par Pierre-Laurent Ribault

La Suzuki SX4 Sport Hillclimb Special de plus près

Le dernier dimanche de septembre se tenait sur autour du petit circuit du Fuji Speedway (en contrebas du circuit FIA) une manifestation sympathique. Le magazine Best Car, poids lourd de la presse auto japonaise et grand pourvoyeur de scoops que nous nous faisons un plaisir de reprendre à l'occasion, organisait sa petite fête annuelle. Ouverte à tous, elle permettait de rencontrer à la bonne franquette l'équipe de rédaction ainsi que diverses personnalités proches du magazine. C'est le cas de Nobuhiro "Monster" Tajima venu avec sa redoutable machine à gagner Pikes Peak, offerte aux yeux des visiteurs sans plus de formalité dans le paddock et lors d'une démonstration en piste. Un engin fascinant, bien différent de toutes les machines de course qu'on a l'habitude de croiser.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le dernier dimanche de septembre se tenait sur autour du petit circuit du Fuji Speedway (en contrebas du circuit FIA) une manifestation sympathique. Le magazine Best Car, poids lourd de la presse auto japonaise et grand pourvoyeur de scoops que nous nous faisons un plaisir de reprendre à l'occasion, organisait sa petite fête annuelle. Ouverte à tous, elle permettait de rencontrer à la bonne franquette l'équipe de rédaction ainsi que diverses personnalités proches du magazine. C'est le cas de Nobuhiro "Monster" Tajima venu avec sa redoutable machine à gagner Pikes Peak, offerte aux yeux des visiteurs sans plus de formalité dans le paddock et lors d'une démonstration en piste. Un engin fascinant, bien différent de toutes les machines de course qu'on a l'habitude de croiser.

La première chose qui frappe, c'est qu'on dirait très exactement un de ces buggys radio-commandés caricaturaux qu'on offre aux enfants à Noël, avec un aileron format avion de ligne et un tablier avant sur lequel on pourrait aisément placer deux passagers, si on en trouvait d'assez inconscients.

Evidemment, cette monoplace à structure tubulaire n'a strictement rien à voir avec une Suzuki SX4, hormis la face avant peinte.

On retrouve la connexion avec Suzuki via le moteur. C'est un V6 2,7l, gavé par deux turbos que l'on aperçoit derrière la forêt de tubes qui constituent la structure et qui développe un minimum de 870 chevaux . Ce qui, pour un poids total (hors "Monster" à bord) de 1120 kg, est confortable.

L'habitacle ne s'embarrasse pas de fioritures. Un afficheur digital, un grand levier pour la boîte 6 séquentielle, un volant détachable (on est dans une monoplace, après tout), c'est suffisant pour les dix minutes et des poussières de la montée vers les nuages.

Perchée sur ses gros pneus sculptés, La Sport Hillclimb Special, un nom très américain, ne paraît pas être faite pour le circuit où Tajima a décidé de l'emmener ce jour-là.

Et pourtant, à mesure que l'imposant japonais augmente le rythme, la voiture suit et paraît très à l'aise, élégante même dans ses grands glissades des quatre roues motrices. Pas si étonnant si on songe qu'une partie sans cesse grandissante de la course pour laquelle elle est destinée est faite de goudron.

Mais, chassez le naturel... Arrivé à la fin de sa démonstration, Tajima n'a pu résister à l'envie de faire voler la poussière, se décidant pour une trajectoire peu usitée sur ce circuit : le bas-côté.

La voiture y est à l'évidence dans son élément, et y montre son attitude préférée face à la trajectoire : perpendiculaire.

Après le spectacle, suivi d'une séance de balayage de la piste par quelques commissaires un peu ronchons de ce surcroît de travail non prévu, Tajima, pas bégueule, a activement participé aux réjouissances, assurant entre autres l'animation d'un marathon autour du circuit.

Il a ensuite enchaîné des dizaines de baptême de piste dans une monture plus civilisée, la Honda CR-Z aux couleurs de Monster Sport, sa société de tuning, dont il avait apporté avec lui les best-sellers, la Mitsubishi Evo X et bien évidemment la Suzuki Swift Sport.

Et tout ça sans jamais se départir de son éternel sourire. Monsieur Tajima est un Monster gentil... et son gros joujou aussi.

Crédit photos : PLR/le blog auto

Pour résumer

Le dernier dimanche de septembre se tenait sur autour du petit circuit du Fuji Speedway (en contrebas du circuit FIA) une manifestation sympathique. Le magazine Best Car, poids lourd de la presse auto japonaise et grand pourvoyeur de scoops que nous nous faisons un plaisir de reprendre à l'occasion, organisait sa petite fête annuelle. Ouverte à tous, elle permettait de rencontrer à la bonne franquette l'équipe de rédaction ainsi que diverses personnalités proches du magazine. C'est le cas de Nobuhiro "Monster" Tajima venu avec sa redoutable machine à gagner Pikes Peak, offerte aux yeux des visiteurs sans plus de formalité dans le paddock et lors d'une démonstration en piste. Un engin fascinant, bien différent de toutes les machines de course qu'on a l'habitude de croiser.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.