par Nicolas Anderbegani

GMA T33 : My god, un V12 atmo et une boîte manu !

Il revient ! Après la T50 et la T50 Niki Lauda, Gordon Murray Automotive dévoile sa deuxième supercar, la GMA T33, cette fois-ci à deux places, mais toujours mue par un V12 atmosphérique hors du temps.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Une fière lignée

"Si vous ne pouvez avoir qu'une seule supercar", a déclaré le fondateur et patron de GMA, Gordon Murray, "la T33 est conçue pour être celle que vous devriez avoir." Un nom qui évoque étrangement le prototype 2Litres ALfa Romeo des années 70. Le Biscione va-t-il réagir ?

Gordon Murray, génial concepteur de la Brabham-Alfa Romeo BT46 à aspirateur dans les années 70, co-concepteur de la Mclaren MP4/4 de 1988, de la McLaren F1 de 1992 et de la GMA T.50 dévoilée l’an passé, nous propose une nouvelle supercar davantage exploitable au quotidien, mais peut-être pas pour aller faire le plein au supermarché ou une virée dans un magasin de meubles tout de même.

Un V12 qui chante

La T33, qui est construit sur un tout nouveau châssis monocoque carbone-aluminium, est légèrement plus longue que le T50 et son habitacle est conçu pour deux occupants. La voiture utilise une version spécialement adaptée du moteur V12 de 3,9 litres conçu avec Cosworth, avec encore plus de couple à bas régime mais une limite de régime légèrement inférieure à 11 100 tr/min, contre 12 000 tr/min dans le T50. Le V12 du T33 produit 607 ch à 10 500 tr/min et offre un couple maximal de 450 Nm à 9 000 tr/min. Il s'élancera dès 1500 tr/min en vitesse supérieure et délivrera 75 % de son couple maximal à 2500 tr/min. Nous savons cependant que la voiture sera disponible avec un choix de transmissions manuelles ou à palettes, toutes deux développées par Xtrac et dotées de six vitesses.

Le V12 3.9 Cosworth, lui, est quasiment inchangé. GMA a simplement remplacé les arbres à cames et le collecteur d'échappement (entre autres) pour réduire la puissance par rapport à la T.50, histoire de respecter la hiérarchie. La boîte de vitesses standard est une manuelle à six rapports, mais une palette de changement de vitesse est facultative. Les performances n’ont pas été communiquées, mais Gordon Murray n’est pas du genre à se focaliser sur cela :

« Nous ne nous soucions pas de chasser les tendances ou les chiffres de performance avec nos voitures. Je me fiche vraiment de savoir si le temps de 0 à 100 Km/h de la voiture est de 2,9 ou 3,1 secondes ou si elle fera 338 ou 345 Km/h. Nos acheteurs ne s'en soucient pas non plus. La beauté de la simplicité est la clé de nos voitures. »

Design minimaliste

La T33 utilise des principes aérodynamiques de soubassement passifs pour fournir une force d'appui aérodynamique à mesure que la vitesse augmente, plutôt que le système de ventilateur innovant du T50, qui fonctionne à n'importe quelle vitesse. Elle pèse environ 100 kg de plus que le T50 mais, malgré des proportions proches d’une Porsche 718 Boxster, elle affiche 200 kg de moins sur la balance que la germaine.

Cela s’explique en partie par un habitacle dépouillé où, puriste dans l’âme, tout sera analogique : il n’y pas d'écrans tactiles mais des commandes rotatives en aluminium pour toutes les fonctions importantes et chaque interrupteur éclairé. Androit Auto et Apple CarPlay seront quand même là, mais les vocalises du V12 seront sans doute plus tentantes à écouter que la dernière playlist à la mode.

Epurée, presque simple, la T33 s’inspire des GT années 1960 comme l’Alfa Romeo 33 Stradale , la Ferrari Dino 206 SP et la Lamborghini Miura afin de créer une forme plus gracieuse et moins encombrée que les supercars contemporaines. « J'ai eu le T33 dans ma tête pendant environ 25 ans », dit-il, « mais jusqu'à présent, nous n'avions pas les installations pour le fabriquer. “Tous mes designs portent des numéros 'T'. Par exemple, les T25 et T27 étaient des citadines, le T34 était notre camion plat Ox et le T37 était le projet TVR.

L’habitacle peut donc accueillir deux occupants protégés par une cellule de sécurité en fibre de carbone et un cadre en alliage léger pour supporter les charges principales. Clin d’œil à la McLaren F1, trois compartiments à bagages sont installés, un dans le nez et un en forme de sacoche devant chaque roue arrière.  La bête freinera avec des Brembo en carbone-céramique cachés derrière des roues avant de 19 pouces et des roues arrière de 20 pouces. Ces roues avant, d'ailleurs, sont dirigées par une crémaillère de direction assistée hydraulique à l'ancienne, choisie pour sa sensation supérieure par rapport à une alternative électrique plus efficace.

Comme une voiture de course, mais contrairement à presque toutes les voitures de route, le groupe motopropulseur du T.33 est semi-structurel pour favoriser la rigidité et la réactivité.  Les doubles triangles à l'avant sont portés sur un sous-châssis en alliage, tandis que ceux à l'arrière sont montés directement sur la boîte de vitesses, le moteur étant un composant de châssis "semi-structurel" capable de fournir suffisamment de souplesse pour résoudre les problèmes de raffinement tout en offrant la rigidité nécessaire pour un montage en suspension.

L'exclusivité

Fidèle à son principe "jamais plus de 100" précédemment annoncé, GMA ne fabriquera que 100 exemplaires du coupé T33, en exécutant les premiers prototypes cet été pour des livraisons à partir de 2024.Deux spin-offs de T33 sont prévus. Murray a déclaré qu'il s'agirait probablement d'un roadster et "d'une sorte de modèle spécifique à la piste" dans la veine du T50S Niki Lauda.

Murray a déclaré que la T33 serait la dernière voiture non hybride de GMA et a fait allusion à des projets hybrides et électriques déjà bien avancés. Et oui... Ce sera également la première voiture à être construite au nouveau siège social spacieux de GMA, en bordure de l'aérodrome de Dunsfold, près de Guildford. 50 millions de livres sterling sont investies pour revitaliser et étendre ses bâtiments afin d'abriter des installations de fabrication, un garage patrimonial, un complexe de bureaux d'ingénierie et de conception et un campus technologique pour introduire les recrues dans le secteur automobile de haute technologie. Il y a même de l'espace et un permis de construire pour une petite piste d'essai (environ 700 mètres) nécessaire pour secouer les voitures nouvellement construites

Murray s'attend à ce que le T33 attire la moitié de ses acheteurs aux États-Unis (des commandes sont déjà en cours), il sera donc vendu en conduite à gauche et à droite. GMA prévoit d'obtenir une homologation fédérale complète.

Ah oui, dernier petit détail : le ticket d'entrée est à 1,6 million d'euros hors taxes. Allez !

Bonus track :

Pour résumer

Il revient ! Après la T50 et la T50 Niki Lauda, Gordon Murray Automotive dévoile sa deuxième supercar, la GMA T33, cette fois-ci à deux places, mais toujours mue par un V12 atmosphérique hors du temps.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.