par Thibaut Emme

Nissan Ariya : 1er crossover électrique de l'Alliance

Il était attendu depuis que son "concept" avait été dévoilé l'an passé. Voici le Nissan Ariya, premier crossover électrique de l'Alliance qui devrait être décliné chez Renault.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Par rapport au concept du Tokyo Motor Show de 2019, il y a finalement peu de différences. L'Ariya inaugure le nouveau style des véhicules électrifiés de chez Nissan. Selon Nissan, il s'agit, côté style, du "futurisme intemporel japonais". Concrètement, cet Ariya possède une (fausse) bouche béante souligné par la nouvelle signature lumineuse qui part des feux pour biaiser sur cette calandre. C'est le "V-motion" (ou banane chromée) qui est réinventé via des LED.

Les feux très fins sont intégrés dans une grande bande noire, et sont avec un traitement sombre du plus bel effet. Le logo Nissan, repensé, est comme suspendu à cette bande noire. En écho à la calandre souriante, le bouclier possède une large partie noire presque symétrique.

Proche du concept de 2019

De profil, l'Ariya possède la panoplie du crossover : arches de roues surlignées par une bande noire, bas-de-caisse noirs pour masquer visuellement la hauteur du véhicule, et un pavillon fuyant pour dynamiser un profil qui serait trop pataud sinon. Le toit noir tranche avec le reste de la caisse. Là aussi, un "truc" de designer pour alléger le trait. Le tout est posé sur de grandes jantes de 19 ou 20 pouces selon la finition.

L'arrière est assez simple, comme le reste de la voiture. Il est marqué par un grand bandeau de feux qui barre le hayon en reliant les deux feux dans les ailes. Le bandeau intègre le nom "NISSAN" et non le logo. Il faut remonter à loin pour avoir une Nissan sans le logo sur l'arrière. Là aussi, le style crossover est bien présent avec une caisse qui remonte très haut, faisant une petite lunette arrière, et un bouclier marqué par une partie noire pour le réduire visuellement. A noter que le bandeau de feux est aussi traiter en sombre à l'arrière. Du plus bel effet quand les lumières sont éteintes.

Nissan glisse dans son descriptif du dessin de l'Ariya plein de références à l'art japonais. On peut y adhérer ou trouver cela très marketing. La couleur bi-ton, cuivre et noir, du modèle de présentation est par exemple nommé Akatsuki comme "l'expression du moment juste avant l'aube, l'aube d'une ère nouvelle pour l'automobile...et le cuivre, conducteur, ferait référence à l'électricité. Tout ça dans une carrosserie !

Intérieur

L'intérieur est ultra-dépouillé. Enfin, faussement dépouillé. Il est marqué par deux immenses dalles reliées entre elles. L'illusion est moins bien faite que chez Mercedes, mais a l'air mieux que chez VW. Les deux écrans (2 x 12,3 pouces) sont dans une sorte de vague qui est tout ce que l'on voit à première vue dans cet intérieur.

Puis, on voit des pictogrammes masqués qui apparaissent avec le contact mis, ou quand on les touche. Ce sont des "boutons" capacitifs haptiques : ils réagissent comme s'il s'agissait de "vrais" boutons mécaniques en transmettant une sensation de résistance ou de vibration. Chose remarquable, la console centrale est flottante, elle n'est pas reliée à la planche de bord et peut être ajustée selon le désir du conducteur. Cela fait très concept-car, mais c'est sur un véhicule de série.

Les fauteuils avant sont les désormais classiques fauteuils avec plusieurs densités de mousse pour une sensation "d'apesanteur" et à l'arrière, la plateforme électrique permet un plancher plat, et de la place aux jambes.

Electrique, 2 ou 4 roues motrices

Le Nissan Ariya est disponible en deux (2WD) ou quatre roues motrices (4WD). Il est aussi disponible avec deux capacités de batterie. La plus petite fait tout de même 65 kWh dont 63 utilisables, la plus grande fait 90 kWh dont 87 kWh utilisables.

Côté puissance, l'Ariya est disponible en 160 kW (215 chevaux) pour 300 Nm de couple pour la version 2WD avec 63 kWh. Ensuite, on dispose de 178 kW (240 ch) et 300 Nm pour la version 2WD 87 kWh. Pour la version 4WD, ce sera 250 kW (335 ch) et 560 Nm de couple avec la petite batterie, ou 290 kW (390ch) et 600 Nm pour la 4WD avec la grosse batterie.

Avec l'électrique, on contrôle mieux ce que l'on envoie aux roues. Pour le modèle 4WD, Nissan baptise son système de contrôle le e-4ORCE. Comme depuis le Qashqai, Nissan fait de micro-freinages pour maintenir au mieux l'assiette sur route vallonnée, cela minimise plongée et le tangage. Ici, c'est le freinage régénératif qui prend le relais pour ces micro-freinages.

ProPILOT 2.0 et e-Pedal

L'Ariya dispose aussi du ProPILOT 2.0 alias "bob le copilote" qui automatise certains gestes du conducteur sur autoroute. Il est aidé par sept cameras, cinq radars millimétriques et 12 sonar ultrasoniques.

Le crossover électrique nippon a aussi le e-Pedal : plus besoin du frein, on contrôle tout depuis la pédale de droite, un peu comme sur une auto-tamponneuse. Déroutant sur les premiers kilomètres, on l'adopte ou on déteste le système. Il a été inauguré sur la Nissan Leaf.

L'Ariya vient avec trois modes de conduite : normal, sport et ECO. Les versions 4WD ont en plus un mode "neige" qui renforce le contrôle de couple à chaque roue (et fait aussi de micro-freinage) pour améliorer la tenue de route. Nissan promet un châssis rigide grâce aux batteries dans le plancher. A confirmer avec un essai sur route.

Un cycle Japan WLTC en trompe l'oeil

Venons-en à la performance de la batterie. Nissan indique que le modèle 2 roues motrices avec 63 kWh est "idéal pour les commuters urbains et les primo-accédant au VE". Difficile de comprendre cette remarque puisque 63 kWh est la capacité de la Leaf e+ qui est capable de rouler 400 km réels, hors de la ville. Ici, l'Ariya est donné pour "jusqu'à 450 km" mais attention, selon le cycle japonais WLTC plus favorable aux VE que notre WLTP.

Avec une masse de 1900 à 2200 kg selon version et équipement, la version 63 kWh et 2WD devrait être plutôt sur 350 à 380 km WLTP. Avec la batterie de forte capacité (87 kWh utiles pour rappel), l'autonomie annoncée passe à 610 km, mais toujours selon le WLTC. Pour exemple, la Leaf e+ est donnée pour 458 km selon le Japan WLTC cycle contre 385 pour notre WLTP mixte. En WLTP mixte, l'Ariya 90 kWh devrait plutôt être sur les 500 à 510 km. Une bonne performance si on cherche la distance sur une seule charge. Reste à voir le prix de vente.

[mise à jour : le tableau avec WLTP a été publié par la suite. On a bien 500 km en WLTP pour le 2WD 90 kWh.]

Pour la recharge, Nissan oblige, on a du Type 2 pour la charge lente ou accélérée, et du CHAdeMO courant continu pour la charge rapide hors Europe. En effet, en Europe, ce sera enfin du Combo CCS 2. La puissance admissible peut grimper à 130 kW et surtout on a une batterie refroidie par liquide sur cet Ariya et non plus par air. Cela évite un maximum les surchauffes et les charges rapides qui se transforment en charges lentes en cours de route. Sur CHAdeMO actuel (50 kW), on devrait pouvoir récupérer de 150 à 200 km (selon le type de route) d'autonomie en 30 minutes. Avec le nouveau CHAdeMO ou le Combo CCS 2, cela pourrait grimper à plus de 350 km (Japan WLTC) en 30 minutes.

Une voiture électronique

Le Nissan Ariya est bardé d'électronique et peut par exemple donc prendre la main sur certaines voies d'autoroute. Mais il peut aussi se garer tout seul (cela devient très commun), mais aussi sans personne à bord (pour le Japon uniquement). Un peu comme chez Tesla, on dispose d'une clé spéciale pour garer et sortir de l'emplacement le véhicule.

Il y a aussi un régulateur intelligent qui s'adapte aux panneaux lus par les caméras, ainsi qu'aux données de la cartographie GPS. L'ambiance lumineuse change selon le mode de "Bob le copilote". En conduite manuelle c'est blanc, avec le régulateur intelligent c'est vert et avec la conduite autonomisée, cela passe au bleu. Un vrai film de science-fiction ! Evidemment, le Nissan Safety Shield est toujours présent. Pour rappel, c'est la panoplie d'aides à la sécurité comme les angles morts, l'alerte de franchissement de ligne, les freinages d'urgence, les alertes de pré-collision, etc.

La bestiole est encore plus connectée que les précédents VE. On peut à tout moment regarder la charge, préchauffer l'habitacle comme sur tout VE actuel. Mais, on a aussi le reconnaissance vocale, avec Amazon Alexa intégrée pour la musique, des livres audio, gérer les itinéraires, etc. Il recevra même des mises à jour "over the air" (à distance) ce qui sera une première pour Nissan.

Le Nissan Ariya n'est pas encore sur nos routes ! Il devrait arriver au Japon à la mi-2021 et donc plus tard en Europe. Au Japon, le prix de départ devrait être d'environ 5 millions de Yen soit environ 41 000 €. Pour comparaison, le Nissan Leaf e+ (62 kWh) débute à 4,4 millions de Yen soit 36 000 €.

Caractéristiques du Nissan Ariya

Spécifications européennesAriya (deux roues motrices)Ariya (traction intégrale - e-4ORCE)
63 kWh87 kWh63 kWh87 kWh87 kWh Performance
Capacité de la batterie

*Capacité estimée de la batterie, sous réserve d'homologation

65 kWh

(nominale)

63 kWh (utilisable)

90 kWh

(nominale)

87 kWh (utilisable)

65 kWh

(nominale)

63 kWh (utilisable)

90 kWh

(nominale)

87 kWh (utilisable)

90 kWh

(nominale)

87 kWh (utilisable)

Puissance160 kW178 kW205 kW225 kW290 kW
Couple300 Nm300 Nm560 Nm600 Nm600 Nm
Accélération (0-100 km/h)7,5 s7,6 s5,9 s5,7 s5,1 s
Vitesse de pointe160 km/h160 km/h200 km/h200 km/h200 km/h
Autonomie estimée

*Estimation basée sur le cycle de conduite combiné WLTP

Jusqu'à 360 kmJusqu'à 500 kmJusqu'à 340 kmJusqu'à 460 kmJusqu'à 400 km
Longueur4 595 mm
Largeur1 850 mm
Hauteur1 660 mm
Poids

(en fonction de la version et des équipements)

1,8 t - 2,3 t
Empattement2 775 mm
Capacité du coffre2 roues motrices : 468 L pour la conduite à gauche, 466 L pour la conduite à droite

4 roues motrices : 415 L pour la conduite à gauche, 408 L pour la conduite à droite

Type de chargeCombo CCS pour l'Europe
Taille des pneus

(avant et arrière)

235/55R19

255/45R20 (option)

Notre avis, par leblogauto.com

La proposition de Nissan est intéressante si on considère que les crossover de 2,2 tonnes électriques sont une des solutions pour une automobile plus "propre". Avec 87 kWh, le Nissan rivalise avec des concurrents qui, à part Tesla, peinent à convaincre leur clientèle. Le Nissan le pourra-t-il ? Il a pour lui un style à part qui ne devrait pas laisser indifférent, que l'on aime ou que l'on n'aime pas.

Reste un intérieur très cosy et minimaliste sans que tout ne passe par une immense tablette. L'idée de cacher les boutons haptiques est maligne et peut attirer les technophiles, clients de ces VE à grosse batterie et forte accélération : un 0 à 100 km/h en 5,1 secondes cela commence à causer.

Nissan introduit enfin le Combo CCS 2 pour l'Europe et la batterie à refroidissement liquide. Deux bonnes nouvelles pour ceux qui veulent pouvoir charger rapidement partout en France et en Europe.

Galerie du Nissan Ariya 2021

Pour résumer

Il était attendu depuis que son "concept" avait été dévoilé l'an passé. Voici le Nissan Ariya, premier crossover électrique de l'Alliance qui devrait être décliné chez Renault.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.