par Elisabeth Studer

Jaguar Land Rover (JLR) solliciterait un prêt de l'État britannique

Jaguar Land Rover serait en pourparlers avec le gouvernement britannique en vue d'obtenir une aide financière publique temporaire de plus d'un milliard de livres. C'est en tout cas ce qu'affirme Sky News samedi dans un article dont la teneur a toutefois été démentie par le constructeur.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Jaguar Land Rover serait en pourparlers avec le gouvernement britannique en vue d'obtenir une aide financière publique temporaire de plus d'un milliard de livres. C'est en tout cas ce qu'affirme Sky News samedi dans un article dont la teneur a toutefois été démentie par le constructeur.

Jaguar Land Rover solliciterait un prêt de l'Etat britannique

Selon Sky News, citant une source proche de Jaguar Land Rover, filiale de Tata Motors, la demande de prêt a été déposée auprès du ministère des Affaires, de l'Énergie et de la Stratégie industrielle du Royaume-Uni.

Sky News a par ailleurs indiqué que la position du gouvernement sur la demande de prêt de JLR ne semblait pas encore claire à l'heure actuelle.

Dans un communiqué envoyé par courrier électronique à Reuters, Jaguar Land Rover a toutefois qualifié l'information d' »inexacte et spéculative". Le message indique par ailleurs que la société a eu certes «des discussions régulières avec le gouvernement sur toute une série de questions » mais que le contenu des « discussions privées reste confidentiel».

JLR reprend ses activités au Royaume-Uni

Le constructeur a récemment redémarré ses activités à l'usine de Solihull au Royaume-Uni. "La fabrication reprendra à l'usine de Halewood le 8 juin, en commençant par un quart de travail", a-t-il indiqué mercredi.

Citant un porte-parole, Sky News a par ailleurs déclaré qu'environ 20 000 des employés de JLR avaient été mis en congé dans le cadre du programme gouvernemental de subventions salariales d'urgence.

La note de crédit de JLR abaissé par Fitch

Le 1er mai, l'agence de notation Fitch a abaissé la cote de crédit attribuée à la société, justifiant sa position sur le fait que la pandémie de COVID-19 avait tout à la fois accru les risques liés à la demande des marchés finals de JLR et à la perturbation de ses activités opérationnelles.

Notre avis, par leblogauto.com

JLR aura été fortement impacté par la pandémie du Covid-19. Les ventes sur le territoire chinois ont été réduites à néant ces dernières semaines. Or, la Chine constitue pour le constructeur un marché extrêmement important. JLR réalise en effet environ 20% de ses ventes dans l'Empire du Milieu. Au cours des derniers trimestres, le constructeur automobile avait constaté une reprise des ventes sur ce marché clé, l’aidant à retrouver sa rentabilité. Une accalmie de courte durée …

A noter également qu'en janvier 2020, Jaguar Land Rover avait annoncé la suppression de 500 emplois dans son usine de Halewood, au centre de l’Angleterre. Des mesures prises – selon lui – dans le cadre de son programme de restructuration destiné à se prémunir des conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit).

Le constructeur avait alors argumenté sa décision par la nécessité d’améliorer la productivité. Une éventuelle baisse de la demande ne constituant en aucun cas l’un des motifs premiers de cette réduction de personnel, si l’on en croit ses propos.

Une réorganisation du travail de ses salariés devait être mise en place à partir du mois d’avril 2020. Des mesures qui selon le constructeur devaient «  entraîner des gains opérationnels importants dans l’usine afin de répondre à la demande en hausse des clients » pour les deux modèles de SUV.

JLR précisait par ailleurs que ces suppressions de postes s’ajoutaient au plan de réduction d’effectifs annoncé en janvier 2019. Lequel impacte directement 4 500 emplois, soit plus de 10 % des effectifs en place au début de l’année 2019.

Sources : Reuters, Sky News

Pour résumer

Jaguar Land Rover serait en pourparlers avec le gouvernement britannique en vue d'obtenir une aide financière publique temporaire de plus d'un milliard de livres. C'est en tout cas ce qu'affirme Sky News samedi dans un article dont la teneur a toutefois été démentie par le constructeur.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.