Accueil Actualités Entreprise Michelin : le pneu premium pour tenir le haut du pavé

Michelin : le pneu premium pour tenir le haut du pavé

1223
11
PARTAGER

Face au ralentissement du marché mondial, Michelin fait le pari du premium. Comptant sur son image de haut de gamme pour se faire une place de tout premier rang sur le marché.

Michelin parie sur les pneus de 18 pouces et plus

Dans le cadre d’une journée investisseurs organisée jeudi dans son centre d’essais d’Almeria en Espagne, Michelin a ainsi laissé entendre qu’il souhaitait profiter de sa place de leader parmi les groupes de pneumatiques les mieux positionnés en terme de prix de vente, pour tirer partie de la croissance annuelle moyenne des pneus de diamètre de 18 pouces et plus, qu’il estime à environ 2% sur les cinq prochaines années.

Le premium pour compenser une faible croissance des pneus première monte

Le groupe doit en effet trouver une solution pour contrecarrer la baisse prévisible du marché mondial des pneus première monte. Selon lui, ce secteur dédié aux pneus équipant les véhicules neufs à leur sortie d’usine ne devraient progresser que de 1% entre 2018 et 2023, contre environ 2% entre 2013 et 2018.

Le premium : un marché d’avenir selon Michelin

Selon Michelin, en 2023, ce type de pneumatiques devrait représenter 52% des ventes totales de pneus première monte et remplacement de la marque, contre 32% en 2018. Une situation due en grande partie à l’engouement actuel des consommateurs pour les grands SUV, sans compter sur les routières et les sportives, commercialisées certes à des tarifs élevés mais s’adressant à des consommateurs peu affectés par la baisse du pouvoir d’achat.

Un impact financier majeur

Michelin estime l’impact financier d’une telle stratégie de montée en gamme à 100 millions d’euros annuels jusqu’en 2023.
En 2018, le groupe a d’ores et déjà affiché un effet mix sur son chiffre d’affaires de +189 millions d’euros, grâce notamment à la croissance de ses ventes de pneus 18 pouces et plus et par les activités de spécialité.

4 secteurs de croissance

Pour se maintenir en haut du pavé, Michelin table sur quatre secteurs de croissance.

Pour faire face à une concurrence asiatique très forte dans son activité traditionnelle de pneus, le groupe en tout premier lieu poursuivre sa politique de réduction des frais généraux et administratifs et l’adaptation de son outil industriel.

Dans cet optique, il a ainsi choisi d’accroître ses capacités de production en Asie et au Mexique tout en les réduisant en parallèle en Europe. Annonçant ainsi fermeture d’une usine de pneus de 16 pouces et moins à Dundee, en Ecosse.

Le groupe mise également sur l’innovation technologique dans le domaine des matériaux (polymères renforcés, recyclage, impression 3D et projet hydrogène avec Faurecia) et celui des services aux professionnels (mobilité connectée et gestion de flottes).

Michelin compte également poursuivre le développement de ses activités dans le secteur des cartes et guides touristiques et gastronomiques, souhaitant jouer à la fois sur la carte de la modernisation
et du haut de gamme pour se démarquer de la concurrence pléthorique des offres de comparateurs disponibles sur internet.

L’avis de Leblogauto.com

Face au ralentissement attendu du marché, Michelin n’a pas le choix : il doit trouver une solution. Laquelle passe par tirer partie de son image de marque haut de gamme pour maintenir son chiffre d’affaires. Une aubaine d’autant plus à saisir qu’en période de crise, le luxe et le premium se portent bien ….

Sources : Reuters, Michelin

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Michelin : le pneu premium pour tenir le haut du pavé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
nouh
Invité
Voitures Premium, pneus Premium, habitat Premium, mais bien sur, tout cela avec des salaires Premium. Et les autres?? Et bien ils se débrouilleront en province, ils rouleront chinois avec des pneus chinois et bien évidemment, Michelin sera racheté par des fonds chinois…… Mais la faute à qui? A toute cette finance, ces états, ces groupes qui ne voient que par la croissance alors que la planète ne peut plus fournir, ni digérer tous ces produits manufacturés. Demain sera vers une société de proximité ou disparaitra….C’est l’homme qui est menacé, pas la planète qui n’a pas besoin de nous pour tourner… Lire la suite >>
Lolo
Invité
Plutôt d’accord avec toi, sauf sur les responsabilités que tu cite. Le premier responsable est le client, avant tout. Les multinationales n’existeraient pas si les clients achetaient de façon plus raisonnée. Les sociétés ne font que soit répondre à une demande, soit créer une demande. Mais dans les 2 cas, c’est bien les clients qui ont le dernier mot. Les « gens » (toi, lui et moi), achetons en ligne tout un tas de chinoiseries totalement inutiles, au prix de l’emploi dans notre pays (usine, magasin), au prix de l’ecologie (Transport, fabrication, déchets) mais en pensant uniquement à notre pouvoir d’achat. Dernière… Lire la suite >>
Tof
Invité

C’est presque vrai… Il y a surtout les actionnaires qui demandent un retour sur investissement qui incite à produire au coût le plus bas possible, et là le consommateur ne peut rien faire. Certes, il faut acheter local mais entre un Bridgestone fabriqué en France et un Michelin espagnol lequel des deux est le plus français ?

Bizaro
Invité
Pour rappel, l’actionnariat est ouvert à tous. Et c’est un mode de financement pour les sociétés comme un autre. On peut imaginer que les actionnaires soient aussi des clients et des travailleurs, voir même des syndicats. Ne pas oublier que dans certains pays les retraites sont payer indirectement grâce à des actions. Le consommateur voit avant tout son propre pouvoir d’achat, tout le système de redistribution il s’en fout. C’est comme manger du gâteau s’en jamais faire de pâtisserie : on râle rapidement qu’il n’y n’en reste plus beaucoup, alors on s’empresse de mange le peu qu’il reste avant les… Lire la suite >>
Fabi35
Invité

Recyclage, réduction de déchets à la conception et à l’usage …c est ça le vrai premium de demain

Rikiki
Invité

 »Michelin a ainsi laissé entendre qu’il souhaitait profiter de sa place de leader parmi les groupes de pneumatiques les mieux positionnés en terme de prix de vente »

???

Ils vendent déjà leurs pneus 20% + chers que leurs concurrents … Alors que la différence est vraiment minime le plus souvent , voir inoerceptible pour 95% de automobilistes

labradaauto
Invité
pour juger un pneu, il faut déjà être capable de le monter sur jantes, l’équilibrer correctement ( Michelin a des carcasses plutôt faciles à équilibrer, car de densité homogènes ) . Je connais des pneus moins chers que Michelin et même plus efficaces en adhérence. Mais ils ne remplissent pas tous les contrats d’usage pour le véhicule qui va être multi usages. Après si on fait de la course, Michelin a la gamme aussi. Quand on achète qu’un prix, on a qu’un prix ! On monte un pneu pas cher, on a du mal à l’équilibrer. sa carcasse sera trop… Lire la suite >>
The Stig
Invité
Même constat que labradaauto ici, ok, ils sont plus chers, mais l’équilibre du pneu et l’équilibre dans la polyvalence sont parfaits. J’ai mis des pneus d’autres marques sur pas mal de mes voitures (Fiat 500, Toyota Yaris, C4 Picasso) pour à chaque fois me rendre compte que Michelin tenait mieux, que ce soit sur la route en tout temps ou dans le temps. Moins de vibration aussi, et moins chiants à équilibrer. La seule exception fut sur ma Lotus Elise, mais la logique était toute autre, vu que des pneus avaient été spécialement développés par un manufacturier, les Yokohama Advan… Lire la suite >>
pcur
Invité
Je ne suis pas d’accord et ils ont une avance technologique certaines sur les concurrents. Ils ont été le premier à sortir des pneus typé été avec labellisation « neige » (les fameux cross climate) moi qui vais une fois par an dans une zone montagneuse je trouve que c’est une super solution. Petit retour expérience : 1/ ça marche. J’ai réussi a me sortir de pentes à 10/15% complètement enneigées avec ma vieille laguna traction et je n’ai jamais remis les chaînes chaque fois qu’il avait neigé 2/ça dure. Les pneus ont tenu 50000 km à l’avant sur une voiture diesel… Lire la suite >>
Jean
Invité

Mes Michelins ont une durée de vie excellente sur ma lourde Megane CC, 60-70000kms. Je suis sur mon 3eme « set »

Gustave
Invité

Michelin est le meilleur fabriquant de pneus du monde !
Regardez aux 24h du mans ou les pneus des lmp1 tiennent 4 relais voir plus, chose qui était rare il y a 20 ans !
et bien sur, il ne sont pas à 80 dans les hunnaudières hein…
Idem en rallye et en moto gp ou bibendum tient le haut du pavé.
Pareil, regardez le championnat japonais de super gt, c’est une véritable guerre entre les manufacturiers…Michelin équipe la nissan officielle et Bridgestone n’est pas mal non plus avec la honda !
Pareil en dtm avec Hankook

wpDiscuz