Accueil Actualités Entreprise Semi-conducteurs : coopération Japon / Micron(US) et TSMC

Semi-conducteurs : coopération Japon / Micron(US) et TSMC

0
1
PARTAGER

Alors que les Européens s’alertent d’une trop grande dépendance face à l’Asie en matière de semi-conducteurs, les sociétés Micron et le sud-coréen TSMC approchent le Japon pour une coopération.
Après que le géant de la fonderie taïwanais TSMC a décidé de construire une usine de semi-conducteurs au Japon, l’américain Micron Technology a exprimé son intention de s’associer à des entreprises japonaises.

Micron (US) veut renforcer la chaîne d’approvisionnement japonaise en semi-conducteurs

Le PDG de Micron, Sanjay Mehrotra, a récemment annoncé dans une interview accordée au Nihon Keizai Shimbun que Micron  coopérerait avec le gouvernement japonais pour renforcer la chaîne d’approvisionnement japonaise en semi-conducteurs en augmentant les investissements au Japon et en s’associant à des entreprises locales d’équipement et de matériaux.

Le dirigeant a exprimé tout particulièrement sa volonté de travailler avec des entreprises japonaises pour développer la technologie DRAM (Dynamic Random Access Memory) de 5e génération.
Micron, le troisième plus grand producteur de DRAM au monde, a annoncé début juin qu’il avait commencé à produire en masse les premières DRAM de 4e génération de gamme 10 nm au monde.
Micron axé sur l’automobile

Micron est axé sur l’automobile

L’industrie automobile subit une transformation fondamentale qui n’a pas été vue depuis l’introduction de l’automobile. Depuis 30 ans, en tant que leader des meilleures solutions de mémoire et de stockage automobile pour l’infodivertissement embarqué (IVI), Micron a joué un rôle clé dans la mise en place de systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS), de véhicules autonomes, de sécurité et de fonctionnalités sécurité, précise son site internet.

Selon la société, « les voitures d’aujourd’hui doivent faire plus que rouler vite. Elles sont devenues des centres de données virtuels sur roues, traitant et stockant des quantités massives de données et exigeant des performances de calcul et de stockage parmi les plus élevées parmi les applications informatiques. »

Micron se renforce à Taïwan

Ce mois-ci, Micron a commencé à agrandir son usine de DRAM à Taichung, à Taïwan, ce qui coûtera 14 milliards de dollars américains. Le fabricant de puces américain a commencé à menacer sérieusement Samsung Electronics et SK Hynix en termes de parts de marché.
Par ailleurs, Micron lorgne également le japonais Kioxia, deuxième acteur sur le marché mondial des flashs NAND.

TSMC annonce une série d’investissements au Japon

TSMC a également annoncé une série d’investissements au Japon, renforçant sa lune de miel avec les États-Unis et l’Empire du Soleil levant. Après l’annonce en février de la construction d’une installation de R&D sur les semi-conducteurs à Tsukuba, au Japon, TSMC aurait l’intention de construire une fonderie au Japon.

TSMC se renforce aux Etats-Unis

TSMC a récemment commencé la construction d’une usine de semi-conducteurs en Arizona et prévoit d’investir 100 milliards de dollars américains pour augmenter la productivité de l’usine au cours des trois prochaines années. La société construira jusqu’à six usines avec des lignes de traitement inférieures à 5 nm en Arizona.

Notre avis, par leblogauto.com

L’industrie japonaise et tout particulièrement le secteur automobile semble prendre le taureau par les cornes, en agissant de telle sorte que des sociétés leader dans le domaine des semi-conducteurs investissent au Japon. idem aux Etats-Unis. De quoi sécuriser ses approvisionnements alors que la pénurie de puces électroniques pourrait perdurer.

Depuis plusieurs mois des représentants de l’Union européenne ou des États-membres expriment leur volonté de relocaliser en Europe une industrie de semi-conducteurs. Selon Bloomberg, TSMC et Samsung seraient impliqués dans le projet pour lequel il n’existait pas encore de plan établi en février dernier.

Selon des sources de Bloomberg, les leaders les plus innovants du secteur aideraient à développer, sur le Vieux Continent, des capacités de production pour des semi-conducteurs inférieurs à 10 nm voire des puces de 2 nm. A titre de comparaison, GlobalFoundries, la principale fonderie européenne, basée en Allemagne, produit des microprocesseurs de 28 nm pour des applications courantes.

En décembre 2020, treize pays européens, dont la France, se sont associés pour demander une politique d’investissement public-privé dans le secteur. Depuis, six nouveaux pays se sont joints à l’initiative. Récemment, Bruno Le Maire et Thierry Breton, Commissaire européen à la politique industrielle, au marché intérieur, du numérique, de la défense et de l’espace ont conjointement rappelé tous les enjeux que cela représentait pour l’industrie européenne.

Sources : businesskorea, Bloomberg

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Semi-conducteurs : coopération Japon / Micron(US) et TSMC"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
patdpau
Invité

Et rien en France.

wpDiscuz