Accueil Actualités Entreprise Renault,Atos,Dassault,ST,Thales unis pour la mobilité électrique

Renault,Atos,Dassault,ST,Thales unis pour la mobilité électrique

0
30
PARTAGER

A l’initiative de Renault, quatre groupes industriels français de tout premier rang mais non issus du secteur automobile vont mettre en commun leurs recherches sur la mobilité électrique, connectée et autonome.

Atos, Dassault, STMicroelectronics et Thales vont ainsi collaborer à partir du mois de septembre avec le groupe automobile dans la cadre de cette alliance, baptisée « Software République ».

Plusieurs sujets d’étude

Atos, Dassault, STMicroelectronics et Thales et Renault entendent rapprocher leurs expertises dans leurs domaines respectifs afin de développer et commercialiser de nouveaux systèmes et logiciels destinés aux offres de mobilité pour les territoires, les entreprises et les particuliers.

Les partenaires travailleront notamment sur la connectivité entre le véhicule et son environnement, les systèmes de simulation et de gestion des données, ainsi que des solutions permettant de simplifier la recharge des véhicules électriques. Les études seront menées au au Technocentre de Renault à Guyancourt.

Les partenaires souhaitent mettre en commun leur expertise dans leurs domaines respectifs (intelligence artificielle, cybersécurité, connectivité, électronique embarquée et jumeaux numériques).

1ere piste : reconnaissance de la borne de recharge

Une des premières pistes de recherche visera à trouver un nouveau système permettant à une voiture électrique d’être automatiquement reconnue lors de son branchement sur une borne compatible. Objectif : effectuer une charge facturée sans action de la part de l’utilisateur.

Un marché de la mobilité en plein essor

Les partenaires visent à obtenir une part du marché de la mobilité qui devrait atteindre 11 000 milliards d’euros d’ici 2035, selon le Boston Consulting Group. Le secteur est en pleine croissance avec notamment le développement des véhicules électriques et l’émergence de nouveaux services à valeur ajoutée via la multiplication des véhicules connectés … et le déploiement des réseaux 5G.

Les partenaires comptent également proposer des offres de mobilité clés en main à des collectivités territoriales, souhaitant ainsi s’adapter aux caractéristiques de chaque territoire.

« On peut montrer qu’on a tout ce qu’il faut en Europe pour construire la mobilité de demain », a souligné à cette occasion le directeur général de Renault Luca De Meo.

Union des compétences

Dassault fournira notamment son environnement virtuel collaboratif, Atos son « expertise digitale en matière de réduction de l’empreinte carbone », STMicroelectronics « ses innovations en produits et solutions semi-conducteurs », et Thales son « expertise en intelligence artificielle, cyber-sécurité et en connectivité », ont précisé les groupes dans un communiqué.

Cet « écosystème » se veut ouvert à d’autres entreprises, grandes et petites. La « Software République » compte créer un fonds d’investissement et un incubateur pour accompagner des start-up.

Notre avis, par leblogauto.com

Espérons que l’union fasse la force …. Ce qui devrait être le cas avec des sociétés aussi renommées techniquement.

A noter tout particulièrement la présence STMicroelectronics spécialisée dans les semi-conducteurs. Un atout de taille alors que l’industrie automobile mondiale est confrontée à une importante pénurie de puces électroniques.

Sources ; Atos, Dassault, STMicroelectronics, Thales, AFP

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Renault,Atos,Dassault,ST,Thales unis pour la mobilité électrique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
totophe
Invité

Rein que la première piste visée on a l’impression d’avoir 20ans de retard…

SGL
Invité

Nous ne sommes pas encore en retard, si l’on ne tarde pas pour s’y mettre vraiment !
Nous avons beaucoup de compétences…
Mais cela s’entretient, l’Occident qui abandonne les développements de ses technologies finies par perdre son savoir-faire.
La VE et la H2 sont les nouveaux challenges ou la France se doit être dans la course… Sous quoi elle disparaîtra des pays qui ont le pouvoir de développer les technologies du futur.

wizz
Membre

est ce que tous les chalenges sont bons à prendre?

comment reconnaitre qu’un chalenge n’est pas bon, et qu’il vaut mieux ne pas s’y engager?

Nicolas
Invité

Avec Schneider en plus ça aurait eu encore plus de gueule!

Dom
Invité

Schneider electric ressemble trop au défunt Thomson ….

SGL
Invité

C’est Thales depuis l’an 2000.

Dom
Invité

Oui , c’est le quart du quart du huitième d’avant….
Grass Valley … adieu , Canopus adieu … etc etc etc …
Avec ce nom idiot: schneider … adieu Merlin Gérin leader mondial , adieu télémécanique etc etc …
C’est ABB qui fait don de chargeurs rapides à la ville de Rome …

Fabrice
Invité

J’ai malheureusement peur que ce soit encore un projet pour avoir des subventions étatiques ou réductions d’impôts… Rappelez vous les projets voitures 1l/100 toutes lancées au mondial de paris 2014, faisant la fierté de Ségolène Royal. Collaborations entre les grands industriels Plastic Ominum, Faurecia, Renault, PSA, st Jean industries etc.
Tout ça pour du « crédit d’impôt recherche » Et pour accoucher de quoi? À part la boîte à crabots des hybrides e-tech Renault, je cherche encore…

SGL
Invité

Parfois, il est assez difficile de mettre le doigt sur des exemples concrets où la R&D débouche.
Personnellement je n’ai su que récemment que le projet de la navette spatial Hermès avait été extrêmement bénéfique pour avoir développé des nouvelles technologies dans l’aéronautique… Pourtant, le projet avait été abandonné.

SGL
Invité

« Quand la France avait sa propre navette spatiale… – HERMES#1 »
https://www.youtube.com/watch?v=OUoBWmLilPw
https://www.youtube.com/watch?v=4kfVfE9pa4g
😉

wizz
Membre

une navette spatiale n’a pas tout à fait les même conditions de fonctionnement qu’un avion civil… Peu de retombée directe (à part les matériaux composites, les alliages légers….)

SGL
Invité

« Peu de retombées directe » oui peut-être, mais indirecte… Un chiffre incalculable.
Quand l’on pense qu’un sachet de cacahuètes bénéficie du programme Apollo comme les couches pour bébés.

wizz
Membre

fabrice
la voiture à 1 ou 2 litres /100km, c’est faisable

ce qui n’est pas faisable, ce sont les véhicules que veulent acheter les gens consommant 1 ou 2 litres (ps: en toute et pour toute énergie)

SGL
Invité

Volkswagen XL1 a existé.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Volkswagen_XL1
Mais le pétrole est trop bon marché pour que l’on fasse des efforts pour diminuer la consommation. (déjà dit)

wizz
Membre

la XL1 n’est pas abordable pour le commun des mortels

SGL
Invité

Bah oui, c’était qu’une présérie de laboratoire.

Dès 1987 Citroën sortait une AX diesel qui faisait du 3,1 l/100km…

Balkany
Invité
Thibaut Emme
Admin

Non ! La XL1 qui consommait 2l/100km est ce que les gens ne veulent plus hélas…vehicule léger, sobre en équipement, en insonorisation, faible puissance, etc.

Il suffit de lire les réactions sur le 0 à 100 km/h en 19sec de la Spring ou sa vmax à 125 km/h pour comprendre que les gens ne veulent pas d’une Ax moderne par exemple. Et on ne parle même pas d’un Vélocar Mochet moderne…

SGL
Invité

Ce n’est que mon avis… mais si le Diesel et l’essence coûteraient au minimum 3 € le litre… Les gens s’y intéresseraient énormément.

wizz
Membre

cela n’empêcherait pas les gens de serrer la ceinture ailleurs, et continuer à rouler thermique. Et c’est ce qu’on fait déjà, plus ou moins, en réduisant la part dédiée à l’alimentation pour pouvoir s’offrir le dernier Iphone, ou des chaussures, ou la tété 50″, ou la voiture….

SGL
Invité

…hé hé, oui grâce au Made in China qui entretient leur semblant de pouvoir d’achat !
… Mais qui leur pourrisse leur situation progressivement.

SGL
Invité

Les GJ ont bloqué la France pour 7 centimes d’augmentation de diesel… Alors s’il y avait 1,50 € de plus… Il aurait du changement.

wizz
Membre

et toi SGL, tu es devenu dieseliste pour combien de centimes de différence?

SGL
Invité

À l’époque, j’avais divisé par deux mes frais kilométriques.
Mais il avait un gros écart entre l’essence et le diesel.

wizz
Membre

gros ou petit, c’est du relatif
20 centimes, c’est du gros pour ceux qui gagnent 4000€. Et lorsqu’on leur présente 7 centimes, alors ils disent que c’est du peanut, qu’il n’y a pas de quoi faire une révolution pour si peu….

….mais pour ceux qui sont au smic,7 centimes, c’est du gros aussi…

SGL
Invité

Je comprends… Mais il faut aussi le rappeler à @Thibaut Emme !
Si pour une raison valable (ou pas) les GJ ont déclenché une minie révolution qui a encore pénalisé l’économie française (ce qui est absurde avec un peu de recul).
En faisant un peu de SF, si des Spring et AMI, Twizy serait en nombre dans le parc automobile français (plusieurs millions de véhicules) les 7 centimes auraient fait autant de foin ?

SGL
Invité

Quand l’on parle d’alternatives
Ce n’est pas seulement pour l’écologie… c’est aussi pour les économies pour les plus modestes !

wizz
Membre

une voiture thermique ne consommant que 2 litres et aussi bien équipée que la Twizzy ou AMI, ça ne couterait pas très chère non plus. Mais je doute que les gens souhaitent vraiment acheter ce genre de véhicules, même pour un problème de 7 centimes

SGL
Invité

Ah ben, tu me rappelais parfois que je faisais des contradictions… en voilà une belle !
Tu me diras, qu’il n’était pas rare de voir des GJ en BAM et Land Rover…
Ils ne sont effectivement pas une contradiction prête.

Bizaro
Invité

Avec Atos et Thales dans le coup, on est bien partit pour une dystopie.

wpDiscuz