par Joest Jonathan Ouaknine

Les Chinois à l'assaut de l'Australie

Les constructeurs Chinois n'essayent plus de s'attaquer frontalement aux marchés Européens et Américains (mis à part Byd.) La technique qui prévaut est davantage celle des "petits pas": aller d'abord dans un pays pauvre (donc peu regardant), puis dans un pays limitrophe un peu plus riche, puis dans un autre pays limitrophe encore un peu plus riche, jusqu'à ce que l'on couvre tout un continent. A force de "petits pas", les voici aujourd'hui en Australie.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Les constructeurs Chinois n'essayent plus de s'attaquer frontalement aux marchés Européens et Américains (mis à part Byd.) La technique qui prévaut est davantage celle des "petits pas": aller d'abord dans un pays pauvre (donc peu regardant), puis dans un pays limitrophe un peu plus riche, puis dans un autre pays limitrophe encore un peu plus riche, jusqu'à ce que l'on couvre tout un continent. A force de "petits pas", les voici aujourd'hui en Australie.

L'ile-continent est un marché où beaucoup de constructeurs sont déjà présents. Néanmoins, les Ossies n'hésitent pas à changer de crémeries et ils ont peu d'a priori sur les productions Chinoises.

Great Wall fait figure de pionnier. Ateco (qui représente Fiat, Alfa Romeo, Ferrari, Maserati et Citroën) y importe ses SUV et ses pick-up depuis cette année.

Un premier SUV X240 (Hover M5) passa sur le gril du crash-test ANCAP (pendant du NCAP) et le bilan fut désastreux. Un second, équipé de l'ABS, de l'EBD et deux airbags, fut testé et il obtint cette fois 4 étoiles. De quoi rendre Ateco optimiste, d'autant plus que le X240 est à 23 990 dollars Australien, alors que les SUV Japonais sont autour de 40 000 dollars Australiens.

Prochain projet d'Ateco: y importer des Chery. Ce serait une réalité dés 2011.

Brilliance voudrait également y mettre les pieds, via la BS2 Cross et ensuite la BS2 Sedan. Il aurait trouvé un importateur lors du salon de Pékin et dés 2011, il vendra des voitures en Australie.

Objectif: 2 000 ventes annuelles, soit 0,2% du marché.

Reste Lifan, dont les plans sont encore plus flous. Il compte également débarquer aux antipodes et peut-être même bâtir une usine d'assemblage de kits.

Source:

Gasgoo

A lire également:

Chery en Serbie

La MG 550 vendue au Brésil

Pour résumer

Les constructeurs Chinois n'essayent plus de s'attaquer frontalement aux marchés Européens et Américains (mis à part Byd.) La technique qui prévaut est davantage celle des "petits pas": aller d'abord dans un pays pauvre (donc peu regardant), puis dans un pays limitrophe un peu plus riche, puis dans un autre pays limitrophe encore un peu plus riche, jusqu'à ce que l'on couvre tout un continent. A force de "petits pas", les voici aujourd'hui en Australie.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.