PARTAGER

Echaudé par la déconvenue de son rival Lyft, Uber a bien envisagé de faire ses débuts à Wall Street vendredi à un prix beaucoup moins ambitieux qu’espéré, et pourtant…

Le leader de la réservation de voitures avec chauffeur entendait faire son baptême boursier dans le milieu de la fourchette de prix de 44 à 50 dollars par action annoncée fin avril.

Au prix unitaire de 47 dollars l’action, le milieu de la fourchette, Uber vaut un peu plus de 80 milliards de dollars. Force est de constater que le marché ne l’entendait pas ainsi. A 80 milliards de dollars, Uber représenterait la plus grosse introduction boursière de l’année à Wall Street et une des plus importantes de l’histoire.

Mais c’est surtout le niveau abyssale des pertes, excédant le milliards de dollars, qui semble historique pour une introduction en bourse. En effet, aucune entreprise ne s’est jamais introduite en présentant de tels déficits.

S’il y a beaucoup de marques d’intérêt, les mésaventures boursières de Lyft, qui a perdu près de 24% de sa valeur en un peu plus d’un mois de cotation, n’arrangent rien, tout comme le mouvement social des chauffeurs mercredi.

Mais c’est surtout la crainte des investisseurs sur la capacité des plateformes de réservation de voitures avec chauffeur à être rentables qui a eu raison de la première journée de cotation. Le titre clôture à 41, 57 USD en repli de plus de 7%.

Uber a tout de même réussi à lever environ 8 milliards de dollars lors de cette opération, de quoi gagner encore un certain temps: jusqu’à la rentabilité ou la prochaine levée de fonds?

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz