par Gautier Bottet

Daimler veut revoir sa coopération avec BAIC

Le changement de la réglementation des coentreprises automobiles en Chine commence à avoir de premiers effets, accentués par la crise du marché. Daimler songe à son tour à revoir sa participation au capital de BBAC. Et même plus.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Depuis quelques mois, les constructeurs étrangers sont autorisés à détenir plus de 50% de leur coentreprise. Une coentreprise est même superflue dès à présent pour la production de véhicules électriques. En 2020 le système sera également levé pour les utilitaires, et en 2022 pour toute la production.

BMW et VW ont été les premiers à profiter de cette évolution en demandant l'autorisation de prendre le contrôle de leur coentreprise. Opération non encore effective pour VW.

Rachat de BAIC ?

Daimler semble à son tour décidé à suivre ce mouvement en prenant le contrôle de BBAC (Beijing Benz Automotive Co.), mais serait aussi tenté d'aller beaucoup plus loin. Le groupe allemand pourrait en effet monter au capital de son partenaire BAIC Motor (groupe BAIC), et même en prendre le contrôle.

Rappelons que Daimler possède déjà 9,55% de BAIC Motor (via 30,4% de la part de capital listée à la bourse de Hong-Kong), ainsi que 3,93% de BJEV, la division véhicule électrique du groupe chinois. Le reste de BAIC Motor est détenu principalement par BAIC Group et Beijing Shougang (acier). Les principales filiales de BAIC Group sont BAIC Motor (qui détient les coentreprises avec Daimler mais aussi Hyundai), Beijing Electric Vehicle Co (BJEV), BAW (Beijing auto Works) et Foton. Ce dernier possède lui aussi un partenariat avec Daimler pour la production de camions.

L'opération risque néanmoins de s'avérer complexe en raison de la coentreprise BAIC-Hyundai, mais aussi de la présence de Geely au capital de Daimler...

L'avis de Leblogauto.com

Une prise de contrôle d'un grand acteur chinois par un constructeur étranger, ce serait inédit. Mais au final pas improbable car la prochaine vague de concentration dans le secteur automobile pourrait bien se passer en partie en Chine.

Pour résumer

Le changement de la réglementation des coentreprises automobiles en Chine commence à avoir de premiers effets, accentués par la crise du marché. Daimler songe à son tour à revoir sa participation au capital de BBAC. Et même plus.

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.