Accueil Historique Sauber Motorsport est quinquagénaire !

Sauber Motorsport est quinquagénaire !

0
7
PARTAGER
Sauber

Sauber Motorsport fête en mai ses 50 ans ! Autodidacte passionné et tenace, Peter Sauber appartient à un « espèce » en voie de disparition. Retour bref sur une belle aventure.

Débuts discrets dans le pilotage

Né en 1943 à Zurich en Suisse, Peter Sauber veut se lancer dans la compétition automobile à la fin des années 60, dans un pays qui a donné de nombreux talents – Jo Siffert, Clay Regazzoni pour ne citer qu’eux – mais a interdit les courses sur circuit depuis le drame du Mans en 1955. Heureusement, une catégorie échappe au diktat helvète : les courses de côte, ou Bergrennen comme on dit de l’autre côté des Alpes, auxquelles la géographie suisse sied parfaitement. D’ailleurs, en 1969, c’est un compatriote, Peter Schetty, qui triomphe dans le championnat d’Europe en raflant toutes les courses de la saison sur une Ferrari 212E Montagna.

Licencié à l’Automobile Club de Bâle, Peter Sauber, fils d’un important industriel et électricien de profession, débute la compétition en 1966 au volant d’une VW Beetle mais il ressent davantage de plaisir à préparer des voitures qu’à les conduire. La technique prend le dessus sur le pilotage, et Sauber prend sans doute conscience aussi de ses limites en tant que pilote.

La lignée des C

En 1970, il saute le pas avec sa première création, la C1 (« C » faisant référence à son épouse Christiane). ll s’agit d’une barquette développée sur la base d’une F3 Brabham, propulsée par un 4 cylindres Cosworth de 115 chevaux, avec lequel Sauber devient champion de Suisse des voitures de sports. C’est ensuite en 1975 que le team prend véritablement son envol, grâce à la C5 BMW 2.0 litres qui remporte le championnat Intersérie. En 1979, Sauber s’écarte momentanément des sport-prototypes et s’intéresse à la Formule Procar lancée par BMW avec la Supercar M1, ce qui aboutit en 1981 au développement en interne de deux M1 en spécification Groupe 5. Les voitures essuient de nombreux revers mécaniques mais une M1 Sauber triomphe aux 1000 kilomètres du Nurburgring avec Nelson Piquet.

L’ascension avec l’étoile

L’écurie suisse a démontré ainsi son savoir-faire dans la préparation des châssis, et cela ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Quand Mercedes décide de revenir en compétition via le Groupe C à partir de 1985, c’est lui qui est choisi pour construire les châssis et superviser l’exploitation course. Une association fructueuse, qui conduit au titre mondial de sport-prototypes en 1989 et 1990 avec les Sauber C9/C11 ainsi qu’à la victoire au Mans. Ce sera un tremplin pour la F1, où Sauber débarque en 1993 et réalise de suite d’excellentes performances. Malheureusement pour lui, le partenariat rêvé avec Mercedes s’écroule quand l’étoile décide se marier avec McLaren.

La passion de survivre

Sauber se replie alors sur Ford puis, à partir de 1997, sur Ferrari, pour un long partenariat moteur que seule la parenthèse BMW, entre 2006 et 2009, viendra interrompre. Après l’aventure BMW, Sauber connaît des années difficiles, notamment en 2014 où le team termine l’année sur un zéro pointé. Les finances sont alarmantes mais l’abnégation de son fondateur permet de sauver la mise. En 2016, Peter Sauber prend du recul et cède la direction à de nouveaux investisseurs,  jusqu’au partenariat salvateur avec Alfa Romeo. De Kimi Raikkonen en 2001 à Charles Leclerc en 2018, en passant par Felipe Massa et Sergio Perez, l’écurie, au capital sympathie jamais entamé, s’est souvent muée en découvreuse de talents.

Même si le nom Sauber n’apparaît plus officiellement dans la liste des engagés, naming oblige en faveur du sponsor-titre Alfa Romeo, la structure de base, localisée à Hinwill, reste à la manœuvre et s’investit aussi dans un junior team pour dénicher les pépites de demain. Le savoir-faire technique se perpétue également à travers la soufflerie, l’une des plus modernes, que de nombreux constructeurs exploitent pour leurs programmes sportifs, à l’image de Toyota qui y a éprouvé l’aérodynamique de ses LMP1. Plus d’une écurie aurait depuis longtemps disparu après tous les rebondissements et les difficultés traversées, mais elle est toujours là. Longue vie à Sauber !

Images : Sauber, wikimedia commons

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Sauber Motorsport est quinquagénaire !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Neutre
Invité

like +1

Zak
Invité

C’est du propre. Merci. Les Sauber-Mercédès du groupe C sont absolument légendaires : de vraies flèches d’argent.

AXSPORT
Invité

Respect effectivement pour les C9, C11, etc
🙂

Chobulbeps
Invité

Belle écurie qui a su faire les bons choix pour survivre dans un environnement hostile et très selectif.

gigi4lm
Membre

Les bons choix, Monisha Kaltenborn par exemple

labradaauto
Invité

Un grand Monsieur du sport automobile ! Il a donné beaucoup . Il est toujours là. il a l’oeil. j’écris ça parce que je l’ai vu regarder !!!

Peter Wheeler
Invité

C’est Hinwil, et non Hinwill. Petite bourgade du canton de Zürich.

wpDiscuz