par Frederic Papkoff

Le dossier Opel divise l'Allemagne

Le gouvernement Allemand a beau avoir pris avec ses homologues Européens l'engagement de ne pas mener desauvegarde des emplois.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Le gouvernement Allemand a beau avoir pris avec ses homologues Européens l'engagement de ne pas mener de négociations unilatérales avec GM, il se trouve fort embarrassé face aux gouvernements des Länders concernés. En effet, si Berlin est particulièrement réticent à venir à nouveau en aide à Opel, il n'en va pas de même au niveau régional où la priorité reste la sauvegarde des emplois.

Après sa volte face et sa décision de conserver Opel, GM s'est attiré les foudres du gouvernement Allemand, qui poussait pour la conclusion de la vente à Magna. On n'est donc particulièrement frileux du côté de Berlin lorsque l'on évoque de nouvelles aides à GM. Selon le ministre de l'économie, Rainer Brüderle, la situation financière du groupe Américain s'est améliorée et une nouvelle aide ne lui semble pas justifiée.

En revanche, le son de cloche est bien différent dans les quatre Länders dans lesquels est implanté Opel (Thuringe, Rhénanie-Palatinat, Hesse, Rhénanie Nord-Westphalie). Car malgré la volonté affichée de conserver ses quatre usines dans le pays, 5.000 emplois sont menacés dans le pays. On est donc au niveau régional bien décidé à tout faire pour préserver les emplois et l'on critique vivement Berlin. Christine Lieberknecht, premier ministre du Land de Thuringe a ainsi déclaré aujourd'hui dans le journal Handelsblatt:

Il est grand temps que le ministre fédéral de l'Economie prenne conscience de sa responsabilité

Source : AFP

Pour résumer

Le gouvernement Allemand a beau avoir pris avec ses homologues Européens l'engagement de ne pas mener desauvegarde des emplois.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.