : PSA

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Selon un rapport du cabinet d'experts - SECAFI - mandaté par le comité central d'entreprise de PSA qui se tenait hier et aujourd'hui, deux sites du groupe sont directement menacés du fait d'un manque de perspective ou d'activité. A Aulnay et à Rennes-La Janais les syndicats se mobilisent pour la survie de leurs emplois.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.