par Pierre-Laurent Ribault

Honda Odyssey : monospace racé

La tâche assez simple du monospace commun (monospacus vulgaris) est de transporter de 5 à 7 personnes plus les bagages sans avoir trop l'air d'une camionnette. Honda, qui connaît bien le problème, a décidé fin 2003 de contribuer à l'amélioration de l'espèce avec la troisième génération de l'Odyssey, malheureusement réservée jusqu'à présent et pour des raisons qui m'échappent au marché japonais, quelques autres pays d'Asie et l'Australie. La première différence avec un monoplace ordinaire est la ligne basse (1,55 m) et tendue très réussie avec une face avant qui a un certain air de famille avec la nouvelle Civic. Outre les roues alliage couleur canon de fusil, les optiques bleutées et la double sortie d'échappement font passer le message "Ce ne sont pas les enfants qui ont choisi" qui rend jaloux le conducteur du "people carrier" de la file d'à côté. Ce qui n'empêche pas l'Odyssey de proposer un intérieur plutôt haut de gamme en trois rangées modulables tout à fait satisfaisant pour la catégorie. Entre autres trouvailles, la dernière rangée de sièges se replie électriquement...

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

La tâche assez simple du monospace commun (monospacus vulgaris) est de transporter de 5 à 7 personnes plus les bagages sans avoir trop l'air d'une camionnette. Honda, qui connaît bien le problème, a décidé fin 2003 de contribuer à l'amélioration de l'espèce avec la troisième génération de l'Odyssey, malheureusement réservée jusqu'à présent et pour des raisons qui m'échappent au marché japonais, quelques autres pays d'Asie et l'Australie. La première différence avec un monoplace ordinaire est la ligne basse (1,55 m) et tendue très réussie avec une face avant qui a un certain air de famille avec la nouvelle Civic. Outre les roues alliage couleur canon de fusil, les optiques bleutées et la double sortie d'échappement font passer le message "Ce ne sont pas les enfants qui ont choisi" qui rend jaloux le conducteur du "people carrier" de la file d'à côté. Ce qui n'empêche pas l'Odyssey de proposer un intérieur plutôt haut de gamme en trois rangées modulables tout à fait satisfaisant pour la catégorie. Entre autres trouvailles, la dernière rangée de sièges se replie électriquement...

L'autre différence majeure avec le tout venant est sous le capot: deux versions d'un moteur 4 cylindres 2,4L VTEC avec au choix 165 ch couplés à une boîte CVT avec 7 "vitesses", ou bien 200 ch et une boîte 5 automatique avec un mode manuel en 2 ou 4 roues motrices. Cette dernière version nommée "Absolute" bénéficie également d'un intérieur avec ambiance résolument sportive, à grand coups de plastique effet alu et de sièges avant enveloppants. Pour bien enfoncer le clou, le site web de Honda Japon fait vanter les mérites du chassis surbaissé pour la tenue de route par le pilote de F1 maison Takuma Sato. Les prix s'échelonnent entre 2.415.000 yens (17.400 euros) et 3.003.000 yens (21.700 euros), sans même oublier d'offrir des équipements sophistiqués tel qu'un système actif de prévention de collision avec radar, assistance de freinage, prétenseurs de ceintures et tout le toutim.

Vu le succès remporté par cette Odyssey au Japon, les concurrents se sont vite lancé sur le créneau du monoplace racé comme Toyota avec l'Isis ou Mitsubishi, mais la Honda est toujours la plus belle pour aller danser. Quelqu'un commence une pétition pour exiger l'importation ?

Source photos: Honda

Lire également:

Opel Zafira 2 et Vectra phase 2 : OPC !!!

Monospace sportif !?




Pour résumer

La tâche assez simple du monospace commun (monospacus vulgaris) est de transporter de 5 à 7 personnes plus les bagages sans avoir trop l'air d'une camionnette. Honda, qui connaît bien le problème, a décidé fin 2003 de contribuer à l'amélioration de l'espèce avec la troisième génération de l'Odyssey, malheureusement réservée jusqu'à présent et pour des raisons qui m'échappent au marché japonais, quelques autres pays d'Asie et l'Australie. La première différence avec un monoplace ordinaire est la ligne basse (1,55 m) et tendue très réussie avec une face avant qui a un certain air de famille avec la nouvelle Civic. Outre les roues alliage couleur canon de fusil, les optiques bleutées et la double sortie d'échappement font passer le message "Ce ne sont pas les enfants qui ont choisi" qui rend jaloux le conducteur du "people carrier" de la file d'à côté. Ce qui n'empêche pas l'Odyssey de proposer un intérieur plutôt haut de gamme en trois rangées modulables tout à fait satisfaisant pour la catégorie. Entre autres trouvailles, la dernière rangée de sièges se replie électriquement...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.