par La rédaction

L'Alliance Renault/Nissan accroit sa capacité de production au Brésil

A l'instar de nombre de constructeurs, l'Alliance Renault/Nissan entend aussi casser des BRIC. Tandis que BMW songerait à l'ouverture d'une usine au Brésil, du côté de l'Alliance on annonce accélérer la cadence et accroître de manière conséquente ses capacités industrielles auriverde. Tour d'horizon entre investissements financiers pour les deux parties, ambitions de croissance et développement de la gamme.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

A l'instar de nombre de constructeurs, l'Alliance Renault/Nissan entend aussi casser des BRIC. Tandis que BMW songerait à l'ouverture d'une usine au Brésil, du côté de l'Alliance on annonce accélérer la cadence et accroître de manière conséquente ses capacités industrielles auriverde. Tour d'horizon entre investissements financiers pour les deux parties, ambitions de croissance et développement de la gamme.

Pour commencer, honneur à notre national Renault. En visite sur place Carlos Ghosn a confirmé un investissement de 200 millions d'euros avec l'ambition de faire augmenter conséquemment le volume de production pour le faire culminer à 380 000 unités à l'horizon 2013 soit une progression de 100 000 exemplaires par rapport au volume actuel. Rappelons que le complexe de Curitiba produit les Duster, Sandero, Sandero Stepway, Logan et Mégane II.

Majoritairement destinées à ce marché intérieur, les autos produites sur place sont également exportées vers d'autres marchés de la zone AmSud comme le Mexique et l'Argentine.

Plus concrètement, Renault, présent sur place depuis 1997, affiche ses ambitions : voir sa part de marché grimper à 8 % en 2016 soit un gain de trois points vis à vis de la période actuelle. Pour mémoire, le marché brésilien est aujourd'hui le troisième débouché commercial pour la marque derrière la France et l'Allemagne offrant de surcroît d'autres perspectives de croissance par rapport à l'Europe.

En parallèle, Nissan devrait investir l'équivalent local de plus de 1,1 milliard d'euros dans une nouvelle usine au Brésil, sa première sur place (État de Rio) avec des ambitions similaires à savoir développer sa part de marché dans le pays via la production (Micra et Versa actuellement produites au Mexique) et le lancement de nouveaux modèles. Le planisphère auto n'a pas fini d'évoluer. Et la guerre de se poursuivre entre tous les constructeurs sur le marché brésilien, le 4e au monde, actuellement dominé par le quatuor Fiat, Volkswagen, Chevrolet et Ford.

Pour relire toutes les information concernant le constructeur au Losange au Brésil, cliquez ici.

Source : Renault.

Pour résumer

A l'instar de nombre de constructeurs, l'Alliance Renault/Nissan entend aussi casser des BRIC. Tandis que BMW songerait à l'ouverture d'une usine au Brésil, du côté de l'Alliance on annonce accélérer la cadence et accroître de manière conséquente ses capacités industrielles auriverde. Tour d'horizon entre investissements financiers pour les deux parties, ambitions de croissance et développement de la gamme.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.