par Elisabeth Studer

Nissan : les sites espagnols vendus au chinois Great Wall ?

Les autorités espagnoles et Nissan ont annoncé vendredi qu’ils allaient entamer des pourparlers avec la société chinoise Great Wall Motor au sujet d'un éventuel rachat d'une usine du constructeur automobile japonais à Barcelone, laquelle devrait fermer ses portes en décembre.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Les autorités espagnoles et Nissan ont annoncé vendredi qu’ils allaient entamer des pourparlers avec la société chinoise Great Wall Motor au sujet d'un éventuel rachat d'une usine du constructeur automobile japonais à Barcelone, laquelle devrait fermer ses portes en décembre.

Les autorités nationales et régionales, ainsi que Nissan, ont également choisi le constructeur espagnol de motos électriques Silence et la société d'ingénierie locale QEV Technologies - qui dirige un centre de production de véhicules électriques intégré par les fabricants suédois Inzile et Volta - pour négocier le sort de deux usines plus petites.

Great Wall intéressé par le plus grand des sites, voire même par les 3 usines de Nissan

Great Wall serait intéressé par la plus grande usine  et étudierait à l’heure actuelle quelle pourrait être la synergie avec les deux autres sites, Silence et QEV Technologies ne s'intéressant quant à eux qu'aux petites usines.

"Nous sommes convaincus que nous pourrons trouver des solutions bénéfiques pour tous", a déclaré le directeur industriel de Nissan en Espagne, Frank Torres, dans un communiqué.

1600 emplois directs en jeu

Les trois usines Nissan de Barcelone emploient environ 3 000 personnes directement et 20 000 indirectement. Mais seuls 1 600 emplois directs sont en jeu, le reste des employés bénéficiera en effet de retraites anticipées et d'autres mesures, selon une source syndicale.

Fermeture de 3 usines Nissan en Espagne dans le cadre d’une restructuration

Portant un coup dur à l'Espagne, deuxième pays producteur automobile d'Europe, Nissan a annoncé l'année dernière la fermeture de ses trois usines dans le cadre d'une restructuration mondiale.

Le constructeur japonais a tout d’abord indiqué que les usines fermeraient d'ici décembre 2020, mais a ensuite repoussé la date d'un an, débutant alors sa recherche avec les autorités d’un projet industriel alternatif.

Great Wall pourrait conserver 1300 emplois

Si Great Wall Motor n'a pas rendu public son plan pour les usines, une source proche du dossier a déclaré que le constructeur chinois pourrait conserver environ 1 300 emplois.

Un projet présenté par le constructeur automobile belge Punch pour les usines de Nissan a été exclu des négociations à venir, bien que les responsables aient déclaré qu'aucune option n'était totalement exclue.

Notre avis, par leblogauto.com

Petit à petit la Chine et les constructeurs automobiles chinois « grignotent » le monde et le secteur automobile. Une manière pour Great Wall de faire d’une pierre, deux coups, mettant la main sur des usines « toutes faites » et l’infrastructure industrielle de Nissan, tout en plaçant une nouvelle fois ses pions sur le Vieux Continent.

Sources : Nikkei

Pour résumer

Les autorités espagnoles et Nissan ont annoncé vendredi qu’ils allaient entamer des pourparlers avec la société chinoise Great Wall Motor au sujet d'un éventuel rachat d'une usine du constructeur automobile japonais à Barcelone, laquelle devrait fermer ses portes en décembre.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.