par Elisabeth Studer

Embargo sur pétrole russe : la France alarme pour le diesel

Un éventuel embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe poserait un "réel problème" pour le diesel, dont l'Europe est une grande consommatrice. C’est en tout cas l’avertissement lancé mercredi par la ministre française de la Transition énergétique, Barbara Pompili.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

La France et l’Europe doivent faire face à leur besoin en diesel

"Nous avons en Europe et en France à faire face à ce besoin de diesel, qui risque de se faire de plus en plus crucial si des décisions sont prises dans les jours ou les semaines à venir", a déclaré Barbara Pompili, alors que la France assure la présidence tournante de l'Union européenne.

Un embargo sur le pétrole russe, sujet de prochains sommets

L'Union européenne réfléchit à un embargo sur le pétrole russe, une possibilité qui devrait être évoquée lors des sommets de l'UE, de l'Otan et du G7 ces prochains jours.

"Ces trois sommets vont être certainement l'occasion de nouvelles discussions sur des sanctions et donc d'éventuelles sanctions sur les importations de pétrole", a noté Mme Pompili, qui s'exprimait lors de la réunion ministérielle de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) à Paris.

Réel problème pour le diesel

"Il faut savoir que chez nous ça va poser un réel problème pour le diesel et que cela va aller bien au-delà des problèmes sur le pétrole que nous pouvons avoir", a souligné la Ministre.

La Russie, plus grand exportateur mondial de pétrole, produit quelque 11 millions de barils par jours de pétrole brut, dont un peu plus de 5 millions sont exportés. Le pays exporte également 1,5 million de barils par jour de gazole, dont l'Europe et notamment la France sont très friandes.

Dans l’Hexagone, la part du diesel dans la consommation de carburants routiers reste encore prépondérante à 75,7% en février 2022, selon les chiffres des professionnels du secteur pétrolier.

L'AIE a publié récemment des plans en 10 points pour réduire la dépendance européenne au pétrole et au gaz russes. "Nous ne pouvons pas nous passer d'une analyse du même type sur la question du diesel et sur le besoin que nous aurons tous d'être solidaires notamment en travaillant sur les réserves stratégiques", a plaidé Mme Pompili.

TotalEnergies va s’approvisionner ailleurs qu’en Russie

Le groupe français TotalEnergies, qui a annoncé mardi soir renoncer à tout achat de pétrole ou produits pétroliers russes, au plus tard à la fin de l'année, a indiqué qu'il ferait venir du gazole d'autres continents, notamment de sa raffinerie Satorp (partagée avec Saudi Aramaco) en Arabie Saoudite.

Notre avis, par leblogauto.com

Un avertissement qui voit le jour alors que le diesel pourrait être rationné sous peu au Royaume-Uni. Les experts britanniques préviennent que les ventes de carburant pourraient être restreintes dès avril prochain dans un contexte de craintes de pénurie alors que Londres supprime progressivement les importations de pétrole russe, en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Bientôt au tour de la France ?

Sources : AFP, TotalEnergies

Pour résumer

Un éventuel embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe poserait un "réel problème" pour le diesel, dont l'Europe est une grande consommatrice. C’est en tout cas l’avertissement lancé mercredi par la ministre française de la Transition énergétique, Barbara Pompili.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.